Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Histoire autour de Châteaubriant > Rogatien Mortier d’Abbaretz

Rogatien Mortier d’Abbaretz

Ecrit le 17 juillet 2013

Il méritait bien cela, l’ami Rogatien Mortier. C’est un personnage haut en couleurs, doté d’un bagout inépuisable et qu’on a plaisir à entendre quand il évoque sa passion : la mécanique agricole. Un livre vient de lui être consacré par « Histoire et Patrimoine du Pays de Châteaubriant   ».

Et le bonhomme raconte, l’orthographe donne un peu une idée de son parler imagé et truculent. « A cette époque, dit-il évoquant l’année 1944, on semait les pommes de terre à la main, et on les récoltait également à la main. On levait des seuillons de patates à la charrue. La charrue était traînée par deux bœufs. Ce sont mes premiers souvenirs d’avoir été dans les champs. J’avais quatre ans et demi (…) » .
En 1945, il avait 5 ans et se souvient des battages, avec une machine à vapeur « cette machine noire m’donnait une peur terrible au moment où les soupapes se soulevaient, quand la pression était trop élevée. A c’moment-là, je n’m’imaginais pas que j’aurais été un jour passionné de ces monstres ».

ll raconte l’école, le catéchisme, le commis qui fumait, le premier vélo, la moto « n’ayant pas l’habitude, j’ré-accélère un p’tit coup avant d’passeu et v’la la moto cabreu sur la roue arrière. Marguerite tombée par le cul de la caouette, piouf par terre, et moi dans la haie d’épines » des anecdotes comme cela, il en a …

Et puis le travail de la ferme, le village du Houx, les premières mécanisations, l’enthousiasme, mais aussi le sens de l’histoire. C’est ainsi qu’en 1970, il a 30 ans, il achète un vieux tracteur, le Farmall M, « Et ce jour est née l’idée de sauver toutes ces machines » pour garder la preuve de cette période de mécanisation.

Rogatien a acheté, réparé, mis en scène une foultitude d’objets agricoles qui constituent maintenant son musée « Agri Rétro » toujours au village du Houx à Abbaretz, recherchant des pièces d’origine, fabriquant de ses mains celles qui manquaient … et racontant l’histoire de ces gros bijoux, au point d’en faire un livre passionnant de 150 pages. Achetez-le (22 euros), vous ne le regretterez pas !

Site internet


NOTES:

seuillons : sillons