Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Syndicat mixte du Pays de Châteaubriant - après 2003 > A quoi sert le Pays de Châteaubriant

A quoi sert le Pays de Châteaubriant

Ecrit le 17 juillet 2013

Réunion du Pays de Châteaubriant   (33 communes), ce lundi 8 juillet 2013. A quoi sert ce genre de réunion ? À rien ! Onze élus (sur 12) se sont déplacés pour entendre (sagement !) le rapport d’activité élaboré par l’animateur du Pays. Un beau rapport sur 38 pages, avec des cartes et des photos en couleurs, qu’on peut consulter ici

Un beau rapport ! On y trouve des chiffres-clefs sur le territoire, le nombre d’emplois, le nombre de logements. Une vision optimiste des choses en indiquant qu’il y a eu 13,79 % d’habitants en plus, depuis 1999 ! Bravo, sauf que l’augmentation est très variée :

Le rapport montre que le Pays a un budget de fonctionnement mais pas de budget d’investissement car le Pays n’investit rien, le portage des investissements est assuré par les budgets des trois Com’ Com’.

Le budget du Pays comporte 439 287 € de recettes dont 329 309 € versés par les trois Com’Com’   (le reste vient de la Région et de fonds européens). Et avec cette somme, le Pays paie son animateur, et des bricoles, et verse 313 548 € aux associations de pays. Le Pays sert donc de tirelire …

 Aide aux projets

L’animateur du Pays, c’est vrai, il travaille considérablement pour préparer, suivre et évaluer les études, les actions, les appels à projets. Et pour accompagner le « Groupe d’action Locale » qui gère le programme européen Leader 2009-2015.

Il gère notamment le site internet du pays – et le fonds reconversion-formation (qui a bénéficié à 25 salariés licenciés, sur 148, chacun ayant reçu en moyenne 520 €).

Il fait de « l’ingénierie de projet » ce qui a conduit par exemple à organiser un marathon sur la Voie Verte le 23 septembre 2012. Il y en aura un autre le 22 septembre 2013. Est-ce bien le rôle du Pays de Châteaubriant   ? Est-ce que cela contribue à son renom ? À la création d’emploi ? À la qualité de vie de ses habitants ?

Plus intéressant, l’animateur a participé au comité associatif et au comité de pilotage chargés de la refonte du musée des forges à Moisdon la Rivière (fort réussi !)

Il a apporté son assistance à l’association Qualifourrages qui étudie la faisabilité d’une usine de déshydratation des fourrages (et notamment de la luzerne). Et aussi apporté son assistante à l’élaboration du projet d’écocyclerie porté notamment par les Ateliers de La Mée.

 Le grand échec du SCOT  

Le grand échec du Pays de Châteaubriant  , c’est le SCOT   : schéma de cohérence territoriale. La Mée avait dit, dès le début, que le Président Alain Hunault n’en voulait pas ! Eh bien il a réussi à faire traîner les choses pendant 13 ans. Bravo l’artiste ! Mais le rapport d’activités présente les choses autrement, en rappelant le séminaire national de l’association Terres en villes qui s’est tenu à Châteaubriant et qui s’intéressait aux SCOT   ruraux. Quand on lit que ce séminaire était « ouvert aux 33 maires », on se réjouit mais, en réalité, il n’y a eu que 8 maires présents (et souvent pour une partie de la journée). Mais, ouf, le compte-rendu y consacre deux pages. Ca fait sérieux.

 Groupe d’action locale

Le groupe d’action locale s’est réuni huit fois et a étudié 24 projets d’action pour lesquels 309 301 € de fonds européens ont été engagés, soit 68,9 % des crédits disponibles. Avis aux porteurs de projets pour les fonds disponibles !

 Relais financier

Le syndicat mixte « le pays de Châteaubriant   » est l’interlocuteur de la Région Pays de Loire avec laquelle il a signé un CTU (contrat territorial unique) le 6 janvier 2010, lui assurant 4 848 000 € . Sur cette somme, 2 271 579 € ont été utilisés par les trois Com’Com’   . Par exemple :

Sur Derval : acquisitions foncières et viabilisation de la Zone des Estuaires. Acquisition de cinq ateliers relais.

La bibliothèque d'Abbaretz Sur Nozay : acquisitions foncières pour la zone de l’Oseraye et pour le pôle environnement, Maison de Santé, restaurant à Vay et à La Grigonnais, réseau de chaleur à La Grigonnais, Théâtre de verdure à Vay, halle de Gruellau à Treffieux, spectacle Germinal, bibliothèque à Abbaretz.

Sur le Castelbriantais : salle de spectacle de Ruffigné, salle communale de Juigné-les-Moutiers, transfert de l’épicerie de Rougé, office de tourisme   intercommunal, arboretum au Petit Auverné, accueil périscolaire à Noyal s/Brutz, spectacle déambulatoire « Promenades en histoire ».

C’est ce qu’on appelle des « projets structurants ». L’animateur du pays veille au bon avancement des dossiers et notamment au respect des délais contractuels, il vérifie les justificatifs de dépenses et de paiement et coordonne le rapport final. Le rapport d’activités donne un aperçu de toutes les actions soutenues.

On note qu’une part de ces fonds, soit 7051 €, venant de la Région ont été attribués à l’Office de Tourisme   du Castelbriantais pour produire des documents touristiques guide hébergement, guide loisirs) faisant doublons avec ceux de l’ADT   (association pour le développement du tourisme  ). Le Pays de Châteaubriant   a donc bien fait le choix, politique, de favoriser l’Office de Tourisme   au détriment de l’ADT   (qui est en voie de disparition).

 P.E.R 2

C’est fou ce que nos élus politiques aiment les grands titres ronflants : voici par exemple le P.E.R : pôle d’excellence rurale, qui fait attribuer 1,5 millions d’euros de subvention pour trois projets regroupés sous le titre « plan territorial pilote pour la qualité de vie et de santé des habitants ».

  • - la nouvelle piscine de Châteaubriant (espace santé bien-être intergénérationnel !)
  • - la maison de santé de Nozay
  • - le multi-accueil petite enfance de Derval.

Là encore le rapport d’activités fait le point sur les projets des Com’Com’  . Il donne aussi des éléments chiffrés sur les six associations de Pays : la Maison de l’Emploi, la plateforme d’initiative   locale ILAN, la Mission Locale Jeunes, le CLIC   (centre local d’information et de coordination gérontologique), le Conseil de Développement et l’ADT   (association pour le développement du tourisme  ). Il évoque enfin les deux services Mobil’Actif (prêt de véhicules) et Mobil’At (garage solidaire).

La lecture de ce rapport est donc fort intéressante pour qui s’intéresse à la vie de notre petite région. On peut le consulter ici

 Coquille

Le 27 juin 2001, la Mée écrivait : « Dans l’esprit mal tourné de certaines personnes, le Pays ne sera en fait qu’une coquille vide, dont la seule fonction sera de faire entrer de l’argent pour les projets des communautés de communes ». Eh bien, douze ans plus tard, il s’avère que c’est le cas !

Le syndicat mixte du Pays de Châteaubriant   permet de collecter des fonds, ce n’est pas négligeable. Mais, en réalité, tout le travail est fait par les Communautés de Communes. Les élus du Pays pourraient avoir un rôle de réflexion sur le devenir de notre petite région, sur la façon de concevoir des projets réellement communs, sur la façon d’associer concrètement les habitants à l’aménagement de leur cadre de vie, de définition d’actions en matière de développement économique. Mais il n’en est rien …...........

signé : BP