Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Entreprises diverses > Arma Loire,Coudémail, CIC, France-Autruches, MPI etc

Arma Loire,Coudémail, CIC, France-Autruches, MPI etc

  Arma-Loire

(écrit le 3 juillet 2002)

Les premiers contacts avec la société Arma-loire remontent au troisième trimestre de l’année 2000 (municipalité Martine Buron). Le chef d’entreprise, seul à l’époque, a recruté une dizaine de salariés qu’il a d’abord formés pendant 6 mois, tout en produisant pour trois grosses entreprises qui lui ont donné du travail dès le démarrage. Cette entreprise fabrique des armatures métalliques pour le béton armé. « Nous avons tant de clients sur la région de Châteaubriant, que, pour l’instant, nous n’avons pas besoin d’un commercial pour prospecter plus loin. Nous sommes actuellement placés devant un choix : soit nous vivotons avec 10 salariés en produisant 80 tonnes d’acier par mois, soit nous embauchons 10-15 personnes de plus pour produire jusqu’à 250 tonnes par mois, comme les entreprises équivalentes en France ». Le directeur d’Arma-Loire a donc demandé d’acheter le bâtiment de 1673 m2, implanté sur un terrain de 19 655 m2, qui se situe en zone industrielle Nord à Châteaubriant et qui, autrefois, a servi d’atelier à la fonderie Focast.

La Communauté de Communes achèterait donc le bâtiment Focast, pour le réaménager et le mettre à disposition d’Arma-Loire. Sauf qu’on peut se demander si c’est une bonne chose de verser ainsi 304 898 € à l’Union des Banques Suisses et s’il ne vaudrait pas mieux attendre le repreneur éventuel de Focast pour que cette vente profite effectivement à Focast.


Ecrit le 5 novembre 2003 :

 Coudémail

La société Coudémail de Vitré vient d’annoncer 103 licenciements sur les 230 existants. Dans ce cadre est prévue la fermeture de la Tricoterie du Semnon (Martigné-Ferchaud, 55 salariés). Le maire de Martigné, qui a perdu naguère les 170 emplois de la beurrerie Bridel, puis avait espéré en vain récupérer l’abattoir Tendriade, s’était vu promettre une usine de pâtisseries fraîches dépendant d’Intermarché. Le permis de construire pour cette dernière entreprise est accordé depuis décembre 2002 mais rien ne bouge. C’est un nouveau coup dur pour Martigné (2600 habitants) et aussi pour Châteaubriant car un certain nombre de castelbriantais y travaillent.Mais ce n’est pas grave : A Châteaubriant nous aurons un beau bowling, et une voie verte goudronnée. La patinoire envisagée pour Noël ne serait finalement pas installée : la ville commence à manquer d’argent


Ecrit le 17 décembre 2003 :

 Coudémail

Le petit lapin est mort :
La société Coudémail, qui avait adopté ce logo comme marque pour ses vêtements d’enfants fermera la « Tricoterie du Semnon » à Martigné Ferchaud à la veille de Noël. La Direction versera la première année 1500 € pour frais de déplacement, aux 23 salariés qui iront travailler à Vitré. Les 32 personnes licenciées seront reçues par une cellule de reclassement les 17-18 décembre.

En tout 91 salarié-e-s de Vitré et de Martigné-Ferchaud ont reçu leur lettre de licenciement le 13 décembre 2003.


Ecrit le 14 janvier 2004 :

  CIC

Confection : La Mée l’avait laissé entendre : la CIC (confection industrielle castelbriantaise) aurait déposé le bilan le 9 janvier 2004 (une trentaine de salariées inquiètes). L’annonce en a été faite ... aux salariées de l’usine Edwimode le jour de leur galette des rois avec évocation de la recherche d’un repreneur.

Ecrit le 28 janvier 2004 :

Comme La Mée l’a laissé entendre à plusieurs reprises, la CIC (confection industrielle castelbriantaise) a fermé ses portes. La liquidation judiciaire, demandée par l’entreprise elle-même, est effective depuis le 23 janvier 2004. Une quarantaine de salariées ont été licenciées, certaines ayant plus de 28 ans d’ancienneté. « Nous n’avons pas été soutenus » a dit, amère, la patronne de cette entreprise, dans Ouest-France du 22 janvier. Les salariées n’ont pas eu la promesse, par Nicole Fontaine, d’être reclassées sans exception.


Ecrt le 6 octobre 2004 :

  France Autruches

Selon la Lettre de l’API, en date du 25 septembre 2004, France Autruches compagnie, basée à Châteaubriant (rue du Wiston Churchill), déménagera à la mi-octobre à Carentoir (56), dans une partie des locaux de l’ancienne charcuterie industrielle la « Fricassée ». Le site qui dispose d’une meilleure desserte routière offrira de plus des possibilités d¹extension future. Les travaux en cours permettront l’installation de l’outil de production sur environ 3 000 m2. Douze des 14 salariés ont décidé de partir à Carentoir où 4 autres personnes seront recrutées.

L’entreprise, spécialisée dans la découpe, la transformation et la commercialisation de la viande d’autruche, a été reprise en juillet 2000 par Yvon Loric. Avec un chiffre d’affaires de 3 M€ et un résultat net de 175 000 € en 2003, sa situation financière reste stable. France Autruches compagnie produit 350 tonnes de viande par an à destination de la grande distribution (55 %), des restaurants d¹entreprise voire des restaurants scolaires.

Le bâtiment actuellement occupé à Châteaubriant par France Autruches intéresserait les établissements Viol qui ont un projet d’extension.

voir aussi p.1520


Ecrit le 7 avril 2010

 MPI Informatique

L’entreprise MPI-Informatique, à Châteaubriant, a été déclarée en cessation de paiement le 15 décembre 2009. Elle est en redressement judiciaire jusqu’au 10 août 2010.

Son résultat a été de :

+  2 200 € au 31/12/2005
+  9 726 € au 31/12/2006

– 53 618 € au 31/3/2008

En octobre 2008, elle a décidé de poursuivre son activité malgré la perte de la moitié de son capital. La crise mondiale ne lui a pas arrangé les choses.

Elle a, ensuite, été reprise par Keysource.

Cette dernière société a décidé de louer un local dans l’ancienne usine UFM, pour 25 000 €/an. Avec une perspective de captation de clientèle ??


 RBL-Plastiques

voir article 702