Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > VaCaRMe en Pays de Loire

Maladies cardio-vasculaires

VaCaRMe en Pays de Loire

Ecrit le 17 juillet 2013

 La géographie au service de la médecine

Une caractéristique des Pays de Loire : sa population était encore récemment en partie rurale et fixée dans des aires géographiques circonscrites du fait de sa faible mobilité. Par exemple, aux XVIIIe et XIXe siècles, dans certains villages de l’ouest de la France, 70% des couples mariés étaient originaires du même village et 90% à moins de 10 km.

Or la région est constituée de populations ayant un patrimoine génétique typique qui intéresse les chercheurs, soucieux de comprendre les causes génétiques de certaines maladies chroniques, cardiovasculaires, respiratoires et métaboliques. A Pont st Martin par exemple (5700 habitants), les médecins ont identifié 48 personnes atteintes de la même maladie et toutes reliées au même ancêtre commun né en 1650. « Nous cherchons aujourd’hui
quel est le gène à l’origine de la maladie dans cette grande famille » disent-ils.

La région de Châteaubriant est concernée puisque deux communes, Mouais et St Vincent des Landes, ont une très forte fréquence d’anomalies des valves cardiaques. Jans, Lusanger, Soudan, La Chapelle-Glain, Grand Auverné et Moisdon, Vay et Puceul sont concernées aussi. Et, dans une moindre mesure, Châteaubriant, Rougé, Abbaretz, Nozay.

Dans le contexte du vieillissement de la population, la prise en charge des maladies communes représente aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique. Il est nécessaire de préparer la médecine de demain pour réduire l’impact de ces maladies, tant sur la qualité de vie des patients que sur les coûts de santé.

 Le projet VaCaRMe

Aujourd’hui, les patients sont traités lorsque la maladie est installée. Demain, l’enjeu est de dépister précocement et de prévenir les maladies. Pour cela, il devient indispensable de proposer une médecine personnalisée, c’est-à-dire une médecine adaptée aux caractéristiques propres à chaque individu.

C’est dans ce cadre que les équipes de recherche de l’institut du thorax de Nantes ont conçu un projet de recherche biomédicale unique en France : le projet VaCaRMe « Vaincre les maladies Cardiovasculaires, Respiratoires et Métaboliques ».

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de la Région Pays de Loire et avec l’appui de l’Inserm, du CNRS, de l’Université de Nantes et du CHU de Nantes. Deux personnes y travaillent plus particulièrement : Hervé le Marec et Richard Redon.

Hervé le Marec, Richard Redon

Concrètement, il s’agira de comparer l’ADN de la population de référence (5000 individus) à l’ADN des patients/familles pris en charge par les équipes cliniques afin d’identifier les mutations génétiques potentiellement associées à leurs maladies. La recherche sollicitera donc deux catégories de personnes :

1/ les malades et leur famille atteints de pathologies chroniques comme l’hypercholestérolémie par exemple. Ces patients seront recrutés dans les hôpitaux de la région, notamment au CHU de Nantes.

2/ 5000 volontaires sains qui seront recrutés au cours des collectes de sang.

Pour participer à l’étude, il suffit d’avoir au moins 3 de ses 4 grands-parents nés en Pays de Loire. Ces 5000 volontaires permettront caractériser le patrimoine génétique des habitants des Pays de Loire.

La Région Pays de Loire soutient financièrement ce projet en apportant 3,4 millions d’euros.

Pour en savoir plus