Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > De Thermicentre à Métatherm

De Thermicentre à Métatherm

Ecrit le 8 octobre 2003 :

 Thermicentre

L’entreprise Thermicentre vient de construire un bâtiment tout neuf à Soudan, sur la zone industrielle d’Hochepie, face à la FMGC. Rappelons que la Communauté de Communes du Castelbriantais a vendu le terrain au prix de 2,29 € HT   le m2 et a prévu, le 9 juillet 2002, de réaliser des travaux d’un montant de 200 000 € et de ne les facturer que 166 000 €, faisant ainsi un cadeau de 34 000 € à l’entreprise. L’entreprise s’est engagée à créer 5 à 10 emplois en 5 ans.

Le site abandonné par Thermicentre, situé rue de Launay à Châteaubriant, devrait être acheté par la commune de Châteaubriant pour, après dépollution, servir de terrain au futur foyer-logement de l’ADAPEI.


Ecrit le 11 février 2004 :

 Thermicentre : nouveaux locaux

La société Thermicentre a inauguré ses nouveaux locaux le 30 janvier 2004, à Soudan, dans la zone industrielle d’Hochepie.

Cette société, créée en 1957, travaille pour l’aéronautique, l’automobile, l’armement, la mécanique. Elle fait partie, depuis 2000, du groupe hollandais « Aalberts Industries » spécialisé notamment dans la sous-traitance en traitements thermiques,

THERMI CENTRE a trois implantations dans le Centre et l’Ouest de la France : Commentry, Amboise et Châteaubriant (Soudan) mais elle ramasse et travaille des pièces venant de 30 départements grâce à un « pont de navette » constitué de 3 camions et 7 fourgonnettes disponibles tous les jours ouvrables

Cinq domaines d’activités structurent l’offre de THERMI CENTRE

  • -Traitements sous atmosphère
  • -Traitements sous vide
  • -Traitements par induction
  • -Nitrocarburation
  • -Traitements en Bains de Sel

Les spécialistes comprendront de quoi il s’agit. Par exemple la nitrocarburation offre les caractéristiques suivantes :

  • -Dureté Superficielle.
  • -Résistance à l’usure.
  • -Rigidité (pièces de faible épaisseur).
  • -Résistance à la corrosion (400 h au brouillard salin).
  • -Finition brillante noire.

L’entreprise Thermicentre, s’est implantée à Châteaubriant depuis 15 ans (en octobre 1989 sous la municipalité de gauche), dans d’anciens ateliers de la Rue de Launay, exploités auparavant par la société Leneveu Industrie. Elle a reçu à l’époque une aide à l’industrialisation, versée par la Région Pays de Loire, d’un montant de 170 000 F . L’entreprise, dès le départ, employait 5 personnes et espérait monter à 12 salariés. Au fil des années, il y a eu quelques embauches (puisque l’entreprise compte maintenant 17 salariés) mais les locaux se sont révélés chaque jour plus mal agencés, non chauffés et au toit de plus en plus rouillé.

En 2002 l’entreprise a donc concrétisé ce qu’elle souhaitait faire depuis longtemps : construire un bâtiment fonctionnel. La Communauté de Communes du Castelbriantais lui a donc vendu un terrain de 3 hectares en mars 2002 sur la zone industrielle intercommunale d’Hochepie (à côté de la Fonderie FMGC), pour y créer un bâtiment moderne d’une superficie de 1500 m2, clair, aéré, avec des machines sagement rangées tout autour dans un ordre fonctionnel, adapté à la nature des traitements.

Les nouveaux locaux satisfont pleinement le personnel. A noter que celui-ci ne se plaint ni de ses conditions de travail et de salaire, ni des relations avec l’encadrement. C’est assez rare pour qu’on le signale.

Lors de sa réunion du 9 juillet 2002, la CCC   a décidé de céder le terrain pour 68 202 € HT  , et de réaliser des travaux (voirie, dalle), pour 200 000 €. Elle a revendu le tout à Thermicentre pour 234 000 €, lui faisant ainsi un cadeau de 34 000 €.

L’entreprise dit avoir réalisé 2,3 millions d’euros d’investissements en faisant appel notamment à des entreprises locales (architecture Ménard, Menuiseries du Don, Electricité Juret)

Thermicentre a promis 10 embauches en 5 ans. Pour l’instant il n’y a pas vraiment eu d’embauche : seul un salarié en intérim a bénéficié d’un CDI.

L’usine a déménagé le 25 août 2003 et a été inaugurée le 30 janvier 2004. On espérait la présence du Ministre François Fillon mais il avait autre chose à faire : lancer sa campagne électorale (30 janvier) ou inaugurer une gendarmerie (9 février)


Ecrit le 31 mai 2006 :

 Thermicentre est devenu Méthatherm

La société Thermicentre, qui fait du traitement de surface, s’est installée à Châteaubriant en fin d’année 1989, puis s’est réinstallée à Soudan, sur la zone d’Hochepie, en 2003. En juin 2005, elle a fusionné avec MéthaTherm. La nouvelle société, appelée Méthatherm, a son siège social à Vermondans et des usines à Besançon, Burnhaupt, Amboise et Soudan.

L’usine de Soudan comprend 15 salariés (équivalent temps plein, rythme 3 x 8) sous la direction de Jacques Fassold. Elle travaille avec 300 fournisseurs et 250 clients. En 2003 elle traitait 43 tonnes par mois.

Le chiffre d’affaires a été :

  • - 2002 : 1 014 694 €
  • - 2003 : 1 440 554 €

L’entreprise fait : trempe et revenu (sous atmosphère ou sous vide), cémentation et carbonitruration sous atmosphère, nitruration ionique et trempe par induction. L’enquête publique, qui s’est terminée le 24 mai 2006, était préalable au lancement d’une nouvelle installation de lavage sous vide, avec une cuve de 200 litres.

Note du 8 avril 2009 :

Thermi-Centre (Soudan) : le Conseil Général lui avait accordé en novembre 2002 une avance remboursable de 150 000 € à condition de créer 10 emplois entre juillet 2003 et juillet 2008. Mais, en réalité, elle n’a créé aucun emploi. La société (devenue AIMT Methatherm) doit maintenant rembourser les 150 000 euros à raison de 30 000 € par an à partir de février 2011, mais le Conseil Général ne lui applique pas les majorations prévues afin de ne pas contrarier le développement potentiel de cette entreprise dans le contexte économique difficile que nous connaissons actuellement. L’entreprise a fait valoir que la réalisation de l’investissement soutenu par le Département était rendu nécessaire par l’état de vétusté du bâtiment occupé à l’époque et que cet investissement a permis de maintenir cette société et les salariés qui lui sont rattachés soit 14 emplois sur Soudan alors qu’il était aussi envisagé de la transférer en dehors du département à Amboise. Par ailleurs Thermi-Centre indique qu’elle a dû faire face à une forte pression de la concurrence et a également dû « absorber » les difficultés économiques rencontrées par ses clients.

Thermi-Centre a continué à investir dans l’outil de production de Soudan (quasiment 1 000 000 € entre 2003 et 2007), ce qui peut laisser sous-entendre une certaine confiance dans l’avenir et la pérennité de ce site. Elle envisage le recrutement de 6 personnes vers 2010.


Ecrit le 16 avril 2014

 Visite du Medef 44

Medef : le syndicat des patrons.
Le Medef de Loire-Atlantique, après sa première permanece juridique à Châteaubriant au matin du 3 avril, a lancé une série de visites dans le pays de Châteaubriant  , l’après-midi. Une cinquantaine de personnes, venues essentiellement de Nantes, conduites par des petits cars, ont pu visiter chacune quatre entreprises dans leur après midi. Huit entreprises étaient au programme : Team-Plastiques, Amarante, Méthaterm, DeltaCab, Medline, TriOuest, RBL Plastiques, SDI Sign’Enseigne. Prochaine étape du « Medef Tour » le 22 mai à Ancenis. Ce sera ensuite St Nazaire et Clisson. « Nous avons décidé de ne pas rester centrés sur Nantes et de mailler le territoire » a dit le président départemental du Medef.

Le journal La Mée, invité officiellement, n’a pu faire que deux visites : Amarante et Métatherm, faute de temps !

Métatherm

Métatherm, à Soudan, appartenant au groupe hollandais Aalberts, s’appelait autrefois « Thermicentre » et se trouvait Rue de Launay à Châteaubriant. L’entreprise fait du traitement de surface pour modifier l’aspect ou la fonction de la surface des matériaux afin d’adapter les pièces à des conditions d’utilisation données. Cela peut concerner par exemple des poignées de porte de camions, ou des prothèses de hanches ou des pièces pour Airbus ! Les salariés sont au minimum dotés d’un BTS Traitement Thermique, et travaillent en gants blancs ! Les clients sont essentiellement en proximité et exigent des délais très courts « On nous confie les pièces souvent en fin de semaine, à rendre le lundi ! ». L’entreprise fait souvent appel à l’intérim.

Spécialités : Traitement sous vide (avec des fours montant à 1250°). Traitement sous atmosphère. Traitement par induction avec trempe et recuits...