Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2013-2014 > Une charte d’orientation commerciale

Communauté de Communes de la Région de Nozay

Une charte d’orientation commerciale

Ecrit le 24 avril 2013

Charte commerciale à Nozay

« Nous avons des commerces de proximité dans les 7 communes de la CCRN   (Communauté de Communes de la Région de Nozay) et nous sommes bien pourvus en artisans. Cette charte va nous aider, surtout dans les difficultés économiques actuelles » a dit Mme Segalen, présidente de la CCRN  , lors de la signature de cette charte le 16 avril 2013. « Cette charte sera complétée par un règlement quand nous aurons le SCOT  , Schéma de Cohérence Territoriale » [Ndlr : pas de si tôt !].

Joël Fourny, président de la Chambre des Métiers, a exprimé sa satisfaction : « Nous avons travaillé en profondeur sur ce document, pour garder un équilibre commercial et artisanal, face aux Petites et Moyennes Entreprises. Chaque commune peut envisager un développement de son centre-bourg (par exemple à Vay et Saffré) pour répondre aux attentes des consommateurs et être en complémentarité avec Nozay ».

« Il va falloir mettre en place un comité de pilotage. Si une implantation est envisagée, il faudra réunir ce comité pour voir si cela est conforme aux orientations définies dans la charte » dit-il encore.

La charte est pour 3 ans, elle devra être adaptée pour répondre aux besoins de la population. La Chambre des Métiers propose un « pack collectivités » pour apporter à chaque commune des chiffres précis sur l’évolution de sa population et des implantations commerciales.

Pour Jean-Luc Cadio, de la Chambre de Commerce, le commerce de masse d’autrefois n’existe plus, les clients font appel au commerce électronique (internet, drive, etc). « Mais alors, ils auront de plus en plus besoin de commerçant performants, offrant un accueil et un savoir-faire. Il ne suffit plus d’attendre le client, il faut aller le chercher. Et, pour cela, il faut réussir les associations de commerçants, trouver des solutions en commun ». « Un bon commerçant est bienveillant vis-à-vis de ses clients, il aime ses clients. Le client fait attention aux prix, mais aussi au service, et est sensible au maintien de l’emploi ».

M. Cadio estime qu’il faut désormais réduire la surface des magasins, pour mieux les rentabiliser, et voir avec les communes comment mieux gérer le trafic routier pour favoriser l’accès au centre-ville alors que le client habite en périphérie.

Le commerce est pourvoyeur d’emplois non délocalisables, il favorise le lien social, il doit assurer la complémentarité entre les producteurs locaux et les consommateurs qui, de plus en plus, cherchent la qualité, la fiabilité des produits. Un signe : depuis la crise du cheval baptisé bœuf, les boucheries-charcuteries de proximité redémarrent. « Bientôt on va manquer de professionnels dans ce secteur d’activité » dit JL.Cadio.

♥♥♥

La Chambre de Commerce de Nantes a publié, le 15 avril, un « Livre blanc Commerce » et organise deux jours de formation en septembre-octobre 2013 sur la performance commerciale.