Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Drogues > Les éléphants roses n’existent pas

Vie Santé Libre

Les éléphants roses n’existent pas

Ecrit le 15 janvier 2014

Les éléphants roses n’existent pas
l’ivresse n’abrite que les noirs serpents
de la douleur et de la déchéance
On boit pour une seule raison
Pas pour oublier qu’on boit
Mais pour oublier tout le reste et
échapper à la dépression (..)

dit Serge Reggiani dans un texte poignant repris par l’association Vie Santé Libre du Pays de Châteaubriant  .

C’est une association d’entraide qui regroupe d’anciens malades de l’alcool, leurs familles et des sympathisants. « Nous croyons à la force de l’amitié » dit le Président Maurice Eveillard.

Vie-Santé-Libre : le bureau

C’est une amitié très active ! Avec une soirée mensuelle, même en période d’été, et de nombreuses activités auprès des malades :

  • 12 réunions du groupe d’entraide
  • 21 réunions de bureau
  • 48 permanences au Centre Hospitalier
  • 118 visites aux malades
  • 1122 coups de téléphone
  • 3650 kilomètres parcourus

Dans les diverses rencontres  , l’association a touché en moyenne 60 personnes/mois dont 10 enfants.

L’association travaille en étroite liaison avec le personnel médical « un corps hospitalier qui a une vue juste de la maladie alcoolique, qui croit à la guérison et qui soigne ces malades avec respect »

L’association multiplie les journées de réflexion, pour permettre aux malades et à l’entourage, d’exprimer leur mal-être – et les sorties (par exemple à Terra Botanica) pour favoriser la vie sociale.

Alcool et dépression …

Alcool et troubles anxieux …

Alcool et grossesse …

 Alcool et dépendance ….

Vie-Santé-Libre : la banderole

Les êtres humains ne sont pas égaux face à la dépendance. La personnalité joue un rôle (impulsivité, recherche de sensations et prise de risque), l’environnement social aussi (consommation précoce voire in-utero, solitude qu’on cherche à éviter en allant dans un café). Des études ont montré la contribution notable de facteurs génétiques.

Le traitement repose sur une psychothérapie, une modification des liens environnementaux et sociaux, et des médicaments. Mais ceux-ci sont peu nombreux, ils ont une efficacité indéniable mais modeste et limitée dans le temps. L’addiction à l’alcool est une maladie chronique et hautement récidivante, parce qu’elle s’accompagne souvent de troubles de l’humeur ou de la personnalité, d’anxiété, de dépression.

D’où l’importance de coordonner les soins entre addictologie et psychiatrie. Il existe des structures pour cela, le centre médico-psychologique  , et Les Apsyades (Psychiatrie et addictologie) à Châteaubriant. Il existe des centres de sevrage à Châteaubriant, Ancenis, Cholet et des centre de post-cure à Bouguenais, Rennes, Royan. Il existe des groupes de parole à Blain. L’association Vie-Santé-Libre peut fournir toutes les adresses !

« Boire est une maladie. Si un homme tombe à l’eau, c’est un devoir de lui porter secours. Nous serions condamnables de ne pas porter secours à une personne en danger d’alcool » dit le bureau de cette association.

 Et la drogue

Jusqu’à maintenant l’association s’est centrée sur l’alcool mais elle découvre d’autres situations dramatiques : les personnes qui se droguent ! Cela peut concerner des gens très jeunes, dès 14-15 ans. Cela peut provoquer des dégâts dans les familles quand l’un des conjoints accuse l’autre de manquer de surveillance et/ou d’autorité. L’association a donc commencé à aborder ces questions pour lesquelles il y a peu de prise en charge médicale dans la région de Châteaubriant.

Pour tout cela, l’association a un budget très très modeste, alimenté par des subventions et par les participations des membres. Heureusement des communes commencent à comprendre que cette association a un rôle important de sauvegarde de la santé publique.

Contacts :

  • Maurice Eveillard – 02 40 81 07 23
  • Maryline Lavague – 02 40 55 28 05
  • Chantal Gautreau – 02 40 28 70 98
  • Joël Ricordelle – 02 40 87 50 01
  • Permanences tous les premiers vendredis du mois à 20 h salle Bellevue à Louisfert (près du terrain de football)

Vendredi 7 février : réunion avec le docteur Salim - 20h salle Bellevue à Louisfert