Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Départemental > Du côté du Conseil Général, aide aux plus démunis

Du côté du Conseil Général, aide aux plus démunis

Ecrit le 21 mai 2014.

Nous poursuivons, quand nous en avons la place, la publication des infos du Conseil Général. Cette structure est très proche des habitants et les décisions concrètes sont facilement disponibles. Il n’en est pas de même du Conseil Régional ..... Mais le gouvernement veut faire disparaître les Conseils Généraux ... Allez donc comprendre !

Maisons de retraite : le Conseil Général soutient financièrement la reconstruction du ’’Val d’Emilie’’ à Derval.

 Base de Vioreau

Le Conseil Général veut faire de la base du Lac de Vioreau, à Joué sur Erdre, un outil permanent et un lieu de référence en matière d’éducation sportive et environnementale. D’une surface de 1500 m2, la base comprendra une base nautique, des locaux de stockage, des salles d’activités polyvalentes, un espace d’accueil et d’information, des vestiaires et des bureaux, un mur d’escalade et un logement de gardien.

Le projet de fréquentation du public scolaire est ambitieux : atteindre 35 000 journées d’ici quatre ans (au lieu de 5000 à ce jour !) y compris pour des enfants en situation de handicap. Un deuxième pilier à vocation plus touristique et économique sera développé progressivement à destination d’autres publics qui auront le plaisir de découvrir un lieu exceptionnel par sa beauté et sa nature.

 Collèges

Collège Jean Mermoz à Nozay : le Conseil Général va construire une salle de 917 m2 destinée à être :

  • - salle de restauration (600 rationnaires)
  • - pôle sciences avec quatre salles d’enseignement spécialisé, deux dépôts et une salle de collection.
  • Le coût est estimé à 2 800 000 € TTC. Les salles de sciences, actuelles, qui seront libérées, seront réaménagées en salles d’enseignement général.

A Châteaubriant, au collège de La Ville aux Roses, des travaux d’entretien seront effectués : régulation du chauffage, étanchéité des terrasses du réfectoire, réhabilitation de l’espace de stockage de la cuisine, études et travaux pour le réaménagement de l’infirmerie, étude pour la réfection de l’enveloppe extérieure des logements. Rappelons que ce collège date de la fin des années 1970.

 Les beaux jours

L’année 2013 a permis de lancer le projet « Grand Patrimoine de Loire-Atlantique », reposant sur la complémentarité entre le musée Dobrée, les châteaux de Châteaubriant et Clisson et l’église de St Sulpice des Landes. Le château de Châteaubriant est positionné comme ’’Laboratoire vivant de l’archéologie’’. Après l’exposition ’’Sortie(s) de Boîtes’’ qui a connu un beau succès (plus de 10 000 visiteurs), l’exposition ’’Le cœur d’Anne de Bretagne’’ aura lieu à l’été 2014. Le programme ’’Les beaux jours’’ offrira des animations de toutes sortes.
. Programme des Beaux jours

Un site internet à découvrir : grand-patrimoine.loire-atlantique.fr :cliquez ici

Dommage, il est en partie en anglais mais, en cliquant sur les images, on peut trouver ce qu’on cherche, en particulier un beau diaporama sur l’architecture médiévale, et le programme des ’’Beaux Jours’’ 2014. (note du 15 juin 2014 : ceci est arrangé !)

 Public au RSA  

En août 2013, le Département de Loire- Atlantique finançait le RSA   (Revenu Social d’Activité) ’’socle’’ pour 25 200 allocataires soit une progression de 10 % par rapport à juin 2012. La progression nationale est de 8,7 % sur la même période. Les dépenses d‘allocations RSA   sont ainsi passées de 87 088 373 € de crédits inscrits en 2009 à 122 100 000 € en 2013. Le budget proposé pour 2014 pour l’a|location RSA   est de 132 400 000 €, auxquels s’ajoutent 865 000 € pour |’animation du dispositif RSA   par exemple le financement des espaces RSA  , ainsi que la rémunération des centres communaux d’action sociale (CCAS  ) et de la mutualité sociale agricole (MSA  ) pour |‘accompagnement social qu’ils mènent respectivement auprès des allocataires isolés et des exploitants agricoles. De plus, Ie Département a souhaité mettre en œuvre des programmes territoriaux d’insertion locale (PTIL).

Parallèlement à ce financement obligatoire et prioritaire, le Département poursuit son effort pour une inclusion active des allocataires RSA  . Les contrats aidés représentent un Ievier essentiel permettant en effet d’assurer à la personne à la fois une augmentation de ses revenus et un développement de ses compétences. L’effort du Département permet au public allocataire du RSA   un accès aux contrats aidés très nettement supérieur à la moyenne nationale (50,6 % des contrats aidés non marchands contre 28 % au niveau national).

2013 est également la première année de déploiement des emplois d’avenir pour les jeunes. Tous publics confondus, 637 emplois d’avenir ont été conclus en Loire-Atlantique au 15 septembre 2013 dont 25 recrutés au sein des services départementaux.

Le Conseil Général apporte un soutien affirmé aux structures d’insertion par l’activité économique (chantiers d’insertion, associations intermédiaires comme ACPM   à Châteaubriant et Espoir à Nozay ; et entreprises d’insertion), en contribuant à leur financement et en leur confiant la réalisation de travaux par le biais de sa commande publique.

En 2014, le budget proposé pour le programme d’actions « insertion par l’activité économique » atteint 4 325 000 €.

Le Conseil Général soutient par ailleurs la mise en œuvre d’un accompagnement spécifique en direction du public réfugié et migrant mené par |’association « Les Eaux Vives ». Il contribue à l’accompagnement des jeunes allocataires du RSA   en finançant des places « chantier » et des actions de mobilité pour ce public.

Les actions en faveur des gens du voyage (lutte contre l’illettrisme, habitat adapté) et l’accompagnement social et budgétaire des majeurs vulnérables ou en grande difficulté constituent Ies piliers du volet solidarité et accès aux droits de la politique solidarité insertion.

 Ménages les plus démunis

Les aides solidarité attribuées aux ménages sans enfant relèvent de la politique volontariste du Département en matière d’insertion et de lutte contre l’exclusion. Une partie des aides est attribuée sous la forme de chèques accompagnement personnalisé pour les besoins vitaux (alimentation et hygiène). lls garantissent aux ménages la prise en charge du besoin exprimé et l’engagement en permanente progression des commerçants de proximité à cet effort de solidarité.

Dans le cadre de la promotion de la santé, des actions de prévention, d’accès aux soins et d’appui aux professionnels confrontés à la souffrance psychique des salariés en insertion sont aussi proposées à ce public.

L’ensemble de ces actions, portées par des associations, des centres socio-culturels et CCAS   ou villes, permet aux personnes d’accéder aux services essentiels, de reprendre confiance en elles-mêmes, de renouer du lien social et/ou de préparer leur parcours d‘insertion professionnelle.
Certaines sont initiées par des allocataires du RSA   dans ie cadre des groupes ressources RSA   et y sont associés un nombre important d’acteurs locaux.

Le Conseil Général mène enfin des actions dans le domaine du logement, dans la prévention des expulsions locatives et du surendettement.