Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > Fragilité des personnes âgées

Fragilité des personnes âgées

Ecrit le 22 mai 2013

 Fragilités

Une étude a été entreprise dans le cadre du programme de recherche européen sur le vieillissement : analyser les déterminants socio-économiques de la fragilité des personnes âgées, afin d’étudier le rôle des politiques sociales dans la prévention de la perte d’autonomie et le maintien de la qualité de vie des personnes en perte d’autonomie.

La fragilité est un état de santé vulnérable résultant de la diminution de la réserve physiologique de la personne âgée. Un indice de fragilité, basé sur les cinq critères du modèle Fried, a été établi

  • ► 1- l’épuisement a été identifié comme une réponse positive à la question : le mois dernier, avez-vous manqué d’énergie pour faire ce que vous vouliez faire ? (oui/non).
  • ► 2- La perte de poids a été définie par le signalement d’une « diminution de l’envie de manger ».
  • ► 3- La faiblesse était déduite de la plus élevée de quatre mesures dynamométriques consécutives de force de préhension (deux pour chaque main), en appliquant des correctifs liées au sexe et à l’indice de masse corporelle
  • ► 4- La lenteur a été définie en utilisant les questions de mobilité : « À cause d’un problème de santé, avez-vous des difficultés [qui dureront probablement plus de trois mois] à parcourir 100 mètres à pied ? » ou « ... à monter un étage sans faire de pause ? ».
  • ► 5- La faible activité physique correspondait aux réponses des participants « une à trois fois par mois » ou « presque jamais ou jamais » à la question « Combien de fois pratiquez-vous des activités qui nécessitent un niveau faible ou modéré d’énergie telles que jardiner, laver la voiture ou vous promener ?

L’étude européenne a révélé
que plus de 20 % de la population âgée de 50 ans ou plus
est potentiellement impliquée
dans un processus
de perte d’autonomie ;
que les femmes ont des valeurs d’indice de fragilité deux fois plus élevées que les hommes.

 D’autres facteurs

D’autres facteurs interviennent : les revenus mensuels, l’aménagement du logement et l’isolement social. L’isolement social est associé à une détérioration de la santé : la perte d’un conjoint entraîne généralement une aggravation de l’état de santé, surtout dans la cohorte des plus âgés. La participation aux activités sociales et les autres variables du « capital social » ont un impact causal bénéfique sur la santé

La perte d’autonomie physique à un âge avancé s’avère aussi être associée aux facteurs de santé dans la jeunesse et le milieu de vie mais encore aux difficultés financières dans l’enfance et à l’âge adulte. Par ailleurs, un meilleur niveau d’études permet de réduire significativement les niveaux de fragilité.

Conclusion : cette étude
a permis d’établir la présence d’inégalités sociales
dans le processus
de perte d’autonomie.

D’où la nécessité de favoriser les actions et activités sociales, y compris aux premiers stades du processus de perte d’autonomie pour maintenir simultanément l’activité physique et empêcher l’isolement social.

Source


Ecrit le 19 juin 2013

 Contre la maltraitance des personnes âgées

15 juin 2013 : c’était la huitième journée mondiale contre la maltraitance des personnes âgées

La fragilité, la vulnérabilité, liées au handicap, à la maladie, au grand âge, mettent certaines personnes sous l’emprise d’au-trui : familles, professionnels, structures. Si ces personnes ou ces organismes ne sont pas conscients de leurs responsabilités vis-à-vis de ceux dont ils ont la charge, ne sont pas formés à leur mission vis-à-vis de ces personnes, il ne peut y avoir de « bientraitance » et le risque de maltraitance est élevé.

Une large majorité de maltraitances relève de négligences qu’une prise de conscience, une sensibilisation, une formation peut éviter.

C’est là un rôle majeur du réseau ALMA. Chaque fois que l’on peut faire prendre conscience qu’une action (ou une inaction) est maltraitante, on supprime cette maltraitance et on en prévient d’autres. Que le conseil ou la sensibilisation soit apportée à des familles ou à des professionnels ; que ce soit lors de l’écoute d’un cas particulier, ou par une action de sensibilisation collective sur une structure, informer et faire prendre conscience fait disparaître la négligence.

ALMA, c’est ALLO Maltraitance, il existe un centre à Nantes : Tél : 02 40 710 710
Fax : 02 40 710 710
E-mail : alma.loire-atlantique@laposte.net

 Stationnement réservé

Qui peut bénéficier de la carte de stationnement pour personnes handicapées ? Où faut-il s’adresser ? Quelle est la procédure ? Consultez le guide juridique et pratique concernant les places de stationnement réservées aux personnes handicapées et/ou à mobilité réduite.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Stationnement-reserve-handicapes.pdf