Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2014-2015 > CCRN : Claire Theveniau pour 2014-2020

Communauté de communes de la région de Nozay

CCRN : Claire Theveniau pour 2014-2020

Ecrit le 23 avril 2014

Une vingtaine de spectateurs ce mercredi 16 avril à Nozay, pour assister à l’élection du bureau de la CCRN   (Com’Com’   de la Région de Nozay). Parmi eux, il y avait d’anciens élus communautaires. Les élus sont à leur place, plus nombreux que dans la mandature précédente (29 au lieu de 20) : 6 pour Nozay et Saffré, 4 pour Abbaretz et Vay, 3 pour La Grigonnais, Puceul et Treffieux. Il y a 14 femmes sur 29, soit presque 50 % (il y avait 8 femmes sur 20 précédemment).

 Petits meurtres entre amis

Jacqueline Segalen, présidente sortante, ouvre la séance. Elle déclare : « Le mandat qui s’achève a vu la CCRN   se modifier profondément. Nous avons élaboré un projet de territoire et l’avons décliné autour de trois mots : compétitivité, solidarité, durabilité. Chaque projet a été regardé au travers du prisme de ces mots. Ceci nous a permis de voter à l’unanimité un plan pluriannuel d’investissement d’un montant que la CCRN   n’avait jamais connu. Les projets sont lancés, à nous de les accompagner pour le bien de ce territoire. Mais, l’action ne se limite pas aux investissements. Nous avons doté ce territoire d’un plan local de l’habitat, volontaire et ambitieux. Il nous permettra d’accueillir de nouveaux habitants en adéquation avec les services que nous avons et sans être débordés par un afflux incontrôlé de population. Nous nous sommes engagés pour des terres agricoles pérennes et bientôt, nous serons amenés à voter les nouveaux statuts d’un syndicat unique de SCOT  . Pour mettre en œuvre ces politiques définies par les élus, nous avons une équipe d’agents territoriaux dont l’engagement au quotidien est remarquable. Leur dynamisme, leurs connaissances sont au service du territoire. Je les remercie pour leur engagement et leur professionnalisme. La réduction des aides de l’État, du département et de la région est annoncée et va nous obliger à plus de cohésion et d’intégration. La stratégie doit être celle du gagnant-gagnant, à défaut nous assécherions la communauté de communes et les communes. Devant nous au cours de ce mandat : la réforme territoriale et le dossier du SDCI (schéma directeur de coopération intercommunale) qui va nous obliger à regarder le périmètre de notre territoire. Il s’ouvrira en 2015, c’est-à-dire demain, pour s’achever en 2018. En attendant, la question du PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) se posera dès cette année, puisque c’est la loi depuis peu. Le SCOT   (schéma de cohérence territoriale) mobilisera aussi nos énergies.

Redevenue élu communautaire de base, j’agirai dans les commissions, pour ce territoire, pour lequel, je crois avoir beaucoup donné. J’aurais souhaité continuer à assumer cette fonction de présidente dans un consensus ’’d’intelligence territoriale’’. Il n’en a pas été ainsi. La politique politicienne rejoint souvent au théâtre la pièce des « petits meurtres entre amis ». J’ai porté, je porte et je porterai toujours des valeurs de Gauche, mais je reprends toute ma liberté et soutiendrai la candidature qui me paraîtra correspondre à l’esprit que j’ai voulu développer : une envie pour ce territoire, une détermination, sans parti pris, sans rancœur et sans coup bas.

Je déclare installé le nouveau conseil communautaire et je vais procéder à l’appel de ses membres ».

NDLR : la compétence de Jacqueline Segalen au poste de Présidente, n’a été contestée par personne. Son mode de gouvernance, un peu trop personnel, lui était reproché, y compris par ses amis de gauche, en n’associant pas suffisamment les membres du bureau. Le jeu politique n’est jamais absent au niveau d’une Com’Com’   !

C’est ensuite le doyen René Bourrigaud qui poursuit, avec l’élection à la Présidence de la CCRN  . Il y a deux candidats : Claire Théveniau maire de Puceul (déjà candidate en 2008) et Jean-Pierre Possoz, maire d’Abbaretz.

 Claire Theveniau

Claire Théveniau déclare qu’elle espère que les sourires se redessineront sur les visages après cette élection et présente sa vision de la Com’Com’   :

Une Communauté de Communes pour quoi faire ?

  • - défendre des intérêts communs
  • - assurer la construction et le fonctionnement d’équipements, la mise en place de services destinés à satisfaire nos besoins communs donc ceux des habitants

Comment et avec quels moyens ?

  • 1- ambition forte pour la CCRN  
  • 2 – mener à bien les projets votés et/ou engagés que sont la Maison de Santé, la piscine., la gendarmerie, la bibliothèque de Saffré et le Projet Éducatif de Territoire.
  • 3 - valoriser nos atouts : économie territoriale à développer, et encourager, quels que soient son niveau et sa situation, patrimoine naturel, architectural, culturel et surtout humain très riche avec des acteurs économiques, associatifs, agents interco et communaux aussi, une relève assurée par une population jeune (30% en 2018 !)
  • 4 – l’écoute pour entendre l’expression des besoins exprimés pour le nouveau conseil ’
  • 5 - accompagner (pas toujours financièrement !) et conseiller
  • 6 - esprit communautaire à entretenir pour favoriser le maillage du territoire
  • 7 — Nécessaires évaluations pour une maîtrise constante des frais de fonctionnement, meilleure répartition des fonds disponibles ou envisageables
  • 8 – Aux côtés et/ou avec les collectivités voisines pour préparer le meilleur avenir pour la nôtre et celle de ses habitants

Un seul voeu : construire ensemble avec nos diversités et nos différences dans le respect et la solidarité !

 Jean-Pierre Possoz

Puis Jean-Pierre Possoz détaille les raisons de sa candidature :

« Sans esprit de concurrence, sans mise en cause des qualités d’autres candidats, fort de mon engagement d’élu pour un troisième mandat, je fais acte de candidature a la présidence de notre communauté de communes.

Au-delà des missions et responsabilités qui lui sont propres, le président — ou la présidente - est le garant de l‘exécution des décisions prises démocratiquement par le conseil communautaire. A mon sens, ces décisions doivent trouver leur légitimité dans le consensus ! Nous sommes 29, représentant 7 communes, avec chacun nos idées, nos envies, nos valeurs, et certainement la volonté de faire avancer NOS projets communs, pour le bien collectif ; nos réflexions doivent se porter au niveau communautaire, pour l’exercice des compétences que chaque commune a volontairement transférées à la communauté.

Comme j’ai déjà pu le faire, commune par commune, en rencontrant les unes et les autres, je redis devant vous ma vision du mandat à venir et la méthode que j’entends poursuivre, dans la mesure où vous déciderez de m’apporter votre confiance et votre soutien.

Je souhaite que nous travaillions, entre élus et aussi avec les services, en transversalité autour de trois pôles et sans cloisonnement ou pré carré :

Le pôle des Solidarités d’abord, qui doit être le socle de notre réflexion pour mettre l’être humain au cœur de nos actions ; affirmer l’identité de Notre Territoire, réussir son maillage et travailler sur la juste répartition des richesses et des équipements décentralisés dans les 7 communes.

Le pôle Animation Territoriale, qui a beaucoup avancé sous l’impulsion de Thierry Roger dans le mandat qui se termine, va couvrir tous les éléments qui donnent envie aux habitants de venir et de rester sur notre territoire, où ils vont se sentir bien et s’épanouir.

Et bien évidemment le pôle Aménagement dans lequel la place au développement économique sera importante, parce que sans les acteurs économiques il n’y aura pas d’emploi et de services pour les habitants.

Dans ce pôle également l’Urbanisme, sujet qui nous fera certainement beaucoup phosphorer bientôt, et bien sûr l’Environnement, sujet pour lequel nous devons être engagés, responsables, raisonnables ; qu’il s’agisse d’assainissement non collectif, de consommation ou production d’énergie, de gestion des déchets ménagers, nous portons chacune et chacun la responsabilité collective.
Pour tout cela, comme pour le suivi des grands dossiers qui ont démarré, il nous faut travailler en commissions avec une vision globale, transversale, et un bureau comportant deux membres de chaque commune, dont les maires évidemment.

Nous avons quelques gros dossiers qui ne peuvent attendre, dont le Projet Éducatif de Territoire qu’il faut maintenant finaliser sans tarder, et l’avenir de notre territoire au travers du Schéma de Cohérence Territoriale puis plus tard du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale.

En terme de disponibilité, je me rendrai le plus abordable possible, quitte à l’être moins professionnellement par ailleurs...

Voilà en quelques mots comment j’entends travailler avec vous, si vous le souhaitez, pour avancer dans le consensus et dans l’intérêt collectif ».

Thierry Roger, Marie-Chantal Gautier, JeanClaude Provost, Claire Théveniau, Jean-Claude Raux {JPEG}

 Le vote

Le vote donne : 17 voix à Claire Théveniau, 10 voix à Jean-Pierre Possoz et 2 abstentions. Claire Théveniau est donc élue. Elle remercie l’assemblée, « Nous ne serons pas toujours d’accord. Cela se fera dans le respect en gardant les pieds sur terre ». Elle remercie aussi Jacqueline Segalen pour le travail réalisé précédemment et ajoute : « Tu m’as fait confiance et je t’ai fait confiance à mon tour ».

 4 adjoints au lieu de 5

Puis elle propose de nommer 4 ou 6 vice-présidents, sachant que, au bureau, il y a deux représentants par commune.. Monique Jamin pense qu’il en faudrait six. Le vote donne : 19 voix sur 29 pour descendre à quatre vice-présidents (au lieu de 5 dans la précédente mandature).

Claire Théveniau propose d’élire des personnes de Nozay, Saffré, Abbaretz, Vay, c’est une caresse au maire de Nozay qui souhaite un rôle pré-éminent pour sa ville. C’est aussi, à l’évidence, le moyen d’éliminer Monique Jamin, maire de La Grigonnais qui pourtant, dans le mandat précédent, a porté avec succès le dossier de la redevance incitative. [même s’il reste à prendre des mesures correctives pour que les plus défavorisés ne soient perdants]

1er vice-président, deux candidats : Jean-Claude Provost maire de Nozay et Jean-Claude Raux adjoint à Saffré. Le maire de Nozay est élu par 19 voix (contre 10). [Ndlr : Lui qui était plutôt absent des débats dans la mandature précédente, sera-t-il porteur d’idées, dans le sens d’une construction communautaire ?]

2e vice-président, un seul candidat Jean Claude Raux, élu par 22 voix et 7 abstentions. [Ndlr : un beau score, on s’interroge quand même sur les abstentions].

3e vice-président, deux candidats Thierry Roger, adjoint à Abbaretz et Monique Jamin maire de La Grigonnais. Le premier est élu par 22 voix contre 6 (et un blanc).

4e vice-président, deux candidates Marie Chantal Gautier maire de Vay et Monique Jamin maire de La Grigonnais. La maire de Vay est élue par 18 voix (contre 10) et un bulletin blanc.

L’assemblée complète ensuite le bureau en faisant en sorte qu’il y ait deux élus par commune.

Photo : Thierry Roger, Marie-Chantal Gautier, Jean Claude Provost, Claire Théveniau, Jean Claude Raux

Puis est composée, à mains levées, la commission d’appel d’offres avec cinq titulaires et cinq suppléants, sachant que sa prochaine réunion est fixée au 24 avril pour les travaux de la bibliothèque de Saffré.

On apprend aussi qu’une réunion des maires de l’arrondissement aura lieu le 29 avril (Tiens ! La CCSD   a fixé un conseil communautaire pour le même soir ??)

 Où va-t-on ?

A la suite de cette première réunion de la CCRN  , des questions se posent :

1) sur les orientations de la nouvelle présidente. Le fait d’avoir manoeuvré pour éliminer Monique Jamin, est un signe inquiétant. Certes, celle-ci sera membre du bureau mais elle aura moins de responsabilités que si elle avait été vice-présidente.
Il n’était pas difficile d’élire 5 vice-présidents de façon à lui laisser une place ... (mais il semble que son caractère, entier, passe mal).

2) l’élection des vice-présidents s’est faite sur des personnes (voire des orientations politiques) et non sur des compétences.
La répartition des postes sera faite ultérieurement.

3) Où va la Com’Com’   de Nozay ? Rejoindra-t-elle la Com’Com’   de Blain ? Ou l’aire de glaciation du Castelbriantais sous les ordres d’Alain Hunault ? Dans ce cas la Com’Com’   de Derval, qui tient farouchement à la défense de son pré-carré, sera obligée de s’incliner. Dans quel sens la nouvelle sous-préfète de Châteaubriant va t elle orienter la future carte intercommunale ? Le périmètre du SCOT   arrêté en 2009 orientera-t-il les choses pour des regroupements à cette échelle ?

4) Qu’en sera-t-il de certains projets de la Com’Com’   de Nozay ? De la mutualisation des ressources (un pacte financier ??), des investissements, des personnels ? Le Projet Educatif de Territoire se poursuivra-t-il, englobera-t-il toutes les écoles ou séparera-t-il public et privé ? Qu’en sera-t-il de la protection de l’environnement et notamment de la mise en place du Pôle Environnement ?

Le fait que chacune des communes de Nozay, Vay, Treffieux ne s’intéresse guère à l’intercommunalité, est un élément d’incertitude. Nous verrons-bien !

B.Poiraud