Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Drogues > Alcoolisme, Vie Libre

Alcoolisme, Vie Libre

Ecrit le 18 février 2004 :

 Alcoolisme : La soif d’en sortir, avec « Vie Libre »

Le mouvement « vie libre » a tenu son assemblée générale le 17 janvier 2004, salle omnisports à Châteaubriant. Il comporte cinq secteurs (Sucé, Saffré, La Chapelle Sur Erdre, Blain et Châteaubriant )

Ce dernier secteur, qui comportait 7 adhérents au 1er janvier 2003, en compte 20 au 1er janvier 2004. Il s’est réuni 10 fois au cours de l’année. Les militants et malades venant de Châteaubriant, Derval, Sion-les-Mines, Issé, Louisfert, St Julien de Vouvantes et La Chapelle Glain, sont engagés dans le combat contre la maladie alcoolique et les misères qui en découlent.

Depuis le 16 mai 2003, une permanence a lieu tous les vendredis de 14 h à 15 h au Centre Hospitalier de Châteaubriant, grâce à l’intervention du docteur Salim qui a aménagé une salle dans son service d’alcoologie. Il y a en moyenne 5 contacts à chaque permanence ce qui permet aux malades de faire connaissance avec le mouvement et d’être dirigés, le cas échéant, vers une équipe proche de leur domicile. Cela permet aussi aux malades de parler tout simplement avec des gens qui ont souffert comme eux et qui connaissent donc les problèmes.

L’année 2003 a été difficile à gérer pour l’équipe, avec des rebondissements dans quelques cas, beaucoup d’efforts remarquables, de fatigue pour accompagner les membres de l’équipe. Mais beaucoup de satisfaction aussi au bout du compte. « Aider les autres rend plus fort » dit le Président Maurice Eveillard

En plus des réunions de base, le mouvement Vie Libre organise des sorties, pique-nique, excursion « où nous sortons de notre cadre quotidien, moments privilégiés où chacun renouvelle un peu sa foi en l’être humain et en la chaleur de l’amitié ».

Les objectifs pour 2004 : encourager les conjoints dans les activités et le travail ; consolider en général la solidarité et l’efficacité des équipes.

Pas un vice

L’alcoolisme n’est pas un vice, mais une maladie et aucune sanction (et surtout pas la prison) n’a guéri une maladie.

VIE LIBRE, est un mouvement de promotion totale qui accompagne le malade alcoolique dans la redécouverte de sa personnalité que la maladie alcoolique a détruite peu à peu. Aucune autre maladie ne détruit autant la personne que l’alcoolisme.

VIE LIBRE, mouvement de prévention, veut prévenir la maladie plutôt que guérir des victimes de cette maladie

VIE LIBRE est un mouvement d’amitié, « une amitié pleine de respect des buveurs quel que soit leur état, une amitié dynamique qui constitue un nouveau milieu capable de faire prendre conscience au malade alcoolique des possibilités qui sont en lui ».

On peut contacter le président Maurice Eveillard au 02 40 81 07 23
ou 06 25 68 91 13


Ecrit le 29 septembre 2004 :

Les lunettes à alcool

Des lunettes qui simulent les effets de l’alcool sont maintenant utilisées dans une école de la banlieue Lyon, depuis le début du mois. Le but est de sensibiliser les apprentis à l’effet de l’alcool sur la vision et l’évaluation des distances.

L’appareil est déjà utilisé aux Etats-Unis. On croirait des lunettes de ski, mais celles-ci simulent soit un taux d’alcool de 70 mg d’alcool dans le sang, soit un taux de 140 mg. Certains modèles
de lunettes permettent de donner l’effet de la prise de drogue
et d’alcool sur la vision.

Ces lunettes agissent sur le champ de vision et sur l’évaluation des distances.

Les élèves doivent effectuer un parcours à obstacles avec les « Fatal Vision googles » avant d’arriver à leur véhicule, d’y entrer et de boucler leur ceinture de sécurité. « Mais ils ne circulent pas en voiture », a précisé Brigitte Gervais, monitrice chargé de « l’atelier alcoolémie » à l’école de conduite.

Il est possible de voir les élèves conducteurs tituber, hésiter, renverser les plots pour arriver à l’auto-école et tâtonner pour saisir le trousseau de clés, même avec les lunettes simulant un taux de à 0,7 grammes d’alcool.

« On ne sait pas où mettre les pieds, on hésite, on n’évalue pas du tout les distances, on a le vertige. C’est très surprenant, je ne pourrais pas conduire comme ça », a confié à Reuters Emilie, 22 ans, après avoir terminé l’exercice.

Pour le directeur du centre de Bron, René Chomette : « l’effet produit par ces lunettes est violent, car le cerveau n’a pas le temps de s’accoutumer à l’alcool ». Leur utilisation est de ce fait déconseillée aux personnes à tendance épileptique,
précise-t-il.

L’utilisation de ces lunettes pourrait bientôt être monnaie courant dans les écoles de conduite du sud de la France.

Reste à savoir si ces lunettes seront vraiment dissuasives : certaines personnes, en effet, recherchent les effets de l’alcool, le déséquilibre qu’il engendre, la sensation de « planer » et n’ont aucun souci de la sécurité, la leur et celle des autres. Rappelons qu’un accident sur 3 est dû à la consommation d’alcool.


Ecrit le 12 octobre 2005 :

 Vie libre

A l’invitation de Maurice Eveillard, le groupe VIE
LIBRE s’est réuni à
Louisfert le 25 septembre dernier. Il comporte cinq
équipes de base ; Châteaubriant, Blain, Saffré, Sucé et La Chapelle sur Erdre, soit 54 « cartes roses » c’est à dire qui ne boivent plus d’alcool depuis au moins 6 mois.

Le thème de la réunion était : « l’accueil des nouveaux malades ».
L’alcoolisme, en effet, n’est pas une faute. C’est une maladie. « Ici, nous savons ce que c’est, nous sommes passés par là, nous accueillons le nouveau malade, et son conjoint, sans le juger » - « Un nouveau malade, c’est comme une naissance dans une famille, c’est une joie, c’est du sang neuf ».

Au mouvement Vie Libre, on sait que, dans toute maladie, il y a des rechutes. « Quand nous savons que l’un d’entre nous a rechuté, nous allons vers lui, pour l’aider à tenir le choc ».

Vie libre - oct.

« Notre force c’est l’amitié » dit-on au mouvement qui, reconnu par les instances sanitaires, tient des permanences tous les vendredis dans le service du Dr Salim au Centre Hospitalier de Châteaubriant.

« Nous faisons un réel travail de restauration de la santé et d’une vie sociale harmonieuse, mais nous constatons que les élus municipaux sont davantage prêts à aller aux réceptions et vin d’honneur, qu’à soutenir notre association » disent les responsables de Vie Libre, non sans amertume !

C’est toujours
comme ça ...

C’est facile de faire la morale aux alcoo-liques, tout en évitant de les aider.

C’est facile de stigmatiser les chômeurs tout en évitant de leur donner du travail.

C’est facile, quand on a presque tout, de prodiguer des conseils à ceux qui ont peu.

C’est facile de donner une leçon,
C’est moins facile de partager.


Ecrit le 1er février 2005

 Alcool, Vie libre

« Je remercie la municipalité de Louisfert qui nous a accordé la gratuité d’une salle pour nos réunions » : Maurice Eveillard, Président de VIE LIBRE est satisfait de cette évolution.

VIE LIBRE est un mouvement d’aide aux victimes de l’alcool. L’équipe « du Pays de La Mée » a débuté en décembre 2002 avec 5 personnes. En fin d’année 2005 elle compte 27 personnes.

Ce mouvement est une aide soutenue aux victimes, en leur apportant l’amitié dont elles ont besoin pour éviter les rechutes :
– . 12 réunions de base en 2005
– . Week-end Loisirs à Pénestin
– . Pique-nique
– . Buffet campagnard
– . Journée de réflexion sur l’accueil des nouveaux.

« Nous avons passé 50 heures en équipe de base, 60 heures en comité de section. Nous avons effectué 43 permanences et vu 60 patients dans le service du Docteur Salim au Centre Hospitalier de Châteaubriant et nous avons effectué, en outre, 40 visites à des malades, ceux de l’équipe bien sûr mais aussi ceux qui n’en font pas encore partie » rapporte M.Eveillard.

« Il y a en effet toujours un risque de rechute dans la maladie alcoolique. Pour y faire face rien ne vaut le soutien de l’ancien buveur qui apporte la preuve que l’on peut s’en sortir. Ayant été moi-même confronté à l’alcool, sa dépendance, sa domination, je comprends ce que ressentent ces personnes. Il faut continuer l’aide et le soutien au malade et à son entourage (conjoint, enfants) » dit Maurice Eveillard qui multiplie les déplacements et les contacts, aidé en cela par Yves Daniel et Maurice Chaillot, et Stéphanie, la fille de ce dernier, devenue la secrétaire bénévole de l’équipe.

Tout ce travail, qui représente environ 600 heures dans l’année, 200 appels téléphoniques, 2000 km de déplacement, est fait dans un total bénévolat.


Ecriit le 29 novembre 2006

Le mouvement Vie Libre, laïc, a été créé en 1954. Il a une section sur le Pays de Châteaubriant   qui comporte 30 membres pour lesquels il organise des réunions mensuelles et des activités festives (pique-nique, etc)

Mais surtout, la section tient une permanence tous les vendredis, au Centre Hospitalier de Châteaubriant, dans le service du Docteur Salim.

Contact : Maurice Eveillard
(Louisfert) - 02 40 81 07 23

Alcool, Vie L

Pour Vie Libre, l’alcoolisme est une maladie et non pas une faute. Pour en sortir le mouvement compte sur :

– L’action du semblable sur le semblable : l’action du buveur guéri sur le buveur à guérir. Et la nécessité d’agir sur les structures de la Société.

– La fierté d’en être sorti porte les buveurs guéris à porter leur témoignage en public, Ils éprouvent le besoin de crier leur bonheur. L’opinion publique devrait être éclairée sur l’alcoolisme-maladie et sur sa guérison. Ii s’agit de détruire le préjugé : « Qui a bu boira ».
Cette notion de l’alcoolisme-maladie distingue profondément VIE LIBRE des autres mouvements.

– L’amitié qui existe dans le cœur de tous les malades guéris est le ferment de la guérison. Elle devient la grande devise du Mouvement : « Notre force est notre amitié ». Cette amitié est donnée dans le sens de la promotion et du bonheur des autres, elle demeure, elle tient bon.

– L’abstinence totale de tout alcool que l’ensemble des médecins était loin de préconiser.

– La participation des abstinents volontaires (conjoints des buveurs guéris, enfants et parents, et autres volontaires).

Ni moralisme, ni paternalisme, ni individualisme : le mouvement Vie Libre cherche à redonner une vraie place à ses adhérents, au sein de leurs relations familiales, professionnelles et sociales.


Ecrit le 5 décembre 2007

 Des cocktails pour Noël

Luciole, Punch aux épices, Marie Galante, Maracaibo, Limo surprise et Bananes Tigrées … Le groupe VIE LIBRE du Pays de La Mée propose un recueil d’une cinquantaine de cocktails de toutes les couleurs, de tous les goûts, mais … sans alcool.

On peut le demander aux responsables locaux : 02 40 81 07 23 ou 02 40 81 39 35. Le groupe Vie Libre est un mouvement de buveurs guéris ou en voie de guérison, d’abstinents volontaires et de sympathisants, hommes et femmes.


Ecrit le 11 juin 2008

 Vie Libre

L’association Vie Libre se compose de militants bénévoles qui sont sortis de l’enfer de l’alcool et qui vont bien. Ils n’ont qu’un but maintenant : aider le maximum de personnes à guérir. La marque la plus importante de la guérison, c’est la reconquête de la liberté !

Contacts :

Maurice Eveillard à Louisfert :
		02 40 81 07 23
		06 25 68 91 13
Maurice Chaillot à Châteaubriant :
		02 40 81 39 35 

Ecrit le 3 septembre 2008

 Vivre libre

Mais de quelle liberté parlent les 1500 adhérents à « Vie Libre » dans la Région Pays de Loire ? Ils ont connu la maladie, avec son cortège de dépendance et de malaises, et ils s’en sont sortis. Ils en sont légitimement fiers et souhaitent à leur tour aider les autres malades.

Vie Libre -

Maurice Eveillard, Bernard Pezet, Alain Sorget, Jean Gabriel Leloup, Pierre Bigot : ils sont responsables du Mouvement à des degrés divers, contents de se retrouver pour un pique-nique à La Forge de Moisdon le 30 ao^t 2008. Ce sont tous des militants, amenés à tenir des permanences dans les équipes de base comme dans les hôpitaux, amenés aussi à témoigner dans les entreprises et dans les écoles. « Nous apportons notre savoir-faire et notre savoir-être : écouter les gens, approcher les malades, faire savoir que l’alcool est un gros fléau »

Ce qui les touche le plus actuellement, c’est de voir des jeunes filles en coma éthylique. « Cela prouve que leur corps est déjà au-delà de la dépendance ». Ils s’inquiètent de voir les soirées-défonce organisées par les jeunes qui, méthodiquement, boivent toute une soirée jusqu’à ce qu’ils n’aient plus conscience de rien. « Ce n’est même plus l’alcool-plaisir d’une soirée entre amis, c’est l’alcool-destruction, sciemment ». Mais quelle est donc cette société où les jeunes n’ont qu’un but : se détruire ?

« Nous intervenons à la demande, dans les collèges, en témoignant sur notre propre vie. Souvent des jeunes expriment le désir de nous rencontrer, après, en particulier. C’est là que nous repérons les enfants touchés par l’alcool des parents ».
En Région Pays de Loire, il y a 31 sections de « Vie Libre ». « Notre but est d’aider les malades, mais aussi les conjoints et la famille. Nos ouvrons nos réunions aux enfants, pour qu’ils comprennent ce qui se passe, pour qu’ils soient fiers des efforts faits par les malades pour sortir de cette maladie. A 5 ans, ils sont tout à fait capables de comprendre ».

Mais il n’y a pas que l’alcool ...« c’est pourquoi nous nous formons en addictologie, pour pouvoir faire face à tous les problèmes de drogue ». La section de Châteaubriant comporte une quarantaine de membres. Les deux responsables parcourent 150 km par mois pour aller soutenir les malades en situation de risque de rechute.

	Maurice Eveillard à Louisfert :
		02 40 81 07 23
		06 25 68 91 13
	Maurice Chaillot à Châteaubriant :
		02 40 81 39 35

Le souhait de tous les militants : être reconnus et subventionnés pour le travail qu’ils font « Pas pour nous payer ! Mais au moins pour nous rembourser nos frais de déplacement » disent-ils.

voir SDF en trois jours

Voir : dépendance et toxicomanie