Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Handicap > Handicap : 40 ans et dix de plus

Handicap : 40 ans et dix de plus

Ecrit le 19 février 2014

 40 ans et 10 de plus

Alors que la concertation nationale sur les agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP) s’est achevée fin janvier, l’Association des paralysés de France (APF) et la Fédération Nantionale des accidentés de la vie (FNATH) expriment leur profonde inquiétude devant les options proposées pour rendre la France accessible.

En dépit de trois lois (dont la première date de 1975), faisant de l’accessibilité une obligation nationale, les pouvoirs publics n’ont pas accompagné ce cadre législatif par une impulsion politique et financière et une grande majorité des acteurs ont joué la carte de l’attentisme ! Aujourd’hui l’APF et la FNATH font l’amer constat que l’échéance d’accessibilité de la France pour 2015 ne sera pas respectée et que les personnes en situation de handicap devront encore patienter entre 3 et 10 ans pour pouvoir vivre comme des citoyens ordinaires !

Après 40 ans d’attente, les 9,6 millions de personnes en situation de handicap, les personnes âgées, les parents avec poussettes, les femmes enceintes et les 91 % de Français qui considèrent que l’accessibilité est un enjeu de société qui concerne tout le monde, ne peuvent plus attendre !

Aussi, l’APF et la FNATH, qui ne peuvent accepter de tels délais, demandent au Premier ministre que les échéances soient effectivement resserrées afin de permettre la participation pleine et entière de tout un chacun à la vie de la Société française.

“Ni pauvre, Ni soumis”, c’est un mot d’ordre, un appel à l’union pour construire ensemble un véritable mouvement citoyen et d’alternative sociale basé sur les droits humains, sur des valeurs de solidarité, de non-discrimination, de respect et de dignité.


Ecrit le 23 avril 2014

 Sous le seuil de pauvreté

L’Association des paralysés de France (APF) déplore les annonces faites par le Premier ministre dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros,
qui impactent les ressources, déjà faibles, des personnes en situation de handicap !

Si l’AAH (allocation adulte handicapé) n’est pas gelée, elle n’en reste pas moins largement sous le seuil de pauvreté ! Et une augmentation du niveau de l’inflation ne constitue en aucun cas une amélioration du pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap !

Quant aux pensions d’invalidité, elles sont purement et simplement gelées jusqu’en octobre 2015, soit une perte sèche de pouvoir d’achat pour les nombreuses personnes en situation de handicap qui en bénéficient !

L’APF demande au Premier ministre que les pensions d’invalidité et les retraites les plus faibles ne soient pas gelées et qu’une réponse concrète et durable à la précarité des personnes en situation de handicap soit apportée dans le cadre de la mission de François Chérèque sur la pauvreté.

L’association rappelle qu’elle demande la création d’un revenu égal au montant du SMIC


Ecrit le 23 avril 2014

 Allocations gelées

L’Association des paralysés de France (APF) déplore les annonces faites par le Premier ministre dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros,
qui impactent les ressources, déjà faibles, des personnes en situation de handicap !

Si l’AAH (allocation adulte handicapé) n’est pas gelée, elle n’en reste pas moins largement sous le seuil de pauvreté ! Et une augmentation du niveau de l’inflation ne constitue en aucun cas une amélioration du pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap !

Quant aux pensions d’invalidité, elles sont purement et simplement gelées jusqu’en octobre 2015, soit une perte sèche de pouvoir d’achat pour les nombreuses personnes en situation de handicap qui en bénéficient !

L’APF demande au Premier ministre que les pensions d’invalidité et les retraites les plus faibles ne soient pas gelées et qu’une réponse concrète et durable à la précarité des personnes en situation de handicap soit apportée dans le cadre de la mission de François Chérèque sur la pauvreté.

L’association rappelle qu’elle demande la création d’un revenu égal au montant du SMIC

Handicap, parcours de soins et de santé, rapport Jacob