Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 8 octobre 2014.

Mée-disances du 8 octobre 2014.

Ecrit le 8 octobre 2014.

  Armée délabrée

 
lexpress.fr du 30/09 : L’Allemagne ne peut pas remplir son engagement auprès de l’OTAN. La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen l’a reconnu : « Pour les avions, nous sommes sous les objectifs promis à l’OTAN il y a un an », a-t-elle admis face à l’état pitoyable des armements de la Bundeswehr. En cas de conflit, Berlin a promis à ses alliés de mobiliser 60 avions de chasse. Mais en réalité, l’armée de l’air de la première puissance économique européenne ne peut faire décoller que 42 Eurofighters sur les 109 qu’elle possède ! La majorité de ses appareils hypermodernes et hors de prix est en maintenance, victimes de pannes. Et la « Bundesmarine » n’aligne que 3 appareils « valides » sur les 43 qu’elle possède ! 
 
Ces informations alarmantes ont été confirmées par les chefs d’états-majors des trois armes lors d’une audition parlementaire récente. Toute l’armée est concernée. Après la Luftwaffe et la Marine, on a aussi appris que si l’armée de terre possède 586 véhicules blindés de transport, seuls 350 sont disponibles. Ou encore que le principal fusil du fantassin allemand, le HK G36, s’échauffe trop vite et perd rapidement toute précision de tir. 
 
« La Bundeswehr est victime de réformes successives faites à l’économie dans des contextes de crise économique. Mais la responsabilité va aussi aux politiques et aux militaires, incapables de rationaliser leur coopération avec les industriels de l’armement. Ajoutez à cela la difficulté politique d’augmenter un budget de défense dans un pays majoritairement pacifiste », énumère un expert allemand qui travaille pour l’ONU et préfère conserver l’anonymat. 
 
Pendant que la France et le Royaume-Uni affichent un budget de la défense proche des 2% du PIB, l’Allemagne se contente de 1,3%. Par ailleurs, le conglomérat militaro-industriel continue à exploser les délais et les devis au point que l’actuelle ministre de la Défense a décidé de geler tous les grands programmes d’armement pour les soumettre à un grand audit. L’Allemagne attend ainsi depuis plus de 5 ans qu’Airbus livre enfin le gros transporteur militaire A400M et plus de dix ans pour les hélicoptères MH 90 prévus pour la Marine. Quant au drone américain Global Hawk, il a fallu que Berlin débourse plusieurs centaines de millions d’euros avant de s’apercevoir qu’il ne pourrait jamais voler dans le ciel européen ! […]
 
Début 2014, Mme von der Leyen expliquait encore que l’Allemagne comptait participer à plus d’opérations internationales car « l’indifférence n’est pas une option », pendant que Frank-Walter Steinmeier expliquait que l’Allemagne est « un trop gros pays pour se contenter de commenter la situation internationale, installé sur le banc de touche ». Mais des mots aux actes, il y a encore un monde.
 

  L’hirondelle de Banksy

 
Le Monde du 03/10 : Le sort funeste de l’hirondelle au plumage colorée de Clacton-on-Sea en dit long sur l’Angleterre d’aujourd’hui, mais aussi… sur l’utilité de l’art. Cet oiseau aux jolis reflets vert et jaune était juché sur un fil, seul de son espèce, le bec tourné vers cinq gros pigeons gris brandissant des pancartes hostiles : « Les migrants ne sont pas bienvenus ! », « Retourne en Afrique  ! », « Pas touche à mes vers ! »
 
Mais tous ces volatiles ont disparu du mur où Banksy, artiste au pochoir connu pour ses peintures de rue impromptues, les avaient posés. Un habitant anonyme se disant offensé par un message raciste, a appelé la hotline municipale antigraffitis. Le service « propreté » de la ville de Clacton a effacé le message pictural pourtant clairement antiraciste, dissolvant au passage l’œuvre d’un artiste dont les performances murales se négocient quelques centaines de milliers de livres sterling. « Nous ne savions évidemment pas qu’il s’agissait d’un artiste connu, a bégayé Nigel Brown, porte-parole de la municipalité, au micro de la BBC. Mais pour être honnête, je crois que nous l’aurions effacé de toute façon. »
 
Jeudi 9 octobre, tout le pays aura les yeux rivés sur Clacton-on-Sea où devrait être élu le premier député de l’UKIP, le parti anti-européen et xénophobe qui a raflé 27,5 % des voix aux dernières élections européennes. Douglas Carswell, le député conservateur local, a fait sensation en faisant défection fin août au profit de l’UKIP. Dans cette station balnéaire densément peuplée de retraités modestes, il devrait être réélu lors d’une législative partielle, sous les couleurs du parti qui exploite la peur de l’étranger. […]
 

  Marine n’a plus de permis

 
Le Canard enchaîné du 01/10 : « II faut supprimer les radars !  » est allée claironner la cheftaine du FN   au micro de RTL, le 1er août. « Tous les Français savent que les radars ne sont pas là pour empêcher les accidents, ils sont là pour remplir les caisses de l’État (...). C’est donc un impôt supplémentaire (...), et on habille cela en lutte pour préserver des vies », a-t-elle martelé sans une once de démagogie.
 
Marine n’a pas eu le courage de le dire à la radio, mais sa diatribe renvoie à une histoire personnelle qui fait bien rire dans les allées du Palais de Justice de Paris et les couloirs de l’ordre des avocats. Cette histoire, qui s’est achevée le 19 septembre dans le bureau du bâtonnier Pierre-Olivier Sur, commence deux ans plus tôt, fin 2012, lorsque Le Pen pousse la porte du cabinet Dufour & Associés (ça ne s’invente pas !), dans le XVIe arrondissement de Paris.
 
Cette société d’avocats, spécialisée dans le droit automobile, est réputée pour venir en aide aux cas désespérés. Par exemple aux conducteurs à court de points sur leur permis, qui ont fini par le paumer tout net. C’est le cas de la députée européenne Le Pen. Résultat : plusieurs PV pour excès de vitesse et 12 points de permis qui ont sauté les uns après les autres. Si bien qu’en 2012, après un ultime PV pour un feu rouge grillé, la sanction est tombée : annulation définitive du permis de conduire. Ne s’offraient alors à la championne nationale de l’exemplarité que deux solutions : repasser son permis ou contester cette annulation en justice. La Fangio du FN   a préféré la seconde.
 
La société d’avocats Dufour & Associés saisit, le 3 janvier 2013, le tribunal administratif de Lille, dont dépend Hénin-Baumont. La justice ne s’est pas encore prononcée sur le dossier du permis Le Pen. Mais une autre autorité a dû s’occuper de son cas. Quelques mois après l’introduction de son recours, la sans-permis se voit réclamer la note d’honoraires de 3 000 euros du cabinet. Mais elle ne donne pas suite. Le 17 mars 2014, Dufour & Associés décide d’écrire au bâtonnier de l’ordre des avocats de Paris pour signaler la mauvaise payeuse et lui demander de trancher le différend financier. […]
 
Las, aux dernières nouvelles, Marine Le Pen n’a toujours pas fait le moindre geste pour honorer enfin sa dette. Sans doute un nouveau drame de la phobie administrative...

  NDDL : débarquement immédiat

 
Ouest-France du 03/10 : La conseillère générale Françoise Verchère (Parti de gauche), siégeait, depuis des années, à la commission consultative de l’environnement de l’aéroport de Nantes Atlantique. Celui-ci est en effet situé dans son canton. La commission vient d’être renouvelée. Opposante connue au transfert de l’aéroport à Notre-Dame-dès-Landes, elle n’a pas été reconduite par le président du conseil général. « Ce que même la droite n’avait pas osé me retirer, la gauche l’a fait », affirme l’élue qui a été remplacée par le conseiller général du canton voisin, le socialiste Gérard Allard, maire de Rezé.
 
Le préfet a également supprimé un des sièges des représentants d’associations de protection de la nature. Ce qui aboutit à l’éviction d’un autre opposant notoire au projet de Notre-Dame-des-Landes. Françoise Verchère, qui ne se représentera pas en mars, envisage de démissionner de toutes les instances où elle représente le Conseil Général.