Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > La restauration du Donjon

La restauration du Donjon

Ecrit le 27 mars 2013

 Adieu marronnier

Quel âge avait-il le vieux marronnier ? Seul le bûcheron peut le dire aujourd’hui. Elève à l’école voisine, je l’ai toujours vu. D’ailleurs il était là, adulte, feuillu, le 9 juin 44, quand la bombe « alliée » a pulvérisé la tour du château (celle qui, reconstruite, a accueilli plus tard la bibliothèque municipale). La tour s’est effondrée, l’arbre a juste frémi et continué à préparer ses marrons à venir. Le soir du 4 août 44, il avait même aperçu le général Patton qui campait sur l’esplanade voisine. Il y a quelques années, avec un petit trait de peinture jaune, il devint repère pour les randonneurs. Et puis les travaux ... les aménagements ... le voilà à terre, débité, bientôt bois de chauffage ... Au revoir, le marronnier.

Signé : A.Borgone


Ecrit le 3 avril 2013

Forteresse redoutable des Marches de Bretagne construite au XIe siècle, le château de Châteaubriant perd son rôle défensif avec le rattachement de la Bretagne à la France en 1532. Trésor architectural, lieu d’histoire et légendes, il est propriété du Département. A ce titre, le Conseil Général entretient et anime ce site patrimonial.

Le donjon, très dégradé par les intempéries et par l’usure du temps connaît depuis août 2012 des travaux de restauration et de conservation, menés conjointement à une opération de fouilles archéologiques qui permettra une meilleure lecture de l’histoire de ce site.

 Associer le public

Le public sera invité à suivre les phases des travaux du château pour mieux comprendre l’enjeu majeur de cette restauration : retrouver l’histoire de ce château, et même faire revivre ce bâtiment à travers des visites et conférences et une programmation artistique.

Catherine Touchefeu, vice-présidente du Conseil Général, rappelle à cette occasion que « le Département offre des découvertes adaptées aux divers publics. La culture pour tous et partout. »

Une première série de travaux a eu lieu en 2006 dans la chapelle, le logis du chapelain et le petit logis. Actuellement le Donjon, bardé d’échafaudages au dedans et au dehors, est l’objet de toutes les attentions. Bien sûr, il s’agit d’abord de conserver et consolider les ruines. En effet, l’état sanitaire des ouvrages s’est dégradé, du fait de l’exposition des maçonneries aux intempéries depuis l’effondrement de la toiture vers 1720. Le Donjon a même basculé progressivement vers le Nord-Est occasionnant fractures et ruptures. Il est donc prévu :

  • ► consolidation des maçonneries et mise hors d’eau du donjon par la création d’un plancher au niveau supérieur
  • ► restauration ou remplacement de la maçonnerie : en conservant au maximum les pierres existantes et particulièrement les pierres moulurées. Seules les pierres irréparables ou inaptes à leur fonction seront remplacées … mais où trouver du grès roussin ? Les carrières antiques n’existent plus. La société chargée de la restauration cherche des pierres dans les champs !
  • ► restauration de l’escalier droit et des deux escaliers à vis
  • ► couverture au sommet des escaliers à vis pour assurer leur mise hors d’eau
  • ► rénovation des baies dans leur état XVe « ainsi, la puissance et la verticalité de la silhouette du Donjon seront réaffirmées sans que son caractère de ruine soit perdu » dit l’architecte Pascal Prunet.

Les pierres du Donjon ont été décapées à la vapeur

Belvédère sur le château et la ville, le Donjon constituera un temps fort du parcours des visiteurs. En effet, ces travaux permettront l’ouverture du Donjon au public, via des visites guidées, en accédant par la salle basse et par les escaliers à vis jusqu’au chemin de ronde et au panoramique créé au niveau supérieur. Ces espaces seront ainsi de nouveau accessibles après des siècles de délaissement.

Les travaux sur le Grand Logis, d’une durée d’environ 5 mois, permettront la restitution de fenêtres au rez-de-chaussée, de meneaux et traverses, et des lucarnes. Les baies XIXè et XXè seront bouchées.

La dernière phase de travaux, sur environ 4 mois, concernera

  • ► le Châtelet, suppression des remblais qui constituent une importante source d’humidité, consolidation des maçonneries
  • ► le bastion sud-ouest : coupes d’arbres qui fragilisent les maçonneries
  • ► le Pavillon des Champs : surveillance d’une fissure
  • ► le Petit Logis : confortement des cheminées du pignon ouest
  • ► et réalisation d’aménagements spécifiques liés à l’accessibilité : création de places de stationnement dans la cour du château Vieux, éclairage des cheminements extérieurs, mise en place de mains courantes dans les escaliers.

Tous ces travaux représentent 4,3 M€

  • - Conseil Général : 2 927 000 €
  • - Etat - Direction des affaires culturelles des Pays de la Loire : 915 000 €
  • - Région des Pays de la Loire : 457 000 €

 Des fouilles

L’intervention d’ archéologues en amont et tout au long d’un chantier Monument Historique est indispensable pour proposer une valorisation architecturale adaptée à l’histoire du monument. Au château de Châteaubriant, le travail de l’archéologue Caroline Chauveau et de ses collègues se décline en plusieurs phases :

  • ► en juin 2012 : relevé ortho-photographique de l’ensemble du donjon pour conserver une trace de son état avant restauration et pour servir de support à l’archéologue chargé de l’étude du bâti.
  • ► depuis septembre 2012 : lancement de l’étude du bâti qui consiste à étudier les élévations de l’ensemble de la construction pour découvrir d’anciennes structures telles que des ouvertures ou des zones de passages rebouchées, des niveaux de planchers disparus...
  • ► À partir de septembre 2013, une phase de fouilles va consister à décaisser le sol du rez-de-chaussée à l’intérieur du Donjon pour retrouver un niveau de sol ancien.

Le travail de l’archéologue, par l’étude des matériaux et des liants utilisés, peut dater une construction. Ses observations con-duisent à la modification éventuelle des travaux à effectuer, quand il s’agit de mettre en évidence les modifications effectuées au fil du temps. Exemples : le chemin de ronde du Donjon fut progressivement abandonné et les pierres en gardent trace. Pour loger les gendarmes, après la Révolution, il fut construit des éviers (en schiste) dans l’embrasure des baies. Un triple conduit de cheminée fut aménagé, etc. La poursuite des recherches réservera des surprises et éveillera l’intérêt du visiteur.

 Rappel de dates :

  • - 13-14 avril : visites guidées du Donjon à 14h, 15h30 et 17h – Tarif 2,50 € pour les adultes - 02 40 28 20 20. Les travaux du donjon seront exceptionnellement accessibles au public dans le cadre de visites guidées sur deux week-end : en avril dans le cadre du Printemps de l’Architecture et en juin à l’occasion des Journées nationales de l’ Archéologie.
  • - A noter aussi le Tournoi de printemps les 26, 27 et 28 avril prochain : sports et jeux pour partir à l’ assaut du château ! Joutes équestres, tir à l’ arc, escrime ... en famille ou entre amis, endossez le rôle de chevalier, d’ archer ou de saltimbanque ! Renseignement-inscription au 02.40.28.20.20