Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > Les maisons de retraite du Pays de Châteaubriant

Les maisons de retraite du Pays de Châteaubriant

Ecrit le 26 juin 2013

France Info a révélé, à la fin du mois de mai, son classement 2013 des maisons de retraite. Quelque 10.400 établissements, publics, privés et associatifs, ont été visités et notés, passés au crible, fruit d’une enquête de huit années. La région de Châteaubriant n’a pas été oubliée !

En France, 15 millions de personnes ont plus de 60 ans, iil y en aura 20 millions en 2030. Le vieillissement a un coût mais est aussi une source de croissance pour les entreprises qui tentent de répondre aux besoins des personnes âgées, de plus en plus nombreuses à vouloir rester chez elles. Mais il arrive un moment où il n’est plus possible de rester chez soi, parce qu’on est seul, ou parce que le conjoint-e est trop fatigué-e. L’analyse des maisons de retraite ne manque donc pas d’intérêt.

Dans l’enquête de France-Info, seulement 64 établissements sur 10.400 ont obtenu la note de 10 sur 10 (sans qu’on connaisse les critères retenus). En tête des dix départements les mieux notés figurent la Loire-Atlantique, les Hauts-de-Seine, l’Ile-et-Vilaine etc..

 La Maison des Fontenelles

La maison de retraite des Fontenelles, à St Vincent des Landes, est classée 5e sur les 210 maisons de Loire-Atlantique, avec une note de 9,5 sur 10. Le commentaire parle de la réhabilitation faite en 2000, et ajoute « un hôtel Trois étoiles plutôt qu’une maison de retraite. L’intérieur est cosy, avec des lieux de vie nombreux et soignés. Les chambres sont toutes individuelles, meublées avec style, douche et téléphone individuels. La restauration gastronomique est réalisée sur place de façon traditionnelle et servie à l’assiette. Les animations sont variées (ateliers divers, gym, cuisine, art floral), ainsi que des sorties, des divertissements (conférences, spectacles). Voilà un établissement où l’on se sent bien. L’accueil est disponible, agréable et chaleureux. Et quand ils vous disent « Bien vieillir, signifie vivre mieux », vous pouvez les croire. Le rapport qualité/prix est exceptionnel. Nous ne pouvons que vous le recommander ».

Future Maison des Fontenelles à St Vincent des Landes Photo : La future résidence de St Vincent

 Reconstruction à St Vincent des Landes

Les choses seront encore meilleures dans quelques mois puisqu’une reconstruction totale est engagée. Le gros œuvre est terminé, l’aménagement intérieur est en cours, tout devrait être fini pour septembre 2013. L’établissement a emprunté 7,7 millions d’euros et n’a pu compter sur aucune subvention puisque le nombre de résidents reste fixé à 80.

La maison sera organisée en cinq unités de 16 chambres. Compte tenu de la déclivité du terrain, il y a un bâtiment de deux étages et un autre de trois étages. Au centre de chacun : un patio planté, où les résidents pourront se promener ou prendre l’air sur la terrasse. A chaque étage il y aura, en plus, une grande terrasse donnant sur la campagne (et les éoliennes), un petit restaurant thérapeutique, une installation de balnéothérapie. Le restaurant commun se trouvera au sous-sol, avec terrasse lui aussi, décoré de perches de châtaignier écorcées et étuvées, que le personnel et des membres du Conseil d’Administration sont allés ramasser à St Aubin des Châteaux. Le mobilier des chambres, spécialement conçu pour St Vincent, est en hêtre français et la conception sert de modèle pour d’autres maisons de retraite. Les sols sont recouverts de bolon (vinyl tissé qui vient de Suède). La maison de retraite sera chauffée par géothermie : une centaine de tuyaux ont été placés dans le sol sur 8 km environ. Chaque pièce sera climatisée avec un dispositif coupant automatiquement la climatisation quand une fenêtre sera ouverte. Toutes les pièces seront accessibles aux personnes mal-voyantes ou aveugles. La carte de visite du directeur est même en braille ! Il n’y aura pas d’unité Alzheimer   spécifique.

L’ancienne maison sera démolie, sauf un bâtiment qui servira de maison médicale pour les personnels de santé de la commune.

 Le Val de Brutz

La Résidence du Val de Brutz à Rougé est classée 22e (sur 210) avec une note de 9/10 : « un superbe cadre de verdure entretenu à la perfection. Soixante-six lits essentiellement en chambres individuelles de 18m2 toutes équipées de douche privative. L’intérieur n’est ni high-tech, ni luxueux comme certains, mais il est coquet, très soigné, lumineux et dispose de nombreux lieux de vie. L’équipe de soins est complète avec un médecin coordonnateur, quatre infirmières, et un ergothérapeute à demeure. Toutes les pathologies sont accueillies y compris les personnes Alzheimer   ou apparentées sans pour autant compter d’espace protégé. Les animations sont un des points forts avec deux professionnels pour les encadrer. La restauration est réalisée sur place de façon traditionnelle. Au-delà des prestations proposées très complètes et de la grande tenue de la structure, c’est le tarif peu élevé auquel l’ensemble est proposé qui fait de cet établissement une excellente solution ».

Ndlr : selon le directeur M. Bachy, il n’y a pas d’unité spécifique pour les personnes désorientées, mais il y a un accompagnement renforcé, un jardin sécurisé et deux aide-soignantes spécialement formées. Pour l’ensemble de la maison de retraite, il y a des animations régulières avec des journées à thème (la Bretagne, le Canada, les Antilles, etc) mais aussi une compétition de Wii Bowling et, le 11 juin dernier, une sortie au dancing de Moisdon avec 38 personnes (sur 66) dont certaines en fauteuil roulant. Musiques, lumières, danse, goûter ...il y a eu beaucoup de sourires, de rires et d’émotion. Les résidents étaient accompagnés par le personnel, par des familles et des bénévoles.

 Béré

La résidence de Béré, à Châteaubriant, est 40e (sur 210) avec une note de 8,5 sur 10 : « Superbe EHPAD du Centre Hospitalier de Châteaubriant, situé sur le haut de la ville. Le bâtiment récent, de deux niveaux, propose uniquement des chambres individuelles, spacieuses, aux normes et équipées de douche privative. Elles sont réparties en trois unités de 16. Les lieux de vie sont assez complets, d’un bon confort, mais sans luxe. Les résidents sont pour la plupart des valides ou semi-valides, qui peuvent profiter de la situation géographique, en périphérie du centre-ville. Les animations sont régulières, ainsi que les sorties en minibus. La restauration est réalisée en liaison froide par la cuisine centrale. Le tarif n’est pas excessif pour les prestations (hébergement, soins gradués, projet de vie), mais l’établissement manque encore un peu de vie ».

 Le Cèdre à Nozay

La maison de retraite de Nozay est 41e avec 8,5/10 : « Le bâtiment neuf, sans grand charme, est très enclavé. L’intérieur en revanche est très humanisé, soigné et adapté aux pertes d’autonomie. Il comprend sur deux niveaux, une unité protégée de 16 lits pour les personnes désorientées, Alzheimer   ou apparentées. Au second, une Unité de Soins Longue Durée de 20 lits, pour des résidents très dépendants (GIR 1-2). Les chambres toutes individuelles de 20 m2, équipées de douche privative, s’articulent autour d’un vaste patio intérieur leur laissant ainsi un long circuit de déambulation. L’équipe de soins est complète avec médecin, psy, kiné, ergothérapeute, et une diététicienne. Des animations variées et adaptées sont aussi proposées régulièrement ainsi que des sorties en minibus. La restauration est réalisée en liaison froide avec la cuisine centrale de Châteaubriant. Les prestations sont très complètes et le tarif peu élevé, cet EHPAD est pour ces types de pathologies une excellente adresse ».

 Parc de la Lande

La résidence du Parc de la Lande à Châteaubriant est classée 117e sur 210 avec 7,5 sur 10. « C’est l’une des structures du Centre Hospitalier de Châteaubriant. Elle est située en centre-ville, devant un parc public. Le bâtiment de trois niveaux n’est pas vieux, bien entretenu, aux normes et très vaste. Son intérieur est assez sommaire, mais les lieux de vie sont très complets. Il est composé de quatre unités de 20 résidents et d’une unité protégée de 34 lits pour les personnes désorientées ou Alzheimer  . Toutes les chambres sont individuelles, spacieuses de 20 m2, équipées de douche privative. L’équipe de soins est complète avec médecin coordonnateur, infirmières, aides soignantes et psy à demeure. Les animations sont régulières, d’ordre manuel, physique, ludique, ou intellectuel, (ateliers manuels, jeux de mémoire, loto, revue de presse, conférences, spectacles, jeux de société, gym douce, chant……) organisées avec le personnel, visant à maintenir le lien social. Des sorties en minibus sont aussi organisées aux beaux jours. La restauration est réalisée en liaison froide. Les grands « plus » concernent l’accueil qui est parfait et le projet de vie individuel qui concerne chaque résident lors de son entrée ».

 Saint Julien

La maison de retraite de St Julien de Vouvantes est classée 118e sur 210 avec 7,5/10. « Son bâtiment est vieux mais a été rénové en 1994, et remis entièrement aux normes. De plus, il bénéficie d’un splendide parc. Toutes les chambres sont individuelles de 18 ou 20 m2 équipées de douche privative. Leur décoration, comme celles des lieux de vie, est assez sommaire mais tout est propre. L’équipe de soins est standard. Les animations sont régulières et variées. Des sorties en minibus sont organisées aux beaux jours. La restauration est réalisée sur place. Si l’établissement a peu de charme, son tarif n’est pas très élevé, ses prestations sont complètes et son accueil, adorable ».

St Julien de Vouvantes Photo : L’entrée à St Julien de Vouvantes

Le commentaire ci-dessus a été écrit en juin 2011 mais, depuis, une unité protégée de 10 lits a été ouverte pour les personnes désorientées, Alzheimer   ou apparentées, avec un jardin clos et un espace Snoezelen et le bâtiment d’entrée a été amélioré. Lors de la prochaine enquête, la note sera sûrement améliorée.

 Moisdon la Rivière

La résidence Notre-Dame du Don, à Moisdon, est classée 120e avec 7,5 sur 10. « Le bâtiment est une bâtisse de trois étages, sans grand intérêt, mais bénéficiant d’un parc magnifique. L’intérieur refait est propre, aux normes, mais sans luxe. Les lieux de vie sont dans une deuxième phase de travaux. Toutes les chambres sont individuelles, spacieuses (21 m2) équipées de douche privative. L’équipe de soins n’est pas très étoffée, les animations sont assez faibles (quelques jours par semaine), et les sorties inexistantes. La restauration est réalisée sur place. Le tarif n’est pas élevé, mais l’ambiance nous paraît assez austère ». [commentaire datant de juin 2011]
A noter que, prochainement, la maison de Moisdon aura une annexe au Petit Auverné, avec la construction de l’unité « Etoile du Berger » pour personnes handicapées mentales.

 ...et les autres

La Chesnaie – Nozay est 153e sur 210 avec une note de 7 sur 10. « géré par l’hôpital local, la maison est entourée d’un parc, à 500 m du centre-ville. Son bâtiment, récent (1995), est moderne, aux normes. Si ses chambres sont toutes individuelles et équipées de douche privative, leur taille se réduit à 16 m2. Les communs et les lieux de vie (hormis le restaurant) sont peu spacieux, ni nombreux, ce qui oblige les résidents à stationner dans le hall de l’établissement. Confiné, avec une décoration sommaire, l’ensemble vieillit mal. Des animations sont néanmoins proposées régulièrement ainsi que des sorties en minibus. La restauration est réalisée en liaison froide avec la cuisine centrale de Châteaubriant. Si les prestations sont complètes, et le tarif pas excessif, la structure actuelle ne rivalise plus au niveau du confort avec les nouveaux établissements ».

Le val d’Emilie est la maison de retraite de Derval, classée 187e sur 210, avec une note de 6/10. Le commentaire, établi fin 2011, dit que « Pris entre deux routes, son cadre verdoyant n’a déjà rien d’exceptionnel, mais, avec son bâtiment, on touche le fond. Il est composé de deux structures, l’une de 1983, avec des chambres sans douche privative, et l’autre de 1992, avec des douches. Son intérieur est triste, sans âme et ses lieux de vie bénéficient d’un confort sommaire. Les animations sont régulières, bien encadrées par deux personnes, avec de nombreuses sorties (pique-niques, excursions, échanges, séjours vacances). La restauration est réalisée sur place. Si les prestations sont à peu près complètes pour un tarif peu excessif, elles nous semblent trop moyennes pour y voir un attrait, mais les besoins sont là... A noter qu’un déménagement est en projet dans un EHPAD neuf pour une date indéterminée ». (ndlr : c’est vrai qu’il y a un projet de reconstruction).

Enfin le Centre Hospitalier de Châteaubriant est classé 189e sur 210 avec une note de 6/10 : « Cette Unité de Soins de Longue Durée qui ne reçoit que des personnes très dépendantes ou en fin de vie (Gir 1-2) est implantée sur le site du Centre Hospitalier de Châteaubriant dont elle dépend. Situé en périphérie de la ville et bénéficiant d’un vaste espace de verdure, son bâtiment moderne est froid, sans âme pour tout dire très hospitalier. Les lieux de vie sont sommaires, leur décoration et humanisation des plus réduites. Les chambres simples ou doubles réparties sur deux niveaux ne sont pas équipées de douche privative. Ce n’est pas pour l’hébergement que les résidents viennent ici mais pour la médicalisation. L’équipe de soins est standard pour ce type de structure et de dépendance. Des animations régulières et adaptées sont proposées aux résidents de même que des sorties en minibus pour les plus valides. La restauration est réalisée par la cuisine centrale. Peu d’intérêt au niveau des prestations, mais un tarif très raisonnable ».

Globalement les résidences du Pays de Châteaubriant   (celle d’Issé a été oubliée) sont correctes. Même si certaines sont austères ou sans âme, c’est mieux qu’à St Nazaire ou St Brévin les Pins où la note peut descendre jusqu’à 3,5 sur 10 ! A Pouancé, il y a trois établissements notés 7/10, 7,5/10 et 8/10. A la Guerche et Martigné-Ferchaud, les établissements sont moins bien notés.

 Une envolée des prix

L’enquête de France Info montre que la qualité des hébergements progresse, mais, revers de la médaille, les coûts augmentent. 55 €/jour en moyenne dans la région de Châteaubriant, ils peuvent atteindre jusqu’à 220 euros dans certaines maisons en France. « La réglementation exige la mise en place de normes de plus en plus draconiennes par l’amélioration de la qualité de vie des résidents. En contrepartie, le reste à charge a augmenté de plus de 25% depuis 4 ans », explique David Jacquet, co-responsable de l’enquête.

Tarif par jour en 2012 (sauf précision contraire :

  • St Vincent des Landes : 50,54 €
  • Rougé  : 48,50 en 2013
  • Béré  : 55,08
  • Nozay  : 55,19
  • Parc de la Lande  : 55,08
  • St Julien  : 51,66
  • Moisdon  : 50,89en 2011
  • Nozay  : 58,19
  • Derval  : 49,15
  • Centre Hospitalier  : 55,39
  • Issé  : 58,77 en 2013

Quasiment toutes les maisons de retraite proposent (services gratuits ou payants) :
lavage du linge, soins esthétiques, coiffure, pédicure, animations. En quelques années les maisons de retraite se sont bien améliorées.

Selon France-Info, l’admission dans les établissements meilleur marché demande beaucoup de patience avec des délais d’attente de six mois à deux ans. Les nouveaux établissements, aux tarifs trop souvent élevés, sont sous-occupés. « La qualité des hébergements en France progresse mais il reste encore beaucoup d’établissements modestes. Très peu sont vétustes », explique Patrick Lelong, journaliste de France Info.

Maison de retraite d’issé, voir page suivante

Source