Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Excès > Mars 2013, des salaires scandaleux

Mars 2013, des salaires scandaleux

Ecrit le 27 mars 2013

Des salaires scandaleux !

Les salariés de la région de Châteaubriant ont appris avec colère que, selon l’INSEE, le salaire moyen français est à 2.397 euros BRUTS mensuels, en fin d’année 2012 (soit environ 1883 euros NETS mensuels).

Selon la revue salairemoyen.com, le revenu médian en France est de 2354 €/mois nets. Ce qui veut dire que la moitié des ménages sont en dessous et que la moitié sont au dessus.
10 % des ménages gagnent plus de 5417 € nets/mois.

En ce qui concerne la Loire-Atlantique, le revenu médian est de 2409 €/mois nets. Ce qui veut dire que la moitié des ménages sont en dessous et que la moitié sont au dessus.

En ce qui concerne Châteaubriant, le revenu médian est de 1814 €/mois nets. Ce qui place la commune au 28 312 e rang sur 36 717 (en recul de 703 places depuis l’an dernier).

Châteaubriant se situe ainsi environ à 600 € de moins par mois, par rapport à la Loire-Atlantique.

Mais tout ça ce ne sont que des moyennes, qui peuvent cacher de fortes disparités ! La France souhaite encadrer les hauts salaires. « Les Suisses montrent la voie et, personnellement, je pense qu’il faut s’en inspirer », s’est exclamé Jean-Marc Ayrault au lendemain du référendum par lequel 68 % de nos voisins suisses ont décidé de mettre fin aux « rémunérations abusives » de leurs chefs d’entreprise. A signaler la parution du rapport de la mission parlementaire sur la transparence de la gouvernance des grandes entreprises françaises qui explique que le caractère excessif des rémunérations est souvent le symptôme le plus manifeste de défaillances affectant en profondeur les processus décisionnels des grandes entreprises.

Ce rapport fait des propositions sur la rémunération des dirigeants mais aussi sur les relations avec les actionnaires, sur la structure de gouvernance et l’association des salariés aux processus de décision. Il s’agit de donner aux actionnaires le droit de vote sur la rémunération des dirigeants, en accordant plus de poids aux critères de performance extra-financiers et de long terme. Mais il n’est pas question de plafonnement des salaires ! Les seuls à avoir vu leurs salaires plafonnés par décret (450 000 € par an, soit 37 500 €/mois) sont les patrons d’entreprise publique, tandis que, selon un rapport du cabinetProxinvest, les patrons du CAC 40 ont perçu en moyenne une rémunération de 4,11 millions d’euros en 2011, options et actions comprises.