Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Départemental > Le haut-débit partout bientôt

Loire-Atlantique

Le haut-débit partout bientôt

Ecrit le 25 septembre 2013

La Loire-Atlantique, département numérique : ce sera une réalité en 2015 grâce au plan départemental de 27 M€ mis en œuvre par le Conseil Général, financé aux deux tiers par le Conseil Général et à un tiers par le Syndicat des énergies de Loire-Atlantique (Sydela).

 150 sous-répartiteurs

150 sous-répartiteurs vont être équipés pour assurer une montée en débit partout en Loire-Atlantique. Au total, 34 000 lignes d’usagers (particuliers et entreprises) actuellement mal desservies bénéficieront d’une montée en débit dans les trois prochaines années. Les premiers coups de pioche viennent de commencer : les mises en service démarreront début 2014

Exemple à La Sicaudais (commune d’ Arthon-en-Retz), où neuf habitants sur dix n’ont aujourd’hui pas accès au haut débit (2Mbps) : la très grande majorité des 251 lignes sera éligible à un haut débit de qualité (plus de 8Mbps) dès janvier 2014.

Le numérique est désormais un besoin pour tous les habitants Tout le monde n’utilise pas internet de la même façon et n’a pas les mêmes besoins. Mais la tendance est là : une transmission numérique de plus en plus performante est devenue essentielle, aussi bien en milieu rural qu’en ville. C’est un objectif de solidarité territoriale et sociale.

Avant même de penser au très haut débit, les connexions haut débit doivent être accessibles au plus grand nombre. Pour réduire les inégalités numériques et garantir à tous les citoyens et toutes les entreprises un accès aux outils de communication souhaités, l’action publique est devenue indispensable. Dans le déploiement de la fibre optique (très haut débit), les opérateurs privés ciblent les seules zones permettant de dégager une rentabilité à court ou moyen terme. Par exemple : Nantes métropole, la Communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire et la Communauté d’agglomération de la Presqu’île de Guérande.

 Montée en débit, comment ?

Montée en débit : schéma

La montée en débit consiste à apporter la fibre optique, solution performante de transfert de données, plus près des usagers et principalement dans les zones actuellement non ou mal desservies. Le coût de la montée en débit d’un sous-répartiteur (installation d’un nœud de raccordement ) varie de 150 000 € à 250 000€ Il faut compter 8 mois entre le début de l’opération et sa mise en service.

Le projet porté par le Département prévoit à ce stade la montée en débit de 150 sous-répartiteurs par le déploiement de fibres optiques. Cette solution vise à garantir un débit minimal de 2Mbps à toutes les lignes raccordées (34 000 lignes concernées), mais la plupart d’ entre elles verront leur débit augmenter bien au-delà

Les résultats attendus sur les 34 000 lignes impactées (estimation) :
Débit Nombre de lignes aujourd’hui Nombre de lignes après travaux
Sans DSL 1770 26
Débit < 2 Mbps 16122 646
Débit > 8 Mbps 1746 30 859

Mbps = mégabits par seconde

Pour connaître le détail des zones concernées par la montée en débit sur une commune, une carte interactive est en ligne sur le site loire-atlantique.fr/hautdebit .
Quinze communes (sur 33) sont concernées par cette montée en débit dans le Pays de Châteaubriant  , certaines sur des petites portions de territoire (à Soudan par exemple), d’autres presque en totalité (Petit-Auverné, la Chapelle Glain). Des panneaux d’information seront installés sur l’ensemble des chantiers de travaux de montée en débit. Un dépliant explicatif va par ailleurs être distribué auprès des habitants et des acteurs concernés, sans oublier un affichage en mairies.

 Un enjeu aussi pour les entreprises

Au-delà des particuliers, c’est également l’attractivité économique des différents ter-
ritoires de la Loire-Atlantique qui est concernée. La possibilité de communiquer et d’échanger en temps réel avec ses clients et fournisseurs est un enjeu économique fort qui peut conditionner l’implantation d’activités économiques sur un territoire.

Le développement de la fibre optique à destination du tissu économique connaît
actuellement trois freins essentiels

  • 1) La disponibilité géographique réduite. A la différence des réseaux téléphoniques en cuivre qui sont présents sur tout le territoire départemental, le réseau de fibres optiques est encore peu développé.
  • 2) Les tarifs proposés dépendent fortement de l’intensité concurrentielle sur les territoires
  • 3) L’inadéquation des offres de service au vivier de PME des territoires.

 Un kit satellite

Pour ceux qui resteraient dans une zone d’ombre, après ces travaux, le Département accorde une subvention (200 € environ) prenant en charge les frais d’installation d’un kit satellite permettant d’ offrir un accès de plus en plus performant à internet.


Ecrit le 29 avril 2015

 Montée en débit internet

Avec le Lot et la Haute-Marne, la Loire-Atlantique fait partie des trois départements retenus pour mener avec Orange une optimisation de la montée en débit dans certaines zones géographiques et améliorer les débits internet des habitants situés loin des nœuds de raccordement au réseau fixe (NRA).

Douze zones géographiques (soit 1200 abonnés), dont la commune de Soudan, vont pouvoir bénéficier d’un débit supérieur à 2 Mbps.

Le Schéma départemental d’aménagement numérique défini par les élus départementaux s’appuie sur la montée en débit d’ici 2016 de 150 sous-répartiteurs répartis dans 103 communes de Loire-Atlantique. Au total, 34 000 lignes mal desservies vont bénéficier de cette montée en débit.