Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 9 juillet 2014.

Mée-disances du 9 juillet 2014.

Ecrit le 9 juillet 2014.

 Beurre et cholestérol

TerraEco 3/07 : le magazine Terra Eco explique que la marque Unilever fait son beurre avec le cholestérol ! ’’Le petit cœur qui orne les boîtes de margarine Fruit d’Or n’est pas mérité’’. Ce petit cœur indique que la margarine ’’Fruit d’Or pro-activ® a concentré des stérols végétaux pour une action efficace sur la baisse du cholestérol’’ – Mais, dans un avis rendu mercredi 25 juin, l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) indique :

  • - sur le plan de la santé publique, les données disponibles ne permettent pas de considérer les aliments enrichis en phytostérols/stanols comme un moyen approprié de prévention des maladies cardiovasculaires ;
  • - sur le plan individuel, la consommation d’aliments enrichis en phytostérols/stanols devrait faire l’objet d’une évaluation du rapport bénéfice/risque au cas par cas par un professionnel de santé.
  • Il est souhaitable que la consommation de produits enrichis en phytostérols/stanols soit associée à une augmentation de la consommation de fruits et légumes afin de compenser la baisse des caroténoïdes plasmatiques.

 J’y suis, j’y reste !

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter, a annoncé la fin de l’émission de Daniel Mermet ’’Là-bas si j’y suis’’, à l’antenne depuis 1989. Cette décision, faite contre le souhait de Daniel Mermet et de son équipe, ne serait pas seulement une grande perte pour France Inter mais aussi un manque pour le paysage radiophonique en général. 
Signez la pétition disant : ’’Nous auditeurs fidèles ou occasionnels de cette émission, souhaitons qu’elle continue à nous enchanter les oreilles. Là-bas si j’y suis apporte un vent frais à France Inter, un vent fait d’informations, de partages d’émotions de poésie et de résistances’’.

Selon François Ruffin, dans Fakir du 1/07 : ’’alors que plein de trucs se prétendent d’« éducation populaire », Là-bas si j’y suis l’a plutôt réussi, durant un quart de siècle, auprès d’auditeurs par centaines de milliers. C’était le principal bastion, le plus massif, pour la diffusion d’une contre-pensée, de Attac à Lordon, en passant par Castoriadis, Halimi, Chomsky, dans une relative diversité – Mermet étant assez éclectique, voire mouvant, pour embrasser large. Dans les reportages, on trouvait l’écho de luttes menées par des militants de la CGT, de Solidaires, de la CFDT, de FO, de la Confédération paysanne, et très souvent, le plus souvent peut-être, d’associations nationales ou locales, Survie, les Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui, etc. Des sympathisants du Front de gauche, des Verts, du NPA, mais aussi du Parti socialiste, se retrouvaient dans cette émission creuset, qui rassemblait davantage que les chapelles partisanes’’.

Si l’émission est supprimée, ’’C’est un trait d’union qui disparaît. Ce sont des consciences qui ne s’éveilleront pas à l’injustice, tant tout est fait pour les endormir. Ce sont des esprits qui seront quotidiennement laminés par le refrain « Il n’y a pas d’alternative ». Contre le poison de la résignation, c’est un antidote qui ne sera plus délivré » ».

 Infirmité

LesInrocks, mai 2014. Pour le philosophe Jean-Claude Michéa : “Le mépris du football est le signe d’une véritable infirmité intellectuelle !” - mais, derrière cette phrase provocatrice, il analyse : « le football est un des instruments efficaces du ’soft power’ ».

Le concept de ’’soft power’’ a été avancé par Joseph Nye en 1990 dans le cadre de ses réflexions sur les nouvelles formes de la puissance américaine. L’intérêt de ce concept est de rappeler que les progrès planétaires du capitalisme s’expliquent aujourd’hui beaucoup moins par l’usage direct de la force et de la coercition que par le pouvoir de séduction qu’exercent son imaginaire consumériste et son omniprésente propagande publicitaire. Il n’est effectivement pas nécessaire de mettre un policier derrière chaque adolescent moderne pour l’obliger à boire du Coca-Cola ou à mettre sa casquette de baseball à l’envers ! (...) En ce sens, “l’idéologie sportive” – (à distinguer de l’esprit sportif) – est bien devenue l’un des éléments fondamentaux du ’’soft power’’. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la mise en scène médiatique de plus en plus outrancière qui entoure désormais les grandes cérémonies sportives mondialisées, qu’il s’agisse d’une Coupe du monde de football ou des Jeux olympiques. (...)

A partir du moment où la structure du football moderne s’inscrit de plus en plus dans la logique du capitalisme (l’organisation d’un Mondial – à commencer par le choix des sites – n’obéit déjà plus à des critères purement sportifs) il y a de quoi être inquiet, écrit-il. Il est l’auteur du livre ’’Le plus beau but est une passe ’’.

 Délit de faciès

L’Unapei, a été alertée par de nombreuses familles et associations pour des actes de discrimination manifestes dans les Parcs Disneyland Paris. La direction du Parc ne conteste pas les faits. Pire encore, elle reconnaît l’existence de pratiques conduisant à restreindre l’accès aux attractions du parc sur le seul critère du caractère visible du handicap mental de leurs visiteurs, et n’envisage nullement d’y mettre fin.

La Direction a mis en place un pass ’’prioritaire’’ (sic !). Ce pass prioritaire conduit les personnes handicapées à être mises à l’écart (sortie des files classiques, entrée par les sorties des attractions, obligation de prendre rendez-vous à heures fixes… )

D’autre part, il contraint les personnes à suivre des règles différentes et dérogatoires d’accès aux attractions (obligation d’être accompagnée par une personne valide, impossibilité de monter dans une attraction avec d’autres personnes handicapées et ce pendant toute la durée du cycle d’une attraction). Par exemple, un groupe de 4 personnes handicapées avec un accompagnateur ne peut pas faire les attractions ensemble. L’accompagnateur doit faire 4 fois l’attraction pour permettre aux personnes handicapées de la faire chacune à son tour.

À la suite des nombreuses plaintes et de témoignages édifiants reçus, l’Unapei et les Papillons Blancs d’Epernay ont organisé une visite test. Celle-ci atteste des pratiques discriminatoires fondées sur le seul faciès des personnes et restrictives de l’accès aux attractions du parc. Les visiteurs handicapés mentaux s’attendent à vivre un moment magique dans un monde féérique. Mais ils découvrent un univers hostile, l’aventure de la discrimination commence, le rêve s’effrite au fil des injustices et laisse la place à un sentiment d’indignation et de révolte.

La pétition peut être signée en utilisant le site goo.gl/1hrsBo 

 Arnaque

« Votre commande est confirmée. Votre carte bancaire vient d’être utilisée pour un achat de 909,89€. Si vous n’êtes pas l’auteur de cet achat veuillez suivre le lien ci-dessous afin de l’annuler ».
Et hop, je clique !
On me demande mon numéro de carte bancaire, le cryptogramme de la carte, la date d’expiration, mon nom, etc, soi-disant ’’pour protéger vos données bancaires contre toute utilisation frauduleuse’’.
Si on n’y prend pas garde, voilà comment on se fait arnaquer !

Un groupe de travail dirigé par Marc Robert, Procureur général près la cour d’appel de Riom, sur la lutte contre les fraudes en tout genre sur internet a remis son rapport au gouvernement, le 30 juin 2014. Il fait le tour d’une délinquance en pleine expansion et propose huit chantiers pour rassurer l’utilisateur, repérer les escrocs et trouver la parade.