Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Logement, habitat, lotissements > Logement, ADIL

Logement, ADIL

Ecrit le 27 septembre 2006

Les maisons à 100 000 euros

Bricolage maison

Le Ministre Jean-Louis Borloo avait promis des maisons à 100 000 euros. Il s’est aperçu que ce n’est pas possible. Il propose maintenant aux futurs acquéreurs de payer la maison ... avant le terrain

Concrètement, un système de « portage financier » permettra aux ménages de ne payer le terrain que lorsqu’ils auront fini de rembourser le coût de leur maison. Le dispositif sera mis en place par la Caisse des dépôts et consignations et l’Union d’économie sociale pour le logement.

Ce portage gratuit sera fait sur une durée de 20 à 25 ans, suivant la durée de remboursement du prêt qu’aura contracté le ménage pour le logement. Il se traduira donc par un allongement des prêts, sans alourdissement des mensualités.

On a quand même du mal à comprendre. Un terrain, de nos jours, coûte au moins 25 000 euros. Verra-t-on une banque faire un portage gratuit de cette somme pendant 20 ans ?

Tout ceci est encore du bricolage.
Esbroufe et poudre aux yeux.

Pourtant des solutions existent, c’est ce que rappelle Jacques Auxiette, Président de la Région Pays de Loire : la Région des Pays de la Loire, en efet, a déposé un projet de création d’un « Etablissement public foncier régional » pour venir en appui des collectivités dont les projets de construction de logements, notamment sociaux, sont entravés par la spéculation foncière. Or la Région est toujours en attente d’un décret du Conseil d’Etat et d’une réponse du gouvernement. L’Etablissement public foncier régional est pourtant l’un des meilleurs outils pour lutter contre les prix de plus en plus élevés des terrains en constituant des réserves foncières.

Le ministre espère 10 à 20 000 constructions neuves par an, mais ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport aux 3 millions de ménages qui occupent un logement inconfortable, insalubre, surpeuplé ou précaire.

Avec ce gouvernement Villepin-Sarkozy la parole publique perd chaque jour en crédibilité. De telles annonces relèvent de l’irresponsabilité politique et Jean-Louis Borloo joue avec l’espérance des Français les plus modestes. La spéculation foncière et la crise du logement sans précédent méritent mieux que des propos d’estrade.