Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 26 février 2014.

Mée-disances du 26 février 2014.

Ecrit le 26 février 2014.

 Vote censitaire

 
Challenge.fr du 17/02 : le milliardaire américain Tom Perkins souhaite l’instauration d’un suffrage censitaire proportionnel : seuls les contribuables américains seraient autorisés à voter. Son système permettrait aux 10% les plus riches de disposer de 70% des voix.

Il propose que tous les électeurs ne soient pas logés à la même enseigne. Pour lui, un homme, une voix c’est dépassé. Les citoyens devraient se voir attribuer un nombre de suffrages dépendant de leur contribution financière à la bonne marche de l’État. « Vous payez un million de dollars d’impôt, vous devriez obtenir un million de votes », explique-t-il sans sourciller.

Le milliardaire dénonce la progressivité de l’imposition aux États-Unis. Outre-Atlantique, les 10% les plus riches s’acquittent de 70% de l’impôt sur le revenu. Et en 2010, près d’un Américain sur deux (47%) n’était pas imposable.

 Arte censure Civitas

 
NouvelObs.com du 20/02 : L’appel à la censure lancé par le mouvement catholique d’extrême-droite Civitas, à l’encontre de la diffusion du film « Tomboy » sur Arte, n’a pas eu l’effet escompté. Au con-traire. La chaîne franco-allemande peut même s’enorgueillir d’un joli succès d’audience. Le second long-métrage de Céline Sciamma - l’histoire de Laure, 10 ans, qui fait croire à tout son monde qu’elle est un garçon - ayant été regardé par 1,4 million de téléspectateurs, soit 4,9% de part d’audience.
 
Lundi, sur son site internet, Civitas, qui se targue de vouloir « instaurer la Royauté sociale du Christ sur les nations », avait appelé « les familles françaises à réagir et à empêcher la diffusion de ce film de propagande pour l’idéologie du genre ». L’institut extrémiste avait exhorté ses troupes à appeler le siège d’Arte pour protester « poliment mais fermement » contre la diffusion de « Tomboy ». 
 
Si le téléphone a effectivement sonné à Arte, les téléspectateurs n’ont donc pas boudé le film. Ont-ils été attirés par ce coup de projecteur inattendu ? A titre de comparaison, le dernier film programmé dans cette case du mercredi soir, « Confession d’un homme dangereux », de et avec George Clooney, avait été regardé par 650 000 téléspectateurs (2,6% de part d’audience). C’est deux fois moins que le score réalisé hier soir par le film de Céline Sciamma. Merci Civitas ?

 Art contemporain

Libération.fr du 2102 : Vous êtes femme de ménage à la galerie Salat Murat de Bari, dans le sud de l’Italie. Mission matinale, vous inspectez les salles et passez derrière tous les petits indélicats qui ont abandonné derrière eux chewing-gums et autres papiers gras la veille. Là, vous tombez sur du papier journal, des cartons et des biscuits éparpillés sur le sol. Qu’est-ce que vous faites ? Vous les jetez ? Une femme de ménage a eu la même réaction. Mal lui en a pris puisque ce qu’elle a cru être des ordures étaient en fait une installation de l’artiste new-yorkais Paul Branca, pour l’exposition Display Mediating Landscape. La boulette, estimée à 11 000 euros a été révélée lors de l’ouverture au public. L’exposition a pour ambition de sensibiliser le visiteur aux thématiques de l’environnement et de la surconsommation...

Si ce genre d’incidents est rare, il existe quelques précédents d’artistes ayant vu leurs créations partir à la poubelle. Ansi, en 2001, une installation de Damien Hirst à la Eyestorm Gallery de Londres, constituée d’une collection de bouteilles de bière, de tasses à café et de cendriers pleins de mégots avait été déblayée par erreur. L’artiste allemand Gustav Metzger a également fait les frais des bonnes intentions des employés du Tate Modern qui avaient balancé un sac de papier destiné à son exposition. Et en 1999, un gardien avait jeté préservatifs et draps tachés pensant que l’exposition My Bed de Tracey Emin avait été vandalisée pendant la nuit.

 Supprimons le Medef !

L’Humanité.fr du 19/02 : 21.000 signatures. C’est ce qu’a récolté en cinq jours une pétition « humoristique » lancée par un intermittent pour dénoncer la proposition faite par le patronat de supprimer le régime spécial d’indem-nisation chômage des intermittents du spectacle. C’est une pétition coup de sang, avec pour mot d’ordre : « Inter-mittents du spectacle et sympathisants, nous demandons la suppression du MEDEF, qui lui aussi coûte trop cher ». La pétition prend le parti de retourner les arguments du Medef. « Que représente un déficit de 320 millions d’euros assurant la survie de plus de 100.000 intermittents du spectacle, face aux 20 milliards de crédit d’impôt aux entreprises sans effet sur la politique de l’emploi », peut-on lire en sous-titre du texte soumis à signature. […]

21.000 signatures, et quelques grincements de dents... Une blague prise un peu trop au sérieux. « Je n’ai fait qu’une blague, pour faire réagir, et suis absolument ravi d’avoir trouvé chez vous autant d’écho. » a dit l’auteur.

 Enfants réunionnais

 
NouvelObs.com du 18/02 : L’Assemblée nationale a reconnu mardi 18 février la « responsabilité morale » de l’État dans la migration forcée de plus de 1.600 enfants réunionnais, vers 64 départements ruraux de l’Hexagone, dans les années 60 et 70. Présentée par le groupe socialiste, cette résolution symbolique et mémorielle, relative aux « enfants placés en métropole », a été adoptée par 125 voix contre 14. Toute la gauche (PS, Écologistes, PRG, Front de gauche et divers gauche) a voté pour, l’UMP contre, tandis que l’UDI n’a pas pris part au vote.
 
Cet exil forcé était l’un des volets du Bumidom, le Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’outre-mer. Créé en 1963, cet organisme d’État voulu par Michel Debré, ministre du général de Gaulle, avait pour mission de résoudre « le problème démographique et social dans les départements ultramarins en organisant, favorisant et développant la promotion d’une émigration massive vers le territoire métropolitain ».
 
En 2001, juste après avoir redécouvert qu’il avait une famille à La Réunion, Jean-Jacques Martial, qui avait été placé en famille d’accueil chez des paysans de la Creuse, avait porté plainte contre l’État et demandé symboliquement un milliard d’euros de réparation pour son « enfance volée ». La députée PS réunionnaise Ericka Bareigts, à l’initiative   de la résolution avait déclaré : « Il est grand temps en 2014 de faire ce travail de mémoire et d’en parler sans être dans un esprit revanchard ni de victimisation. »

 Le pape voyagera ’’argentin’’

Courrier international.com du 18/02 : Alors qu’il peut bénéficier du passeport diplomatique du Vatican – en qualité de chef d’Etat – le pape a décidé, à l’occasion du renouvellement de son passeport, de voyager en tant que citoyen argentin. Une décision qui surprend, mais qui s’inscrit dans une logique de normalisation de la fonction papale, entamée depuis le début de son mandat. Le quotidien argentin La Nación salue « une nouvelle démonstration d’humilité et une nouvelle forme d’exercer la papauté ».

En faisant la demande auprès de l’ambassadeur argentin au Saint-Siège, le pape François prend une mesure significative puisqu’il renonce dans le même temps à l’immunité diplomatique. En cela, il marque une rupture avec l’attitude de prélats, notamment américains, qui profitèrent de cette immunité pour échapper à des arrestations lors de scandales d’abus sexuels contre des mineurs.