Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > OPASS de Derval-Sion-Rougé

OPASS de Derval-Sion-Rougé

Ecrit le 2 juillet 2014

 2892 patients

Deux tournées quotidiennes sur le secteur de Sion-Derval. Trois tournées quotidiennes sur le secteur de Rougé. Deux à trois tournées quotidiennes le samedi et le dimanche : l’OPASS de Derval-Sion-Rougé s’est occupé de 1015 personnes lors de ses permanences et de 1867 patients à domicile. au cours de l’année 2013.

OPASS : Office pour la Promotion de l’Action Sanitaire et Sociale, c’est un centre de soins infirmiers (et pas aide-soignant) avec une secrétaire et neuf infirmières (pas toutes à temps plein), habilitées à faire des AMI (acte médico-infirmier) et des AIS (Actes de Soins Infirmiers) : perfusions, grands pansements, injections, prise de sang, chimiothérapie, dialyses, etc. Le Centre de Santé Infirmiers assure une activité de soins 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Les soins à domicile ont été effectués au cours de 30 549 visites représentant environ 95 124 actes et 181 390 km.

Selon le Président Joseph Plantard, le résultat financier est à l’équilibre : « nos réserves financières nous permettent de faire face à nos investissements sans avoir recours à l’emprunt. Notre fond de roulement couvre quatre mois et demi de fonctionnement, donc une situation correcte mais qui oblige à une gestion rigoureuse. Nos charges sont à 80% des salaires et charges sociales ».

La gestion quotidienne n’est pas évidente car l’OPASS doit faire face à des dépenses matérielles importantes : locaux, voitures, frais kilométriques. « On sait que pour 1000 heures de travail il faut un produit de 36 000 euros donc un coût horaire de 36 euros, or nous ne pouvons facturer pour une prise de sang que 6,08 € à la salle de soins ou 8,58 € au domicile du patient plus éventuellement un coût kilométrique. Nos infirmières voient six patients à l’heure, lors de permanences, il ne faut pas perdre de temps. Je vous dis ceci pour expliquer nos difficultés pour équilibrer les comptes » dit J. Plantard.

Mais il ne faudrait pas juger le fonctionnement de l’OPASS sur ses résultats financiers ! « Je sais que chaque infirmière fait le nécessaire auprès des patients pour assurer un service de qualité et prendre en compte nos objectifs de résultat ! Je veux là assurer l’ensemble du personnel que nous apprécions le sens du service et la qualité professionnelle de chacune. Merci à toutes, secrétaire et infirmières, merci aussi aux bénévoles du Conseil d’Administration et du bureau pour leur disponibilité et leur participation assidue ».

En 2014, nous bénéficions d’une exonération de la taxe sur salaire plus importante 20000 euros au lieu de 6000, nous aurons en revanche une augmentation de 1% de la valeur du point en plus des augmentations conventionnelles. Mais à ce jour nous n’avons pas connaissance d’une valorisation des actes infirmiers.

Nous continuerons nos investissements en formation pour le personnel, action nécessaire pour actualiser les connaissances, découvrir des techniques nouvelles et pouvoir prendre en charge des patients plus « lourds » à domicile, les temps d’hospitalisation étant souvent raccourcis.

Nous renouvellerons une voiture à l’automne. Le Conseil d’Administration a pris la décision de changer de logiciel de facturation, donc il nous faut envisager l’achat du logiciel et la formation. Les boîtiers qui ont été changés il y a quatre ans présentent des signes de faiblesse, il faudra peut être penser à leur renouvellement

Le Conseil d’Administration a pris également la décision de créer un numéro FINESS à Rougé et l’OPASS gérerait deux centres DERVAL-SION et ROUGE afin que notre activité soit bien reconnue sur l’ensemble du territoire par l’Agence Régionale de Santé. Je pense qu’il nous faudrait densifier notre activité sur certaines communes : DERVAL, LUSANGER, MOUAIS et arrêter la baisse sur SION afin d’améliorer notre ratio : actes sur km parcourus

Nous devons continuer voire améliorer nos relations et complémentarités avec l’ensemble des intervenants à domicile (Médecins, Hospitalisation à domicile, Service de soins, Aide à Domicile etc)

Avec les autres Centres de Santé de Loire-Atlantique regroupés en UDACCS nous partageons nos méthodes de travail, comparons nos résultats. Nous avons engagé une étude comparative sur le coût des assurances ainsi que les tarifs des produits auprès de différents fournisseurs. Nous souhaitons aussi engager un travail approfondi pour expliquer les différences de résultats entre centres.

La gestion d’un centre de santé comme l’OPASS nécessite la présence de proximité de bénévoles. La présence d’élus dans le conseil d’administration traduit l’importance que vos collectivités portent à cette organisation des soins sur le territoire. La pérennité des centres dépend aussi de la population : on fait appel aux infirmières de l’OPASS ou non, mais un centre de soins, isolé, ne peut assurer sa pérennité, il lui faut travailler avec des partenaires, les autres centres tant au niveau départemental que régional. J’espère avoir permis en particulier aux nouveaux de mieux connaître l’OPASS et vous avoir donner envie de vous y engager.
a conclu Joseph Plantard

Site internet de l’OPASS


Ecrit le 2 juillet 2014

 Enquête Santé et protection sociale

L’enquête santé et protection sociale, est menée par l’Irdes tous les deux ans, depuis 1988. En 2012, l’IRDES a interrogé plus de 8 000 ménages et 23 000 individus sur leur état de santé, leur accès à la complémentaire santé, leur recours ou renoncement aux soins et, à travers des modules spécifiques, sur la fragilité, l’assurance dépendance et les conditions de travail ainsi que sur la couverture vaccinale, les accidents de la vie quotidienne et le don de sang, notamment. On peut en lire un résumé ici 

L’enquête indique une légère dégradation de l’état de santé perçu, mais à mettre en rapport avec le vieillissement de la population. Les troubles ostéo-articulaires sont les premiers de la liste des 14 maladies chroniques proposée dans l’enquête des personnes de 15 ans et plus : lombalgies ou autres atteintes chroniques dorsales, cervicalgies ou autres atteintes chroniques des cervicales et arthrose des membres .

Viennent ensuite les allergies, l’hypertension artérielle et le diabète et enfin les bronchites chroniques et la dépression.

Toutes ces affections sont plus fréquentes
chez les femmes que chez les hommes et,
à l’exception de l’asthme et des allergies,
leur déclaration augmente avec l’âge. La prévalence de toutes les maladies augmente encore pour les personnes de 65 ans ou plus.

Les femmes déclarent presque deux fois plus que les hommes souffrir d’une limitation fonctionnelle (mouvements, vue, audition, etc)... ... dont les plus fréquentes sont les difficultés à se baisser ou à s’agenouiller.

89 % des personnes de France métropolitaine vivant en ménage ordinaire (hors institution) déclarent bénéficier d’un contrat de complémentaire santé privé et 6% de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Il reste donc 5 % de la population déclarant ne pas être couverts par une complémentaire santé.

 Renoncement

Renoncement : en 2012, selon l’enquête, près de 26% des personnes déclarent avoir renoncé à au moins un soin pour raisons financières (soins dentaires, soins d’optique, consultation de médecin ou autres soins), ou parce que le délai d’attente d’un rendez-vous est trop long, ou parce que le cabinet était trop éloigné ou que les individus avaient des difficultés de transports.

En 2012, plus du tiers des enquêtés déclare ne pas se sentir capable de faire le même travail qu’actuellement jusqu’à 60 ans, qu’il s’agisse de travail de nuit, postures pénibles ou fatigantes. Ces mauvaises conditions de travail apparaissent plus fréquentes chez les individus ayant des niveaux de revenu et de diplôme peu élevés.

Voir enquête IRDES 2011