Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 13 mars 2013

Mée-disances du 13 mars 2013

Ecrit le 13 mars 2013

 Rémunérations abusives

 
leFigaro.fr du 03/03 : Les Suisses ont voté le 3 mars 2013 l’interdiction des parachutes dorés. Ils sont 67,9% à avoir accepté l’initiative   populaire qui vise à mettre fin aux « rémunérations abusives ». « Le peuple suisse envoie un signal fort aux conseils d’administration », s’est félicité Thomas Minder, père du référendum et sénateur suisse. D’après les dispositions de son texte, les actionnaires des sociétés helvétiques cotées en Bourse devront voter, chaque année, le salaire du conseil d’administration, du comité consultatif et de la direction. Cette règle devra être inscrite dans la Constitution fédérale. Si elle n’est pas respectée, les coupables paieront une amende et pourront être condamnés à trois ans de prison.
 
En outre, l’initiative   interdit totalement les indemnités de départ, les parachutes dorés ainsi que les primes pour l’achat ou la vente d’entreprises. Près de 260 entreprises helvétiques cotées en Bourse sont concernées.
 
Les milieux économiques suisses et plusieurs partis politiques s’étaient prononcés contre l’initiative   Minder après plus de cinq années de débat. Mais l’annonce de l’indemnité de non-concurrence de 58 millions d’euros accordée à Daniel Vasella, président du groupe pharmaceutique bâlois Novartis, avait choqué les électeurs. Il y a quinze jours, le patron le mieux payé du pays avait renoncé à sa prime. Pour le politologue Claude Longchamp, cité par Le Matin, pas de doute : l’initiative   Minder a bénéficié d’un « effet Vasella ».
 
La loi n’est cependant pas près d’entrer en vigueur. Pour Christian Levrat, président du Parti socialiste suisse, qui soutenait le texte, sa mise en application pourrait prendre plus de deux ans.

 Le mot de passe parfait

 
Planet.fr du 05/03 : Des chercheurs de l’Université de Stanford ont mis au point un système pour ancrer dans l’inconscient de leurs cobayes un mot de passe impossible à pirater. Pour les informaticiens, les mots de passe que nous choisissons sont bien souvent trop simples. Un jeu d’enfant pour les hackers et les pirates de tous poils qui se font une joie de pirater votre messagerie ou votre compte Facebook. Face à cet épineux problème, des scientifiques de l’Université de Stanford ont cherché la solution : un mot de passe parfait. Le stratagème consisterait à inscrire la combinaison de caractères dans l’inconscient des internautes.
 
Alors que, selon le recensement de la société Deloitte, 79% des utilisateurs utilisent les 500 mots de passe les plus courants, les scientifiques de Stanford ont mené une étude en faisant participer des cobayes à un jeu sur ordinateur. Pendant quarante-cinq minutes, ils étaient amenés à taper une centaine de fois une séquence aléatoire de 30 lettres. Cette répétition intensive a abouti à ancrer dans l’inconscient la séquence ainsi choisie. Par la suite, chaque joueur était capable de reproduire exactement la séquence, sans pour autant connaître les caractères dont elle était composée.

 Palme de la « misogynie »

 
Le JDD.fr du 08/03 : La journée de la femme aurait pu être plus sereine pour Ségolène Royal. Nathalie Kosciusko-Morizet lance une première pique en direction de l’ex-candidate à la présidentielle : « Je pense qu’elle méritait mieux que ce lot de consolation », estime la candidate UMP à la mairie de Paris à propos des nouvelles fonctions à la BPI (Banque Publique d’Investissement) de Ségolène Royal. Avant de juger que cette dernière est « en attente que son ex la nomme quelque part ». Et d’estimer encore, en cette journée dédiée à la gente féminine, que le « premier trésor pour une femme, c’est son autonomie. Il ne faut jamais dépendre d’un homme ni procéder de lui. »
 
Ségolène Royal a immédiatement réagi : « Je ne suis pas en attente à la BPI mais au service d’une belle idée. Je n’attends pas une nomination mais le juste respect de la valeur travail. » Pour le Parti socialiste, les « difficultés » que rencontre NKM à « se créer une crédibilité à Paris ne doivent pas l’amener à multiplier les déclarations grossières pour se faire entendre. » […]
 
Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes, a décerné à NKM la palme de « la phrase la plus misogyne et la plus idiote en cette journée du 8 mars ».

 Servier et les experts

 
Le Figaro.fr du 04/03 : Dans les procès-verbaux des cinq personnes mises en examen, mi-février, dans le cadre de l’instruction sur le Mediator pour prise illégale d’intérêt, une phrase a l’effet d’une bombe. « Je pense que le Mediator aurait pu être retiré en 2007 certainement, et peut-être même en 2005 » a déclaré aux enquêteurs Alain Le Ridant, le pharmacien responsable de Servier qui a pris sa retraite il y a 2 ans. Le laboratoire a toujours soutenu que le médicament n’aurait pas pu être retiré du marché avant 2009.
 
C’est Le Ridant qui conseilla à Jacques Servier de prendre son vieil ami, camarade de promotion en médecine et en pharmacie, le Pr Jean-Michel Alexandre comme consultant. En devenant conseiller du groupe Servier pour les nouveaux produits, Alexandre était donc au courant des nouvelles molécules et le laboratoire l’interrogeait sur les orientations cliniques. Alain Le Ridant confie d’ailleurs aux enquêteurs que son ami signalait parfois que tel ou tel médicament qui allait être déposé au niveau européen n’avait aucune chance de passer et qu’il fallait le compléter par une étude. L’expert indiquait alors quelles étaient les chances de réussite pour l’obtention de la mise sur le marché. 

Le mélange des genres fait partie intégrante du système mis en place. Exemple éloquent avec Françoise de Cremiers, la compagne de Jean-Michel Alexandre, conseillère technique et scientifique auprès du président de Wyeth de 1989 à 2007, le laboratoire correspondant de Servier aux États-Unis notamment pour l’Isoméride, le coupe-faim vedette retiré du marché en 1997. Une situation qui n’empêche pas le Pr Alexandre de dire aux juges : « Qu’on puisse penser que j’ai des liens avec Servier est surréaliste. J’ai passé ma vie à garder mes distances avec l’industrie pharmaceutique, sinon à la combattre » ».
 
Ndlr : le médicament contre la mauvaise foi reste à découvrir.

 Vatican-cans

 
L’envoyé spécial de la Croix à Rome rapporte le dépit et la peu catholique colère qui ont saisi certains prélats contre le pape démissionnaire. Le 3 mars, un curé italien a profité de son sermon pour déchirer le portrait de Benoît XVI devant ses paroissiens en « le comparant au capitaine Schettino, qui abandonna son paquebot, le « Concordia ». De manière plus policée, des cardinaux expliquent que la renonciation du pape risque de remettre en cause le « caractère sacré » de la papauté.,,
 
Les employés du Vatican ne se posent pas ce genre de question. Ils préfèrent papoter entre eux de la « gratification exceptionnelle » que devrait leur verser le nouveau pontife, comme le veut la tradition…

 Papier Bible ou toilette ?

 
Reuters.fr du 04/03 : L’Église protestante en Norvège a obtenu d’une entreprise norvégienne le retrait de la vente de rouleaux de papier toilette sur lesquels étaient imprimés des extraits de la Bible. L’entreprise avait choisi sur Facebook plusieurs propositions, dont l’une citant Jésus : « Car là où se trouve ton trésor, ton cœur se trouve aussi. » Elle n’a réalisé sa bévue qu’après plusieurs appels d’acheteurs.
 
« Les gens aiment lire des petits messages de bonheur lorsqu’ils sont aux toilettes », s’est défendu une porte-parole de l’entreprise. « La réaction a été positive dans l’ensemble. Notre intention était de propager de la joie et de l’amour, pas des messages religieux ».

L’évêque protestante de Tunsberg, Laila Riksaasen, a dénoncé « le mauvais goût et le manque de respect » de la part de cette entreprise.