Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Logement, habitat, lotissements > Ravalement de façades

Ravalement de façades

Date d’écriture ?

Ravalement : Mais venez nous voir !

On nettoie sa frimousse le matin, pour se sentir bien. Et sa voiture de temps en temps, pour que la carrosserie ne rouille pas trop vite. Et en même temps, on laisse sa maison se dégrader ! On pense à refaire les tapisseries intérieures et les peintures, mais on oublie la façade. Il y a pourtant une obligation légale de procéder à un ravalement tous les dix ans. Certaines municipalités font respecter cette obligation. D’autres espèrent un mouvement spontané des propriétaires, quitte à donner « un coup de pouce ».

Sept maçons

Lors d’une conférence de presse tenue le 2 février, André Gauthier, adjoint à l’urbanisme, a rappelé la Campagne de ravalement lancée, en centre-ville de Châteaubriant, depuis octobre 1998. Les résultants en sont modestes : cinq dossiers ont obtenu des aides, une dizaine de propriétaires constituent actuellement une demande de subvention.Tout ça n’est pas spectaculaire ... notamment parce que, sur les 5 dossiers déjà subventionnés, deux seulement ont pu faire effectuer les travaux : les artisans du bâtiment sont débordés et ne trouvent pas de jeunes pour les aider. Les clients potentiels doivent même attendre pour avoir des devis. L’un d’entre eux a contacté 7 maçons, deux fois chacun. En vain !Le ravalement le plus visible concerne la façade du restaurant LE BILIG, à côté de l’église Saint Nicolas : une maison du XVe siècle, balcon en schiste, ouvertures peintes en bleu soutenu. Splendide !

Venez nous voir !

« La lenteur de cette opération s’explique par le fait que les gens ont souvent de faibles revenus et que les travaux, qui doivent être de qualité, coûtent cher » estime M. BARCAT du CDH (Centre de l’Habitat). « L’important, c’est que les gens viennent nous voir. Nous leur expliquerons les subventions possibles, quelquefois plus importantes que ce qu’ils imaginent » dit Jérôme Tessier, l’architecte qui tient des permanences deux fois par mois à Châteaubriant. Par exemple, pour les enduits, la subvention peut atteindre 20 à 30 % , plafonnée à 15 000 F par logement « Mais si la même maison comporte 6 logements, la subvention peut atteindre 6 fois 15 000 F ». La peinture des murs peut aussi être subventionnée. A titre d’exemple, la rénovation de la façade du Bilig a coûté 14 000 F HT  .(+ TVA)Il existe aussi des subventions spécifiques du Conseil Général, destinées plus particulièrement aux familles à faibles revenus et qui ouvrent droit à l’APL (aide personnalisée au logement) : ainsi, une famille qui a emprunté pour faire des travaux, peut bénéficier d’une aide APL mensuelle pour faire face à ses remboursements.« Venez nous voir, cela ne vous engage à rien. Nous pourrons faire un diagnostic sur les travaux à envisager, et vous aider à chercher un financement. Nos conseils sont gratuits . VENEZ NOUS VOIR ».Un ravalement de façade permet d’entretenir la maison (qui sera plus facile à revendre ou à transmettre, au besoin). Il participe aussi à l’embellissement donc à l’attrait touristique de Châteaubriant. De plus, il peut bénéficier actuellement d’une fiscalité avantageuse : déductions fiscales, TVA à 5,5 % (au lieu de 20,6 %)

Nouvelle opération

Après le succès de la précédente opération d’amélioration de l’habitat (1300 maisons améliorées, 80 millions de francs de travaux), le Syndicat Mixte du Pays de Châteaubriant   lance une nouvelle opération qui devrait démarrer bientôt et qui vient en renforcement de l’opération « ravalement de façades » de la mairie de Châteaubriant .« Encore une fois, venez nous voir dit le CDH, le problème n’est pas essentiellement financier : il dépend d’abord de la motivation des propriétaires ».

Permanences du CDH :
premier et troisième mercredis du mois, de 10 h à 12h30 à la Maison de l’Ange   -
Tél 02 40 44 99 64


Le Conseil Municipal de Châteaubriant poursuit l’opération ravalement de façades, lancée en 1998, qui devait se terminer le 1er octobre 2004, pour une période de 3 ans. (décision du Conseil Municipal du 6 juillet 2004)