Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes âgées, retraités > Retraités CFDT, congrès 2014

Retraités CFDT, congrès 2014

Ecrit le 5 février 2014

 Montée des corporatismes et de l’intolérance

Lors de l’assemblée générale des retraités CFDT, le 28 janvier 2014, le secrétaire Yves Le Gall a brossé le paysage économique et social, « marqué par des mutations et des ruptures ». « Dans un contexte de crise, de croissance très faible, d’impacts limités des mesures de régulation, quels sont les leviers à actionner pour sortir de ces impasses ? Une mobilisation massive de toutes les forces vives, de toutes les intelligences, de toutes les compétences, est nécessaire. Le seul discours sur les efforts à produire, sur l’austérité, les restrictions budgétaires, les économies à réaliser, les coûts et les effectifs à réduire ou supprimer ne peut suffire à redresser la barre, retrouver la croissance et la compétitivité ».

« Il faut inventer de nouveaux modèles économiques compatibles avec un développement respectueux des grands équilibres des systèmes de protection sociale et de solidarité. Cela vaut tant au niveau national qu’au niveau européen et ce contexte implique de remettre la question des solidarités en avant. Le déficit de réflexion des représentants patronaux souvent arc-boutés sur le seul coût du travail et les difficultés de certains acteurs syndicaux à regarder certaines réalités en face, n’aident pas à trouver des solutions cohérentes ».

« La montée des corporatismes, la fronde antifiscale orchestrée par ceux qui ont le plus de revenus et souvent aussi qui touchent le plus de subventions, est indécente et inadmissible ! Il ne suffit pas de se mettre un bonnet rouge sur la tête pour s’exonérer de ses responsabilités comme le font les agriculteurs de la FNSEA et patrons bretons qui se cachent derrière les salariés qu’ils ont licenciés ! »

La CFDT dit clairement qu’on ne peut à la fois vouloir résorber les déficits et la dette, améliorer la sécurité, les transports, la prise en charge de la petite enfance et des personnes en perte d’autonomie, et demander des subventions supplémentaires tout en payant moins d’impôts !

« L’impôt est nécessaire mais il doit être juste pour être accepté. Il est aujourd’hui devenu illisible, incompréhensible et inéquitable. Ce ne sont pas les plus hauts revenus qui paient trop d’impôts. Ce sont les revenus modestes qui paient proportionnellement beaucoup plus que les plus aisés sans bénéficier de niches fiscales ».

« Notre priorité c’est la solidarité. Cette solidarité doit s’exercer entre les générations : chacun doit contribuer suivant ses revenus quel que soit son statut social ».

 Quel engagement ?

Le chômage est à un niveau historiquement haut. Le pacte de compétitivité proposé par F Hollande « n’a de sens que s’il
y a un réel engagement des entreprises
sur l’emploi », a déclaré Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. « La balle est dans le camp du patronat. Il faut qu’à mesure que les prélèvements obligatoires baissent on puisse mesurer les engagements des entreprises ». « Il faut que le patronat s’engage à des embauches, des évolutions de carrière ».

Il y a quelques semaines le Medef disait « il faut des allègements de cotisations et on créera un million d’emplois » ! Aujourd’hui, il y a des propositions d’allègements de cotisations, et on nous dit : « C’était juste un objectif, pas un engagement. » Si les entreprises ne prennent pas d’engagements, il n’y aura pas de pacte qui vaille pour la CFDT.

 La perte d’autonomie

Un projet de loi sur la prise en charge de la perte d’autonomie est annoncé par le gouvernement pour la fin de l’année. La CFDT entend bien prendre toute sa place dans la concertation qui va s’ouvrir.

 Motion

« Chaque jour, nous sommes bombardés d’informations, de faits divers, de prises de positions sans réflexions. Face à ces événements, il ne faut pas se laisser emporter par la vague, se laisser entraîner par les discours simplistes, bien souvent populistes. Gardons le cap de ce que nous voulons : un monde plus juste et une société solidaire. Cela passe par le respect de règles communes, des efforts en matière de solidarité et la relance d’une nouvelle croissance, orientée vers le développement durable et l’emploi de qualité » dit la CFDT.

L’Union Locale des Retraités Cfdt réaffirme son choix de la solidarité intergénérationnelle. La solidarité constitue le socle incontournable de la cohésion sociale. Elle est garante de justice et d’égalité.

La CFDT demande notamment : L’accès aux soins de qualité partout et pour tous : « nous défendons l’installation de vérita-bles maisons de santé. Nous dénonçons les dépassements d’honoraires, les restes à charge insupportables pour beaucoup de retraités qui n’ont plus les moyens d’avoir une mutuelle complémentaire – Nous voulons une prestation universelle pour la prise en charge de la perte d’autonomie basée sur un financement public avec la participation de tous les revenus »