Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Logement, habitat, lotissements > Logement social, 2005-2013

Logement social, 2005-2013

Note du 30 août 2006 :

 Bilan du marché locatif en 2005

Depuis 2000, les loyers du secteur privé ont progressé
en moyenne, chaque année, de 4.6% pour
les appartements et de 3.0% pour les maisons. Ils
se sont ainsi établis en 2005, France entière,
à 11.8 €-/m2 pour les appartements et à 8.3 €-/m2
pour les maisons.

Le niveau moyen des loyers en 2005 a donc été de
612 €- par mois pour les appartements d’une surface
moyenne de 51.9 m2 et de 866 €- par mois pour les
maisons, pour une surface moyenne de 104.4 m2.

Le marché des appartements est, dans l’ensemble,
un marché de petites unités : 63.6% des biens loués
comptent 2 pièces ou moins. Le marché des appartements
spacieux est quant à lui plus étroit :
seulement 13.9% de 4 pièces et plus, et à peine
3.7% de 5 pièces et plus.

A l’inverse sur le marché
des maisons, les petites unités sont proportionnellement
sous-représentées : 19.2% de 3 pièces et
moins contre 86.1% pour les appartements,
et 50.8% de 5 pièces et plus contre 3.7% pour les
maisons.

Une observation plus détaillée du marché des
appartements montre que les écarts de loyers sont
importants entre les petites surfaces (studios et une
pièce) qui se louent en moyenne à 14.7 €-/m2
(413 €- de loyer mensuel), et les grandes surfaces,
4 pièces et 5 pièces et plus, qui se louent respectivement
à 9.0 #-/m2 (765 #- de loyer mensuel), et à
9.7 €-/m2 (1 140 -€ de loyer mensuel).

Depuis plus de dix ans, les loyers ont progressé à un
rythme homogène, que ce soit sur le marché des
appartements (+ 3.0% par an depuis 1995) ou sur le
marché des maisons (+ 2.4% par an depuis 1995), à
l’exception des maisons de 7 pièces et plus, dont les
loyers ont cru un peu plus vite que la moyenne.

Voir le site de la FNAIM

 Liens

logement social

L’état du mal-logement en France

La crise immobilière aux USA, subprime et déprime

La loi Boutin

Le bilan de Nicolas Sarkozy en matière de logement

Un logement à Paris pour 330 €/mois


Ecrit le 3 avril 2013

 Logement : Mutation dans le parc social

Quatre bâilleurs sociaux : Atlantique Habitations, Harmonie Habitat, LNH et la SAMO, s’associent avec l’ADIL   de Loire Atlantique (Agence Départementale d’Information sur le Logement) pour expérimenter un dispositif d’accompagnement de leurs locataires en demande de mutation afin de mieux répondre à leurs attentes.

En effet, les locataires en demande de mutation refusent souvent les propositions faites par les bailleurs sociaux, ceux-ci ayant une connaissance insuffisante de leurs attentes et de leurs besoins. Compte tenu du nombre important des demandes de mutation, l’expérimentation privilégie trois priorités :

  • - Les demandes de mutation pour des raisons de santé/handicap/vieillissement,
  • - Les demandes de mutation pour des raisons économiques,
  • - Les demandes de mutation pour les situations de locataire en sous-occupation.

L’expérimentation met l’accent sur deux aspects : aller vers les ménages, élargir l’offre.
C’est ainsi que les quatre bailleurs sociaux identifieront, chacun dans leur parc, les locataires en demande de mutation relevant de ces trois priorités. Grâce à un entretien individuel à domicile, conduit par la conseillère de l’ADIL  , ces ménages se verront proposer un logement adapté à leur demande dans le parc d’un des quatre bailleurs.