Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Office de Tourisme, bilan 2000

Cet article est archivé. Il ne reste en ligne que pour mémoire

Office de Tourisme, bilan 2000


Ecrit en avril 2001

Bilan Office de Tourisme   pour 2000

Le 12 avril 2001, le Président Yves Billard a présenté le bilan de l’Office de Tourisme   pour l’année écoulée (depuis la dernière assemblée générale du 6 avril 2000).« Cette année a débuté le 11 avril 2000 par notre participation à l’Assemblée Générale du CDT (Comité Départemental du Tourisme  ) à Nantes puis le 17 avril, nous présentions l’Annuaire Privé de Région 2000 » a-t-il dit en énumérant les multiples activités de l’année :

Des activités multiples

- le 6 mai : Remise des Prix du Concours Photos dont le thème était « Sports et Sportifs à Châteaubriant ».- du 16 au 22 mai, participation à l’exposition sur « la Mode de 1900 à nos jours » organisée par l’ORPAC   et la SEGPA du Collège de la Ville aux Roses, à travers la diffusion d’un film vidéo réalisé à partir d’archives cinématographiques castelbriantaises.
- le 19 juin, à Rennes, réunion sur le Tourisme   Urbain dans le cadre de l’association des Villes d’Art et d’Histoire qui regroupe des villes au passé et au patrimoine urbain authentique bien conservé, entretenu et animé comme Dinan, Vannes, Vitré, Quimper, Saint Malo et d’autres...
- le 27 juin, jury du Concours des Maisons Fleuries, déambulation à travers la ville et sa campagne de 9 heures à 18 heures.
- le 29 juin, voyage à Chantilly avec plus de 50 personnes à découvrir le château et les Archives du Duc d’Aumale, dernier propriétaire du château de Châteaubriant.
- le 6 juillet, première Promenade Littéraire à travers la vieille ville. Les autres eurent lieu les 20 et 27 juillet et les 10 et 24 août. Elles furent suivies par près de 400 personnes. « je remercie vivement et chaleureusement tous les bénévoles qui ont sacrifié leurs soirées pour que ces Promenades Littéraires se déroulent sans incident et en toute sécurité pour les spectateurs » a précisé Yves Billard- les 13 juillet - 3 août - 17 août et 31 août 2000, découvertes du patrimoine architectural urbain suivies par 163 personnes, soit une moyenne de 40 personnes par visite.Durant ce même été 2000, 85 visiteurs sont allés écouter l’histoire des origines de Châteaubriant et découvrir la plus ancienne Eglise romane du Département : St Jean de Béré, les 18 juillet, 1er et 22 août.Les 26 juillet et 30 août, 40 personnes ont suivi les visites du Foirail
- De plus, dans le cadre de « 50 Idées pour un été », l’Office de Tourisme   a organisé et dirigé :- La visite des Haras de Gastines- Le Circuit des Retables Baroques- Le Parcours du Souvenir sur les lieux de la Résistance
- Et pendant tout l’été, 3 expositions à la Maison de l’Ange   :- L’Histoire du Parlement de Bretagne- Les Origines de Châteaubriant- Les Concours Photos de l’OTSIPour conclure sur cette période animée de l’été 2000, les animations proposées par l’OTSI ont généré 35 % de visiteurs de plus que l’année passée.
- Les 5-6-7 et 8 septembre participation aux Journées des Cités d’Art de Bretagne à Rennes où les différentes villes regroupées au sein de cette Association proposent leurs offres touristiques.
- Les 8-9-10 et 11 septembre avec les partenaires du Tourisme   du Pays rassemblés sur le Stand de l’Association pour le Développement du Tourisme  , l’Office de Tourisme   a pris une part active à la Foire de Béré.

Les 16 et 17 septembre, les Journées du Patrimoine dont le thème était « Le Patrimoine du 20e siècle », ont permis à 250 personnes de découvrir la Halle de Béré   sous la houlette du Président de l’Ordre des Architectes.Pendant ce temps, les guides de l’été accueillaient au château et à Béré plus de 900 personnes.

Documents

L’office de Tourisme   vient de sortir une nouvelle plaquette : « l’église de Béré », destinée à aider les visiteurs qui découvrent seuls cette église remarquable et si mal connue. Présentée sous forme de livret, avec un plan et un glossaire dépliable, il présente de façon très attrayante les richesses de ce monument historique, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Ce sera un document précieux pour les touristes (et gratuit).Par ailleurs l’Office de Tourisme   a renouvelé « l’annuaire des industries » de la région castelbriantaise. L’édition de 1999 comptait 135 adresses. Celle de 2002 en compte 148. Le document a été tiré à 1200 exemplaires et sera utile aux entreprises, à leur personnel, aux clients, fournisseurs, demandeurs d’emploi. Il comporte les adresses, types d’activité, numéros de téléphone, fax, adresse de courrier électronique (rare encore), voire de site internet (encore plus rare !). Le demander à l’Office au 02 40 28 20 90.

Trois dames ...

Les 22 et 23 septembre, le château s’animait avec la grande fresque « Trois Dames et un Château » jouée pour près de 1500 personnes par 130 participants bénévoles « que je remercie aussi très particulièrement ». Deux soirées mémorables qui en appellent d’autres.Depuis le mois d’octobre 2000, l’Office de Tourisme   organise une fois par mois une visite des sites historiques de la ville le dimanche après-midi à partir de 15h30.
- Le 15 octobre le Parcours de la Résistance
- Le 19 novembre le Château
- Le 17 décembre l’Eglise de Béré
- Le 21 janvier : La Vieille Ville
- Le 18 février montage diapos sur la Vieille Ville
- Le 18 mars : Châteaubriant d’Hier à Aujourd’hui

Ces visites, très appréciées, ont été suivies par plus de 150 personnes.

- 31 octobre : découverte d’Hennebont dans le cadre des Cités d’Art de Bretagne, ce qui permet de réaliser, par comparaison, que le cœur de ville de Châteaubriant a conservé encore un riche patrimoine.4 décembre : rencontre annuelle des Acteurs du Tourisme   du PaysChâteaubriant afin de mieux se connaître, mieux travailler ensemble pour une bonne coordination touristique.
- 10 décembre : participation à la dernière Rando Ouest-France du siècle, les randonneurs étant les meilleurs vecteurs de l’information touristique pour faire connaître et aimer Châteaubriant.
- 13 janvier : Remise des Prix et Exposition à la Mairie du Concours Photos de l’An 2000 « Les Maisons de Caractère » (Le 14e Concours Photos qui débutera le 1er juin aura pour thème : « L’Enfant dans la Ville ».)
- 28 janvier : Au Salon du Tourisme   à Rennes sur le stand des Cités d’Art de Bretagne, Châteaubriant s’est trouvée aux côtés des « Petites Cités de Caractères » et des « Villes d’Art et d’Histoire ». Une bonne image de marque pour Châteaubriant.
- 3 Février : Remise des Prix du Concours des Maisons Fleuries à la Salle des Gardes pour récompenser les 170 participants.
- 28 février : c’est l’Assemblée Générale à Rennes des Villes d’Art et d’Histoire et le 2 avril à Préfailles, celle de l’Union Départementale des Offices de Tourisme   où l’Office de Tourisme   se doit de participer pour souligner la vie et affirmer l’identité de ce pays de Châteaubriant  .« Nous avons aussi été associés :- aux Assises Régionales du Tourisme   à l’Hôtel de Région avec la Communauté de Communes- aux travaux sur la Charte de Pays- aux diverses réunions du Conseil de Développement du Pays de Châteaubriant  , particulièrement à celles de la Commission Tourisme  .- à la mairie pour le projet de la nouvelle signalétique qui a été mise en place à la mi-mars pour une meilleure information des visiteurs qui s’arrêtent dans la ville » a dit le Président Billard montrant par là l’intensité du travail de l’Office de Tourisme   de Châteaubriant « Nous avons en outre assuré des visites accompagnées près de groupes venant d’horizons divers. Plus de 1200 visiteurs sont repartis enchantés de leur passage (Sur 34 groupes : 26 ont visité le château) ».

Pour clore ce catalogue, quelques chiffres :

Fréquentation de l’Office de Tourisme   au cours de l’été :
- 5156 visiteurs en 2000
- 5175 en 1999 - Baisse 0.37% . La baisse vient de la défection des étrangers (981 étrangers en 1999 contre 797 en 2000 soit près de 20 % en moins expliqués par le mauvais temps et surtout le naufrage de l’Erika)

Quant à la fréquentation de l’Office de Tourisme   du 1er janvier au 31 décembre 2000, elle est en hausse sensible puisque 9930 visiteurs sont venus se renseigner en 1998, 10622 en 1999 et 11020 en 2000 soit une hausse de près de 11 % par rapport à 1998. Une hausse progressive qui montre l’importance de l’accueil au centre de la ville.

Au niveau des adhérents à l’OTSI, il y a aussi une progression encourageante au niveau des professionnels (77 en 1999 - 85 en 2000). Conscient de son rôle d’aide à la formation, l’Office de Tourisme   a accueilli une quinzaine de stagiaires tout au long de l’année, venues s’initier au travail d’une hôtesse et au fonctionnement d’un Office de Tourisme  .


Trois dames et un château

Ne dîtes surtout pas à l’Office de Tourisme   que son spectacle « Trois Dames et un château » est du « son et lumière » : c’est beaucoup mieux que cela, c’est du théâtre en direct, les acteurs jouent et parlent réellement sous les yeux des spectateurs, aucune voix n’est enregistrée à l’avance.

A l’origine, l’Office de Tourisme   aurait voulu faire un spectacle à l’intérieur du château, déplaçant les spectateurs de la partie médiévale à la partie renaissance, mais le Conseil Général, propriétaire des lieux, a refusé, pour des raisons de sécurité. C’est alors qu’a germé l’idée d’utiliser la façade Est du château, façade splendide qui mêle harmonieusement les tours du Moyen-äge et les fenêtres renaissance de la Salle des Gardes.

Le spectacle 2000 sera complètement renouvelé par rapport à celui de l’an dernier, avec un texte étoffé, et davantage d’acteurs et de figurants. Il est prévu deux soirées, les 22 et 23 septembre, avec 750 places à chaque fois. Il est prudent de réserver déjà sa place : aucun spectateur debout ne sera accepté.

1000 ans d’histoire

Le choix initial est maintenu : raconter 1000 ans d’histoire à travers trois femmes qui ont marqué l’histoire de château : Sibylle, Françoise de Dinan et Françoise de Foix.

Le spectacle sera un peu moins didactique, et beaucoup plus populaire. Il débutera par une scène de marché, des paysannes avec leurs légumes, un poissonnier, un marchand de cidre, un tonnelier avec ses compagnons, un forgeron avec son enclume : tout ce qui faisait l’animation des rues du Moyen-Age. C’est alors qu’arriveront les trois comédiens-meneurs de jeu. Cette année le rôle principal sera tenu ... par une femme (évidemment), une bateleuse incitant à retrouver

« les cris et les chants, les ris et les pleurs
De ceux-là, de celles-là,
Baronnes et barons
Gens de cour ou gens de peu »

Pour un soir, l’Histoire se ranimera.

D’abord Dame Sibylle, l’épouse fidèle de Geoffroy IV, endeuillée depuis la mort de son époux à la Bataille d’El Mansurah. Mort ? C’était certain. Mais le voilà qui revient... On sait la suite.

Suit alors la série des Geoffroy, V, VI, VII, VIII . Mais Geoffroy VIII meurt sans enfant, c’est donc sa sœur, Louise de Châteaubriant qui devient baronne à son tour. Mais les enfants de celle-ci meurent en bas âge. La Baronnie est alors léguée à son neveu Charles de Dinan en 1383. « La dynastie des Brient et des Geoffroy est morte, vive la dynastie des Dinan-Châteaubriant »

Charles, Roland, Robert, Bertrand de Dinan. Passons. Voici Françoise de Dinan, une femme intelligente, une femme qui aime sa Bretagne et qui désire la libérer de tous les seigneurs Francs qui font les jolis cœurs à la Cour de Bretagne et influencent le Duc de Bretagne. C’est alors que Françoise de Dinan, avec le Maréchal de Rieux, fait un choix politique qui tournera au désastre : elle s’allie avec le Roi de France, l’ennemi de toujours, pour chasser les seigneurs français enkystés à la Cour de Bretagne.

Le Roi de France, Charles VIII, avait promis de ne point piller le pays, de ne pas maltraiter le peuple, et de se retirer dès que le Duc d’Orléans, le Prince d’Orange, les Comtes de Dunois et de Comminges et tous ceux de leur parti seraient, enfin, hors de Bretagne.

Mais promesse de Roi de France
Promesse de mensonge ...
1488 Châteaubriant est en feu
Les tours et les remparts de la ville
Sont éventrés et rasés
Le château est mis à feu.
Le Lieutenant Général de la Trémoille
Est maître de la ville

1488 est une année qui fera date dans l’histoire de France, c’est la porte ouverte à la perte d’indépendance de la Bretagne.

Françoise de Dinan meurt en 1500. Son fils François de Laval ne règnera que trois ans. Jean de Laval, devient Seigneur de Châteaubriant. Il a 18 ans, il se fiance avec Françoise de Foix à Morlaix en 1505. Françoise n’a que 12 ans, mais elle est très intelligente et déjà séduisante. Une petite fille, Anne, naîtra de leur union en 1507. Châteaubriant renaît, Châteaubriant revit avec la bénédiction de la Bonne Duchesse Anne de Bretagne.

Mais Anne de Bretagne, la Duchesse en sabots, meurt en janvier 1514. Son époux, Louis XII, Roi de France, meurt en janvier 1515. Souvenez-vous : 1515, le duc d’Angoulême devient François 1er, celui qu’on appellera « Le roi Galant ». Il aime les femmes, certes, mais il cherche surtout à assurer son pouvoir sur le Royaume de France. Il envoie donc Jean de Laval guerroyer au loin et ne manque pas d’appeler Françoise de Foix à la cour.

Abrégeons l’histoire. le 16 octobre 1537 Françoise de Foix est morte. Assassinée par son mari, dit-on. Ou victime d’un chaud et froid attrapé le jour de la St François, le 4 octobre lors d’une fête au château de Vioreau ? Qui saura la vérité ?

« Vieilles pierres, c’est l’heure ! Libérez vos secrets ! Cloches ! Orages ! Chauve-souris et diablotins, c’est à vous maintenant » : tous les 16 octobre revient le cortège funèbre de la Dame de Châteaubriant.

Le Théâtre Messidor est réalisateur de cette épopée théâtrale qui fédère des troupes amateurs venues de Châteaubriant, Sion-les-Mines, Vay, La Grigonnais, Fercé, Soudan et Villepôt.