Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Maison de l’intercommunalité à St Julien de Vouvantes

Maison de l’intercommunalité à St Julien de Vouvantes

Ecrit le 9 octobre 2013

Une Maison de l’Intercommunalité

La maison de l’intercommunalité a été inaugurée le 4 octobre 2013 à St Julien de Vouvantes. Ele regroupe la bibliothèque, un accueil de loisirs, une salle dédiée à l’informatique, un bureau partagé, une tisanerie, une grande salle pouvant faire office de salle de repos ou d’animation pour les tout-petits. Le tout sur 200 m2. Un espace goudronné extérieur, et fermé, permettra de faire sortir les enfants en toute sécurité. En raison de la déclivité du terrain, il y a un sous-sol qui sera utilisé pour le rangement du matériel.

Le bâtiment se situe derrière le Foyer Rural, dans l’Allée des Jardins, à côté de la salle de sports. Cette proximité sera très utile pour les activités de vacances du RAP   (Relais accueil proximité).

La construction de la maison de l’intercommunalité a connu quelques vicissitudes : il a fallu changer de maître d’œuvre et deux artisans ont déclaré forfait, mais, bon, c’est terminé. Le coût s’élève à 680 000 € HT  . La subvention du Département dans le cadre du Contrat de Territoire Départemental a été de 175 000 €. L’Etat a accordé 90 595 €, et la CAF (Caisse d’allocations familiales) 112 000 € ainsi qu’un prêt de 48 000 €. Le montant des fonds Européens sera connu en décembre prochain. Le reste est autofinancé par la Communauté de Communes du Castelbriantais.


Chiffres :

  • 905 livres, 1 453 prêts collectifs, 1053 prêts public (dont 811 livres jeunesse)
  • Un Espace Public Numérique avec 1 poste informatique
  • Un espace club informatique avec 4 postes
  • 6 h d’ouverture hebdomadaire tout public
  • 8 bénévoles et 72 adhérents

Pour l’inauguration, une exposition extérieure sur les poètes du XIXe siècle avait été installée. A l’intérieur se trouvait l’exposition « La Terre est ma couleur » sur le racisme, avec notamment un panneau sur la Shoah « Une sombre étoile dans la mémoire ».

« Les histoires, les contes mettent spontanément l’enfant dans une situation d’écoute. Et c’est ce travail interne qui transforme la motricité physique (l’enfant qui bouge) en motricité psychique (l’enfant qui pense et construit du sens). Le rôle de l’adulte est de donner à l’enfant la possibilité de déployer sa compétence d’écoute naturelle ». dit Evelio Cabrejo Parra