Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Entreprises diverses > Airinov et Creava

Airinov et Creava

Ecrit le 17 avril 2013

En marge de la journée « Mécanique » du 11 avril 2013 (qui a accueilli environ 200 personnes, dont des demandeurs d’emploi), la Maison de l’Emploi a présenté deux innovations liées à l’agriculture : Airinov et Creava.

 Airinov

Un petit avion jaune et noir posé sur deux tréteaux, un jouet d’enfant quasiment : c’est un drône ! Une drôle de machine de 2 kg environ, avec un petit ordinateur embarqué qu’un technicien lance vers le ciel, comme un cerf-volant. Et il monte jusqu’à 150 mètres de haut, prend ses repères (il est muni d’un GPS) et parcourt systématiquement, méthodiquement, toute la surface d’une parcelle, analysant la lumière renvoyée par la couverture végétale grâce à des capteurs à d’une caméra ventrale. Il peut parcourir comme cela 100 hectares à l’heure, pour un coût modique de 15 euros. Un jour plus tard l’agriculteur a l’analyse de son sol, le taux de chlorophylle de la plante. L’Inra, l’Institut national de la recherche agronomique, s’y intéresse beaucoup car ce drône permet de savoir quel est l’exact dosage d’azote à apporter à la culture.

Romain Faroux (photo), directeur commercial de la petite entreprise Airinov, est fils d’agriculteur et c’est chez son père qu’il a pu faire les essais et paramétrages nécessaires de cet outil, simple d’utilisation, qui peut remplacer les satellites jusqu’ici utilisés en agriculture.

De la même façon, dans quelques temps, les drônes pourront jouer un rôle-clé dans l’espace civil : couverture de l’actualité et des événements sportifs, surveillance des lignes électriques, des inondations et des ouragans. Avec un risque non négligeable pour le respect de la vie privée ! Lien vers Airinov

 Creava : Belles machines

« La laideur se vend mal » : tel est le titre d’un ouvrage de Raymond Lœwy (Poche). Celui-ci, d’abord étalagiste, crée bientôt une profession : celle d’« esthéticien industriel », et entreprend une croisade contre la laideur, le bruit, l’encombrement, le gâchis en matières premières et en main-d’œuvre. Son principe ? Donner à toute chose une apparence parfaite liée à un fonctionnement parfait. Son idée fixe ? L’harmonie, qu’il s’agisse d’une locomotive, du mariage, d’une boîte de conserve ou des rapports humains.

Dans cette même ligne, deux jeunes nantais, Fabien Carole et Cyrille Egon, ont lancé Creava Design, design industriel (Manitou, Faurecia, Plastic Omnium par exemple), design de produits, design de meubles d’intérieur : des propositions résolument modernes pour des objets vraiment beaux !

Lien vers Creava


Vu aussi : une machine à récolter les poireaux, conçue en prototype par les élèves de l’école d’agriculture de Derval