Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 17 juillet 2013

Mée-disances du 17 juillet 2013

Ecrit le 17 juillet 2013

 Gaz de schiste

 
leMonde.fr du 12/07 : S’exprimant le 9 juillet devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale, A. Montebourg, ministre du redressement productif, avait prôné la création d’une entreprise publique pour exploiter la manne énergétique qui dormirait, selon lui, dans le sous-sol français. Soucieux de ne pas en faire trop dans la provocation, il avait expliqué s’exprimer à « titre personnel », restant opposé - c’est le mot d’ordre au gouvernement - à l’usage de la fracturation hydraulique « mauvaise pour l’environnement ». Persuadé que de nouvelles techniques allaient rapidement voir le jour, il annonçait tout de même l’arrivée prochaine du « gaz de schiste écologique ».
 
« La question de l’exploitation »écologique« des gaz de schiste ne se pose pas », lui a rétorqué Philippe Martin, ministre de l’Ecologie. « Ma feuille de route, celle que m’a fixée le président de la République, est de conduire la transition écologique et énergétique afin, notamment, de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles », a-t-il précisé. […]
 
La bagarre est loin d’être finie. Il est fort probable que le Conseil d’État transmette au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique. Un feuilleton juridique lancé en janvier par la compagnie américaine Schupebach dont deux permis miniers ont été recalés. La possible abrogation du texte mobilise le Medef et les industriels qui font le siège de Matignon et de l’Élysée pour obtenir un assouplissement de la loi.
 
« Arnaud Montebourg est leur principal soutien », explique José Bové. « Sur ce sujet, il est monomaniaque. »

Bons plan(t)s de cannabiculture
 
Selon l’Office of Gas and Electricity Markets (Ofgem), le régulateur britannique des marchés du gaz et de l’électricité, un tiers des détournements d’électricité au Royaume-Uni est attribué à la cannabiculture. Les vols d’électricité peuvent prendre des formes diverses : de la fraude aux compteurs électriques au raccordement sauvage à un réseau de distribution.
 
L’Ofgem évalue à 200 millions de livres (plus de 230 millions d’euros) le coût annuel des vols d’énergie dans le pays. Un coût qui alourdit les factures d’énergie de tous les ménages britanniques d’au moins 7 livres (8,11 €) et qui est probablement sous-évalué, car il ne s’appuie que sur les cas connus et recensés par l’Ofgem. La prévalence des plantations de cannabis sur les 25 000 cas de vols observés en 2010 est due au fait que le cannabis a besoin de beaucoup de chaleur pour pousser. Selon l’Ofgem, les fermes de cannabis consomment en moyenne 12 000 kWh par mois, environ 40 fois la consommation moyenne d’un foyer de 300 kWh. 

 Abstinence politique

 
leMonde.fr du 06/07 : Dominique Strauss-Kahn, guide en désintoxication politique pour camarades en perdition ? Selon certains proches de l’ex-futur candidat à la présidentielle, ce dernier a joué un rôle non négligeable dans l’acceptation, par Jérôme Cahuzac, de la nécessité de prendre du champ. « Dominique a été utile pour que Jérôme comprenne qu’il y a une vie après la politique », confirme-t-on dans l’entourage de l’ancien directeur du FMI.

[…] Les deux bannis socialistes partagent, outre une proximité avec le patron de l’agence Havas Worldwide, Stéphane Fouks, et les bons conseils de la communicante Anne Hommel – qui s’occupe toujours de M. Strauss-Kahn après avoir assuré pendant quelques mois la communication de crise de M. Cahuzac –, l’expérience commune d’une explosion retentissante, en plein vol. Voilà qui, forcément, rapproche. Même si DSK, qui a soldé l’affaire du Sofitel et attend l’avis des juges d’instruction quant au réquisitoire de non-lieu transmis par le parquet dans celle du Carlton, semble nettement plus avancé sur le chemin de la résilience. […]
 
Tel ne serait pas le cas de M. Cahuzac, qui n’aurait pas encore digéré la secousse. « Il est encore dans sa vérité, dit son ami Dominique Lefebvre, député du Val-d’Oise. Il se reproche tellement à lui-même cette situation qu’il reste dans le déni. Il a eu du mal à imaginer qu’il y ait pu y avoir une élection législative partielle sans lui à Villeneuve-sur-Lot... » […]
 
Outre les conférences et exposés, fort rémunérateurs, dispensés de par le monde, M. Strauss-Kahn peut désormais envisager une autre reconversion : l’accompagnement de fin de vie politique pour professionnels déchus du suffrage universel.
 
Estrosi - Le Pen : même combat
 
Libération.fr du 09/07 : SOS racisme va porter plainte contre Jean-Marie Le Pen et Christian Estrosi pour « incitation à la haine raciale ». La plainte du comité de SOS racisme des Alpes-Maritimes vise les propos tenus le 7 juillet par le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, sur les gens du voyage, et ceux de Jean-Marie Le Pen du 4 juillet, sur les Roms. Interrogé sur la récente occupation illégale de terrains par des gens du voyage dans sa ville, l’ancien ministre avait promis de « mater » ces derniers, en taxant de « délinquants » ceux qui installent leurs caravanes sans autorisation. Dénonçant des agissements coûteux pour « les contribuables français » il avait promis à tous les maires un « mode d’emploi » pour les combattre : caméras pour surveiller les allées et venues, relevé des plaques d’immatriculation, voire procédure judiciaire pour faire saisir les véhicules.
 
De son côté, Jean-Marie Le Pen, venu présenter le 4 juillet à Nice la candidate nouvellement investie par le FN   pour les municipales 2014, avait qualifié la présence de Roms dans la ville « d’urticante » et « odorante » et prétendu que « 50 000 Roms » allaient venir s’y installer en 2014.
 
L’association de défense des gens du voyage France Liberté Voyage a déjà déposé plainte auprès du procureur de Nice.

Inégalités
 
Le JDD.fr du 11/07 : Pour l’Observatoire des inégalités, la publication des montants des fortunes françaises cache un problème bien plus grave : l’appauvrissement des catégories sociales les moins favorisées. La fortune de Bernard Arnault « représente 1,8 million d’années de SMIC ». C’est évidemment choquant, que ce soit Bernard Arnault qui se maintient à la tête de ce top 10, ou Liliane Bettencourt qui augmente sa fortune de 3 milliards en un an. Mais le plus préoccupant n’est pas la richesse des riches, mais la pauvreté grandissante des pauvres. […]

Selon l’Insee, dont les statistiques sur les revenus s’arrêtent pour le moment à 2010, le niveau de vie moyen annuel des 10 % les plus pauvres a diminué de 260 euros, soit - 3 %, entre 2008 et 2010. A l’opposé, le revenu annuel des 10 % les plus aisés a progressé de 1 530 euros, soit + 3 %. En France, le revenu médian est de 1500 euros par mois. On peut supposer qu’entre 2010 et 2013, la situation n’a pas beaucoup changé...

Cela conduit à un fort cloisonnement de la société française : les inégalités de revenu se répercutent sur les inégalités de patrimoine, qui se sont beaucoup creusées. Entre 2004 et 2010, le patrimoine moyen des 10% les plus fortunés a augmenté de 400 000 euros, contre 114 euros seulement pour les 10% les moins riches. Ainsi, l’écart lié au revenu se transmet via le patrimoine de génération en génération, et touche donc les nouvelles générations.

Tout ce qui peut contribuer à une meilleure répartition de la richesse doit être soutenu, comme le contrôle de l’exil fiscal. Vu les problèmes de pauvreté, l’encadrement des salaires des grands patrons est surtout symbolique.

Il faudrait aussi un assouplissement des conditions d’accès au RSA  . Lorsqu’on a moins de 25 ans, il faut avoir travaillé deux ans pour en bénéficier. Or, les jeu-nes sont les plus exposés à la précarité...