Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Contournement - N 171

Contournement - N 171

 Echec au détournement du projet

Ecrit le 12 avril 2000

Le contournement de Châteaubriant, par l’Est, on en parle depuis des lustres et il se fait petit à petit puisque
– une première tranche a été ouverte en mars 1990, entre la route de Vitré (D 178) et la route de Laval (N 171)
– une deuxième tranche a été ouverte en septembre 1990 entre la route de Laval (N 171) et la route d’Angers (D 163)
– récemment un carrefour giratoire a été aménagé à la Fayère route d’Angers.

Reste à réaliser le tronçon situé entre la route d’Angers et la route de St Nazaire. Coût : 45 millions de francs environ. (1)

Une enquête publique à ce sujet a eu lieu en octobre-novembre 1996. Elle a été positive. A la suite de quoi le Préfet a pris un arrêté en février 1997, qui fut affiché en mairie pendant 2 mois, autorisant la réalisation des travaux. Restait à trouver le financement et tout le monde attendait le Contrat de Plan, à signer entre la Région et l’Etat, pour les années 2000- 2006. Jean-Claude GAYSSOT, Ministre des Transports, venu à Châteaubriant en fin d’octobre 1999, pour les cérémonies de la Sablière, avait donné des assurances à ce sujet.

Vous ne l’aurez pas

C’est alors qu’arrive le congrès des maires de l’arrondissement de Châteaubriant, à Fay de Bretagne, le 4 décembre 1999. Stupéfaction : il n’est plus question du contournement de Châteaubriant. Martine BURON fait une intervention à la tribune de ce Congrès pour protester, et rappeler que ce contournement est un élément important de l’aménagement de la Nationale 171. Etrangement, l’association pour l’amélioration de la Nationale 171, que préside Michel Hunault, ne monte pas au créneau sur ce sujet. Est-ce parce que Michel Hunault est aussi Président de la Commission Transports du Conseil Régional ?

Protester publiquement c’est bien. Agir efficacement, même dans l’ombre, c’est nécessaire aussi. C’est ce qu’ont fait Martine Buron, maire de Châteaubriant , Henri Baron (conseiller régional socialiste) et Gilles Bontemps (conseiller régional communiste, membre de la commission Transports), avec le soutien de l’ADIC (association des industriels) en intervenant auprès de la dite Commission Transports, et auprès du Ministère des Transports. « C’est tous les trois jours que nous intervenions » raconte Henri Baron et « nous avons eu une très bonne écoute du côté du cabinet de Jean-Claude Gayssot » dit Gilles Bontemps qui monte souvent au Ministère.

Les élus du castelbriantais ont alors découvert que le dossier « contournement de Châteaubriant » ne figurait nullement au projet de Contrat de Plan Etat-Région. Etait-ce un oubli involontaire de la Direction Régionale de l’Equipement ? Etait-ce un oubli volontaire à la demande de quelqu’un ? Bref, il n’y était pas ! Problème ! car le « contrat de plan » était bouclé : inscrire le contournement de Châteaubriant, c’était supprimer autre chose.

En surnombre

Or il se trouve que, heureusement pour nous, les projets concernant les routes prennent toujours du retard car la procédure à respecter est longue : avant-projets sommaires, enquêtes parcellaires, enquêtes publiques, négociations autour de l’achat de parcelles, etc. Partout, dans toutes les Régions, les projets « routes » ne vont pas aussi vite que prévu. D’où l’idée, en accord avec le Ministère, d’inscrire le contournement de Châteaubriant, en tête d’une liste d’attente, pour qu’il puisse passer avant d’autres projets qui ne seraient pas prêts.

Encore fallait-il qu’il soit inscrit. Encore fallait-il que ce soit en des termes suffisamment précis. Parler du « contournement de Châteaubriant » est beaucoup plus vague que de parler de « l’achèvement du contournement de Châteaubriant » .

Cette inscription a été soumise à la commission Transports du Conseil Régional, avec l’appui des élus de gauche de cette commission, à savoir Gilles Bontemps (conseiller régional de Loire-Atlantique), et Daniel David (conseiller régional de Vendée). Pas d’opposition de la commission.

C’est pourquoi, lors de la session du Conseil Régional du 31 mars 2000, l’achèvement du contournement de Châteaubriant figure bien dans le texte global qui a été soumis au vote. A la suite de quoi le Préfet de Région, en personne, a téléphoné à Martine Buron pour lui dire que c’était bon. C’est ce que révèle Martine Buron, dans un communiqué, où elle exprime publiquement « sa satisfaction pour notre ville » et remercie « toutes celles et tous ceux qui par leur vigilance, leur détermination ou leur compréhension ont œuvré à la prise en compte de ce nouveau chantier routier »(Curieusement, dans son article de l’Eclaireur du 7 avril 2000, Michel Hunault n’évoque pas ce contournement. Encore un oubli ?)

Dans 3 ans

Mais ce n’est pas si simple que cela. Rappelons que l’achèvement du contournement est, en quelque sorte, en surnombre par rapport aux projets initialement inscrits dans le contrat de plan Etat-Région. Il va donc falloir jouer correctement. « Chaque niveau de décision devra assumer ses responsabilités devant les populations » dit-on à la mairie de Châteaubriant.

Le Contrat Etat-Région va être signé officiellement vers la mi-avril. En 2003 sera faite l’analyse précise de l’exécution de ce contrat. Si à cette date les projets « routes » ont pris du retard, il y a une place pour Châteaubriant, une forte probabilité pour que soit opérationnel l’achèvement du contournement de Châteaubriant, dont le dossier est le plus avancé actuellement et ne représente guère que 45 millions de francs sur un milliard de francs prévus. La mairie de Châteaubriant va donc prendre contact rapidement avec le Préfet pour que tout soit bouclé, notamment les acquisitions foncières, le dossier technique, les appels d’offres, etc. La mobilisation doit donc se poursuivre. Si tout est prêt, nous avons nos chances !

On peut dans cette affaire, se féliciter de l’excellente coordination des actions entreprises par Martine Buron, Henri Baron, Gilles Bontemps, et d’autres, avec le Ministère des Transports. On peut aussi s’étonner des « oublis » (?) répétés de Michel Hunault à ce sujet. A moins qu’il ait voulu, d’une façon ou d’une autre, pénaliser Châteaubriant ou mettre en difficulté son maire dans la perspective de prochaines élections. Sait-on jamais ....

----------

Ecrit le 30 avril 2003 :

  Déviation familiale

L’arrêté préfectoral a été pris le 11 mars 2003 et affiché dans les mairies de Châteaubriant et d’Erbray le 21 mars : il dit que se poursuit l’étude concernant la déviation Sud de Châteaubriant, entre la Fayère (Nationale 163, carrefour sur la route d’Angers) et le bout de l’étang de la Courbetière (sortie ouest de Châteaubriant) .Les agents de la DDE (direction départementale de l’équipement) sont autorisés à pénétrer dans les propriétés privées, closes ou non closes, pour procéder à l’exécution d’opérations géotechniques , aux levés de terrain nécessaires à l’établissement de plans topographiques, et aux rapports de sondages.Les agents de la DDE, après avoir prévenu les propriétaires, ont le droit de planter des mâts, des piquets, des bornes, des repères. Ils ont droit de franchir murs et clôtures, de faire des rigoles, d’élaguer des arbres et des haies (des indemnités sont possibles en cas de dommages).

Pour le frérot

Cette étude est le prélude à une avancée du dossier de la déviation sud de Châteaubriant . Michel Hunault ne s’en est pas caché : « je dois aider mon frère, le maire de Châteaubriant ». Et voilà que la déviation Sud, que le Conseil Régional ne considérait pas comme urgente du temps où Martine Buron était maire, devient urgente tout-à-coup. Que vient faire Michel Hunault là-dedans ? Tout simplement, il est vice-président du Conseil Régional chargé des transports et infrastructures.Mais il y a un « mais » : la déviation Sud de Châteaubriant ne figure pas au plan Etat-Région, alors que la déviation de Treffieux y figure pour 30 millions de francs depuis 3 ans. En 3 ans, rien ne s’est fait pour la déviation de Treffieux, ce qui autorise à reconsidérer cette déviation. Le maire de Treffieux s’en est ému. Un tracé « Est » a été dessiné, il n’y a qu’une seule exploitation agricole touchée et deux maisons à démolir (dont celle du maire, et celle d’une autre personne qui a accepté d’être relogée ailleurs). Le Conseil Municipal de Treffieux est unanime. Alors qu’est-ce qu’on attend ?

C’est Michel Hunault qui a donné la réponse : « Châteaubriant est prioritaire car je dois aider mon frère » a-t-il dit au maire de Treffieux qui l’a rapporté au Sous-Préfet. Une entrevue a alors eu lieu avec le Préfet qui a affirmé que l’enquête publique concernant la déviation de Treffieux aura lieu en septembre 2003, et qu’il n’y a pas à s’inquiéter pour Treffieux « car le financement est trouvé pour Châteaubriant ».On peut se réjouir pour Treffieux, et pour Châteaubriant, mais s’étonner de voir que l’intérêt général est soumis aux aléas d’un soutien familial.Est-ce cela la démocratie ? Ou bien cela relève-t-il plutôt d’un comportement dynastique ?

BP  

---------------

  Fonds dynastiques

L’info de La Mée concernant la déviation de Treffieux et celle de Châteaubriant, a fait remonter des commentaires. On sait en effet que la déviation de Châteaubriant n’a pas été inscrite au Contrat de Plan Etat-Région (parce que c’était Martine Buron qui était maire et qu’il ne fallait pas lui faire « une fleur » tant pis si la ville en pâtissait). Sur l’insistance de conseillers régionaux de gauche il avait été dit que le point serait fait au bout des trois premières années du Contrat de plan Etat-Région, et que la déviation de Châteaubriant aurait quelques chances si des travaux n’étaient pas engagés et si un redéploiement des crédits se faisait. Or il se trouve qu’il y a 4 ou 5 semaines, lors d’une réunion du Conseil de Développement, Georges Garnier a annoncé tout fier qu’il y avait du nouveau concernant cette déviation « sud ». Tout le monde a pensé que la déviation de Treffieux allait sauter. Oui mais le maire de Treffieux a eu des assurances directement du côté du Préfet. Alors ?

Alors il y a peut-être des dossiers qui ne sont pas prêts. Ailleurs. Et qui vont sauter. Mais pourtant leurs initiateurs ont tout fait pour qu’ils soient prêts et chacun s’accorde à dire qu’il ne devrait pas y avoir des crédits disponibles. On le saura plus précisément quand le Préfet aura remis son rapport, à mi-parcours.On se demande alors d’où viendrait ce financement miracle de la déviation Sud de Châteaubriant. Du Conseil Général ? Normalement non. Mais des fois il pourrait y avait un marchandage « Je te donne ceci, tu fais cela ... ». Bref on attend de savoir. A défaut de fonds destinés au développement, y aurait-il des fonds destinés à asseoir une dynastie ? Mystère

-----------

Ecrit le 14 mai 2003 :

  Echange multimodal

Cinq partenaires se sont associés pour lancer une étude de réalisation d’un « pôle d’échange multimodal » sur le site de la gare de Châteaubriant. La SNCF financera l’étude pour 69 500 € TTC environ. La ville de Châteaubriant, la CCCastelbriantais, la Région Pays de Loire et le Conseil Général, participeront à 20 % du coût soit 13 903 € chacun (91 200 F environ).

-------------------------------------

Ecrit le 17 septembre 2003 :

  La Région complice

Lénifiant : Daniel Augereau, représentant de la Région, a rappelé à la Foire de Béré que la région contribue au financement du bowling et que le dossier « train »entre Nantes et Châteaubriant « avance bien malgré sa complexité ». Il n’a pas pris d’engagement sur la date de mise en service.Rocade Ouest : au nom du Conseil Général, Edouard Landrain n’a pas parlé de la fameuse Rocade Ouest promise par le maire de Châteaubriant . Et il est resté très vague : « Le Conseil Général intègre la question de l’environnement dans nombre de ses politiques, par une multitude d’actions d’entretien et de valorisation ».Nationale 171 : le monstre du Loch Ness reparaît puisque le Préfet, M. Boucault, a annoncé la réalisation d’un créneau de dépassement du côté de Louisfert (1,2 km pour 2,8 millions d’euros, peut-être en 2005), la rocade Sud de Châteaubriant (pour 4,6 millions d’euros, démarrage des travaux en 2004 ? ), et la déviation de Treffieux pour 2005. Mais comme rien n’est encore prévu entre Nozay et Savenay, c’est pas demain que sera vraiment aménagée la Nationale 171

--------------

Ecrit le 30 juin 2004 :

  Nationale 171 , bilan du contrat de plan Etat-Région

La Nationale 171 s’étire comme un serpent de mer entre Laval et St Nazaire. Là où Michel Hunault avait promis une deux fois deux voies, il n’est question que de calibrage et mise hors gel, sur deux voies avec quelques créneaux de dépassement.

Pour la section Nozay-Châteaubriant , l’aménagement est terminé depuis août 2001. Il reste à réaliser un nouveau créneau de dépassement entre la RD 40 (route de Louisfert à St Aubin) et la RD 775 (route de Derval) : les acquisitions foncières sont en cours. La Région a affecté 510 400 €, l’Etat n’a encore rien affecté.

En ce qui concerne la section Châteaubriant-Maine et Loire (9 km), les études sont en cours.

Pour la poursuite de la déviation de Châteaubriant, le projet est en cours d’études. L’opération, non prévue au début du Contrat de plan Etat-Région, n’a été inscrite qu’en novembre 2003, pour un montant de 9 millions d’euros. L’Etat s’engage sur 3,6 M€, la Région sur la même somme, il restera 1,8 € à financer par d’autres collectivités.

La déviation de Treffieux : l’avant projet sommaire a été approuvé et l’enquête publique a eu lieu début 2004. Pour la déviation de Pouancé, les acquisitions foncières sont en cours.

Les études se poursuivent pour les déviations de Blain, Bouvron et La Grigonnais. La région a affecté 72 000 €, l’Etat n’a pas encore affecté de crédit sur cette opération.


Ecrit le 1er septembre 2004

  Nationale 171

Dans le cadre du Contrat signé avec l’Etat pour la période 2000-2006, les opérations suivantes ont été adoptées par la Région Pays de Loire le 19 juillet 2004 :

– Déviation de Châteaubriant : 100 000 €
– Déviation de Pouancé : 760 250 €
– Calibrage à 7 m de la section Savenay-Nozay : 30 000 €

Il reste à attendre la réalisation.

La déviation de Treffieux n’est signalée que pour mémoire !


Ecrit le 12 octobre 2004 :

Dans la lettre n°5 (octobre 2004), du Conseil Général, Patrick Mareschal « a évoqué l’aménagement de la route RD 178 [Nantes-Rennes par Carquefou], aujour-d’hui en cours de concertation avec le Conseil général d’Ille et Vilaine » ...

... « de même que la RN 171 [Laval-St Nazaire par Châteaubriant] » ...

... « la détermination des collectivités à rouvrir la ligne de chemin de fer Nantes-Châteaubriant »

-----------

Ecrit le 14 décembre 2005

 Un radar-dare sur la N 171

JPEG - 24.4 ko
radar-2005-1208
Les autorités
autour du radar.
A droite :
le Sous-Préfet
Jean Guillaume

La Nationale 171, un vrai serpent de mer qui relie les terres à la côte. Si elle n’est pas encore en deux fois deux voies, si elle ne comporte qu’un créneau de dépassement, si les voies de contournement ont pris une voie détournée, si elle n’a pas encore les caractéristiques d’une grand route moderne, elle vient, enfin d’être équipée d’un radar, en un point très « accidentogène » puisque, de 1998 à 2004 on a compté, à cet endroit, six blessés graves, 5 blessés légers et un mort . Un mort de trop, certes, mais un seul mort pour 8000 passages par jour.

Si un véhicule dépasse la vitesse autorisée, hop ! Le radar le voit et prend la photo, celle-ci est envoyée au-to-ma-ti-que-ment (et cryptée) au centre de traitement. Le contrevenant devra payer l’amende. Que fera-t-on des sous récoltés ? L’aménagement tant espéré ? Allons, allons, on paie mais on ne rêve pas !


[771<- ] Ecrit le 15 février 2006

 De 171 à 771 en finira-t-on ?

Dans l’histoire, les routes « royales » sont devenues, au hasard des changements politiques, des routes « impériales » ou des routes « nationales ».

A notre époque de « décentralisation », les routes restent « nationales » quand elles sont d’une certaine importance, et « départementales » quand elles le sont moins. Sans compter les routes communales, les chemins vicinaux et les voies privées.

La Nationale 171 préoccupe les Castelbriantais depuis longtemps. Ils la savent étroite et dangereuse, inadaptée aux quelque 6000 véhicules par jour, essentielle pour relier l’arrière pays au Port de St Nazaire. Essentielle dans la perspective du futur aéroport de Notre-Dame des Landes.

Depuis longtemps il est question d’aménager cette route. On a même parlé d’une deux-fois-deux-voies entre Laval et St Nazaire. Il a fallu se contenter d’un créneau de dépassement de 1,5 km et de promesses de déviations.

JPEG - 115.8 ko
Philippot-Deniaud
Gilles Philippot
Bernard Deniaud

Bernard DENIAUD (à dr.)
avec Gilles PHILIPPOT, est venu évoquer les questions routières avec les maires du canton de Nozay, le 8 février 2006, accompagné de Mme BUSNEL, directrice des infrastructures.

 Adieu l’Etat

Et voilà que l’Etat a proposé au Conseil Général de Loire-Atlantique d’en devenir gestionnaire .... donc, à terme, de réaliser les travaux nécessaires. La discussion fut âpre. Finalement, la route a été coupée en deux.
– La partie Laval-Nozay, devient départementale et portera le numéro 771
– La partie Nozay-St Nazaire reste nationale et s’appellera toujours N 171.

Dans la discussion, le Conseil Général a fait valoir que des travaux étaient prévus depuis fort longtemps mais n’avaient jamais été financés. Finalement l’Etat a accepté de mettre 5 millions d’euros sur la partie « D 771 » (même chose pour la Région Pays de Loire). Mais ce sera au Conseil Général de faire les travaux et si les dépenses dépassent les prévisions ce sera pour la poche du Conseil Général. La dotation de l’Etat sera versée .... un jour, dans deux ans, dans dix ans .....?

Les travaux prévus d’ici 2008-2010 en fonction de l’avancement des procédures :
– La déviation Sud de Châteaubriant
– Un créneau de dépassement de plus
– La déviation de Treffieux

 Déviation Treffieux

Pour M. Réthoré la déviation de Treffieux a déjà une longue histoire. En 1992 déjà, il était demandé une déviation pour les poids lourds et les engins agricoles. En 1998 l’étude pour l’aménagement du bourg de Treffieux redemande cette déviation. Mais se voit opposer un refus de l’Etat. Quand le projet est proposé à la population, c’est une levée de boucliers, manifestations, barrage de routes .... Et le principe de la déviation est retenu !

Avril 2000, le projet de déviation est étudié par la DDE avec l’avis des associations qui se sont créées à ce sujet.. 2001, réunion publique, constitution d’une autre association, avis motivés, le Conseil Municipal tient compte de l’avis des habitants.

Février 2004 le commissaire-enquêteur se range au même avis. Il n’y a plus qu’à faire une autre enquête publique. ....Mais l’Etat ne l’a pas encore lancée. « Cela nous gêne beaucoup, dit le maire, de ne pas savoir exactement où va passer cette déviation, et de ne pas disposer d’un document opposable aux tiers. Les riverains ne savent pas, eux, s’ils peuvent faire des travaux chez eux, ou si leur maison sera démolie ».

 Une nouvelle route

La nationale 171 (Nozay-Savenay) ne dispose pas d’un terrain d’emprise suffisant pour un élargissement convenable, en particulier dans la traversée des communes de La Grigonnais et Bouvron.

C’est pourquoi le Conseil Général réfléchit à une route nouvelle, qui pourrait se substituer à la N 171, qui partirait d’Ancenis, contournerait Nort sur Erdre et passerait au nord d’Héric pour rejoindre Bouvron.


Ecrit le 11 octobre 2006

 Deux nouveaux giratoires à Châteaubriant

Voir travaux


Ecrit le 4 février 2009

 Contournement sud de Châteaubriant : Le Pont, c’est bon

JPEG - 55.7 ko

La déviation sud de Châteaubriant, prochainement en travaux, comportera
– une chaussée à 2 voies de 7 m de large sur 3100 m, et une chaussée à 3 voies de 10,5 m de large sur 600 m ;
– 4 carrefours giratoires : deux aux extrémités avec la RD771 et la RD163, un avec la RD 178 et un avec la RD 41 ;
– un passage supérieur pour rétablir la RD35
– un franchissement de la voie SNCF Nantes-Châteaubriant, avec un gabarit permettant l’électrification de cette ligne. Ce pont est terminé (voir photo)

Le projet a été déclaré d’utilité publique par arrêté préfectoral du 26 juin 1997, prorogé en 2002. L’enquête parcellaire s’est déroulée en 2006. La disponibilité totale des emprises devrait être effective à l’automne 2009.

Le coût de l’opération est de 9 M€, dont 830 000 € pour les acquisitions foncières et 8 170 000 € pour les travaux. Cette opération fait l’objet d’un financement à hauteur de 40 % chacun par l’Etat et la Région"

Les travaux de terrassement- assainissement-chaussées, attribués à l’entreprise Guintoli ont commencé le 20 novembre 2008. Les travaux d’ouvrages d’art (entreprise LANG) sont achevés pour celui sur la voie ferrée, pas encore engagés pour celui sur la RD 35.


Ecrit le 15 avril 2009

La déviation Sud de Châteaubriant

C’est l’un des projets les plus attendus dans le Castelbriantais. Déclaré d’utilité publique en 1997, inscrit au contrat de plan Etat-Région 2000-2006, c’est finalement le Conseil Général qui en a engagé la réalisation. Cette infrastructure sera terminée au début de l’année 2011.

« Qu’on sache bien que cette déviation est dans nos premières priorités » a dit Bernard Deniaud, vice-président du Conseil Général . « Si retard il y a, ce ne sera pas pour des raisons financières, mais pour des raisons techniques » notamment parce que les propriétaires de deux des parcelles nécessaires ont refusé un accord amiable : la procédure d’expropriation, en cours, demandera un certain temps.

Le pont franchissant la voie SNCF Nantes Châteaubriant est terminé. Son gabarit permet l’électrification de la ligne.

La route à construire fera 3.7 km — avec une chaussée à 2 voies, de 7 m de large, sur 3.1 km, — et une chaussée à 3 voies, de 10.5 m de large, sur 0.6 km.

Deux giratoires vont être à construire, l’un sur la route du Grand-Auverné (RD 41), l’autre sur la route de Nantes (RD 178). Un passage supérieur sera créé sur la route d’Issé (RD 35).
Coût global : 9 millions d’euros. Financement : 20 % Etat, 40 % Conseil Général et 40 % Conseil Régional. « Notre priorité est le chemin de fer » a dit Jacques Gillaizeau, conseiller régional, « mais nous savons, quand il le faut, soutenir le réseau routier »

Le Conseil Général compte aussi, dès que possible, réaliser la déviation de Treffieux (démarrage fin 2010) et un nouveau créneau de dépassement entre Nozay et Treffieux. Son projet est de créer une « étoile routière » pour le Castelbriantais, permettant d’irriguer le Pays de Châteaubriant   et de le relier facilement à Nantes, St Nazaire, Ancenis, Redon mais aussi Rennes, Angers et Laval. Il est attentif à la liaison Châteaubriant-Soudan-Pouancé.

Voir aussi le tracé de la Rennes-Angers

D’après le ministre Christian Estrosi, les travaux de la N 171 devraient se poursuivre

contrat de plan Etat-Région

Les étapes d’une route

(1) Cette rocade a été inaugurée le 5 novembre 2010