Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2014-2015 > Rythmes scolaires dans la Com’Com’ de Nozay

Rythmes scolaires dans la Com’Com’ de Nozay

Ecrit le 26 novembre 2014

La Communauté de Communes du Castelbriantais n’a pas été capable d’organiser les rythmes scolaires sur son territoire. En revanche, celle de Nozay fonctionne très bien. Allons-y voir ….

  ’’Projet Éducatif de Territoire (PEDT)’’

La CCRN   (Com’Com’   de Nozay) a pris les choses dans l’ordre en organisant d’abord une réflexion sur son ’’Projet Éducatif de Territoire (PEDT)’’. En 2013, un comité de pilotage, constitué d’une secrétaire générale représentant les sept communes, de trois techniciens, des partenaires de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales), de la DDCS (Jeunesse et Sports) et du Conseil Général, et de 3 élus, a été mis en place pour réfléchir à ce PEDT. Ce comité, réuni 6 fois dans l’année, a défini et soumis au conseil communautaire les valeurs à défendre dans le PEDT sur le territoire de la CCRN   : du plus jeune âge à 18 ans, pour grandir, s’épanouir, vivre ensemble, ici ou ailleurs. C’est que, dans la CCRN  , 40 % de la population a moins de 18 ans, c’est donc une catégorie qu’il faut prendre en charge.

 Objectifs du PEDT

Thierry Roger, Vice Président, explique : « Le PEDT a trois grands objectifs :

  • 1) Les enfants doivent être acteurs de leur construction (respect des rythmes, autonomie, repères, ouverture d’esprit, notion de plaisir),
  • 2) Ils doivent porter et transmettre des valeurs de solidarité (favoriser la socialisation, l’intergénérationnel, le lien social, défendre le principe de respect),
  • 3) Ils doivent bénéficier d’un accompagnement adaptable (être à leur écoute, les soutenir dans leur développement, s’adapter, les valoriser) ».

Ainsi, quand a été lancée la réforme des rythmes scolaires, la CCRN   l’a tout de suite intégrée dans le PEDT.

Photo : Sandrine Courcoul - Thierry Roger

La réforme est donc mise en place dans cinq communes de la CCRN   : Saffré (2 écoles, publique et privée), Vay (2 écoles, publique et privée), Abbaretz (1 école publique), Nozay (1 école publique) et la Grigonnais (1 école Publique). Treffieux et Puceul n’ayant que des écoles privées, ne souhaitant pas passer aux nouveaux rythmes scolaires, du moins pour cette année.

Il a été décidé que les TAP (Temps d’Activités Périscolaires) sont gratuits pour les familles. Appel est fait au tissu associatif local pour renforcer les équipes d’animateurs communaux formés et proposer des activités culturelles, artistiques et sportives aux enfants

Un poste de coordinatrice des TAP (confié à Sandrine Courcoul) a été créé pour coordonner les actions : tâches admi-nistratives, respect de la réglementation, contacts avec les partenaires, etc. Cela a facilité le travail de chaque commune.

1542 enfants sur le territoire sont concernés par la réforme des rythmes scolaires. La CCRN   a fait appel à 13 associations locales, en plus du personnel communal, pour proposer aux enfants des activités de découverte et d’initiation innovantes :

  • ASPHAN   (taille de pierre et gravure sur pierre)
  • ► Locarythma (babygym)
  • ► Maniwa et Grymda (danse)
  • ► Académie Aïkido de Nozay (Aïkido)
  • ► L’ALSH Les Copains d’Abord (interventions d’animateurs)
  • ► L’ALSH LaMano (intervention d’animateurs : yoga, dessin, musique)
  • ► Zik’Hope (musique)
  • ► Rayons de Couleurs (Taï Chi et Qi Gong)
  • ► Atelier de poche (Arts plastiques)
  • ► USPG (football)
  • ► Te Ori Tahiti (culture polynésienne)
  • ► Djembé (percussions)
  • ► Hors Jeu Collectif (théâtre)

La coordinatrice a travaillé avec chaque mairie pour définir les contraintes de cha-cune (effectifs, lieux, horaires, ressources mobilisées, activités, inscriptions, infor-mation vers les familles, …). La qualité des animateurs a été vérifiée : carte d’identité, casier judiciaire, formation.

 Le loisir de jouer

La deuxième partie du PEDT a pu être rédigée avec des objectifs communs :

  • - Assurer la cohérence éducative des équipes d’animateurs, des intervenants et des enseignants,
  • - Favoriser l’accès aux élèves à des activités sportives, culturelles et artisti-ques développant leur curiosité intellec-tuelle, leur permettant de se découvrir des compétences et des centres d’intérêt nouveaux, et renforcant le plaisir d’apprendre et d’être à l’école,
  • - Répondre à des besoins et intérêts spécifiques de l’enfant sur son temps libre
  • - Découvrir et apprendre l’autonomie.

En effet, il ne s’agit pas d’occuper tous les enfants, tout le temps. La famille a le choix : les laisser aux TAP, un jour ou plusieurs jours par semaine, ou les récupérer à la sortie de la classe. Pour les enfants restant aux TAP, il s’agit de leur laisser le choix de suivre une activité ou, certaines fois, de jouer tout simplement.

Chaque commune a retenu les activités qu’elle souhaitait proposer et peut en adopter d’autres pour la période suivante.

L’année se déroule sur cinq périodes. Les enfants peuvent s’inscrire sur une ou plusieurs périodes, une ou plusieurs activités. C’est une chance pour les enfants qui, sans cela, n’auraient sans doute pas eu tout ce choix.

 Bilan moral

Pour les enfants : une satisfaction globale de découvrir de nouvelles activités artistiques, culturelles et sportives se fait ressentir. Les rythmes les ont perturbés au début et sont peut-être plus difficiles pour les plus petits. Il a été noté que les enfants inscrits aux activités avaient une présence assidue. Les animateurs donnent une alerte quant il y a suractivité des enfants : il faut en effet laisser à ceux-ci la possibilité de ne rien faire ou simplement d’aller jouer avec leurs camarades.

Les parents perçoivent une fatigue en fin de période, mais il est peut-être trop tôt pour établir un bilan sur ce point, puisque les enfants étaient également fatigués en fin de période les années scolaires précédentes. Il apparaît qu’il est difficile de lever les enfants cinq matins d’affilée et qu’ils s’endorment plus vite le soir. Cette réforme est très bénéfique pour les enfants qui peuvent rentrer plus tôt chez eux. Les parents semblent exigeants sur les plannings et les activités mises en place.

Les enseignants estiment que le bilan est très largement positif. Selon eux, les mercredis matins sont très bénéfiques pour les apprentissages, les enfants étant très attentifs. De plus, il existe une réelle coopération efficace avec les équipes communales quant à la mise en place des TAP, et à l’organisation générale de la réforme.

Chaque commune a travaillé sur la sécurité des enfants, les déplacements, les transferts de responsabilités, les contraintes d’horaires et de lieux avant d’afficher les plannings d’activités. Le choix des activités est celui des enfants. Les communes pourront trouver un moyen de mettre en valeur toutes les activités réalisées pendant les TAP (expositions, spectacles, …).

 Fréquentation

Nozay : 73% de fréquentation le jeudi midi, 92% le mardi midi (les autres élèves sont en Activités Pédagogiques Complémentaires avec les enseignants). 40% de fréquentation moyenne pour les TAP du soir pour l’élémentaire et la maternelle.

Saffré : 34% de élèves fréquentent le TAP en moyenne chaque soir.

La Grigonnais : 44% de fréquentation en moyenne en maternelle, 68% pour l’élémentaire.

Abbaretz : 44,5% de fréquentation en moyenne sur l’ensemble des TAP.

 Bilan financier

L’Etat a versé 50€ par enfant au titre du « fond d’amorçage » aux communes éligibles à la dotation de solidarité rurale. La CAF finance les TAP à hauteur de 0,50€ / heure / enfant dans la limite de 3h par semaine. L’aide est accordée aux structures déclarées auprès de la DDCS.

Le PEDT a assoupli les taux d’encadrement avec un adulte pour 14 enfants de moins de 6 ans et un adulte pour 18 enfants de plus de 6 ans.

 Malles pédagogiques

Grâce à la coordination entre les écoles, chaque commune dispose de moyens qu’elle n’aurait pas eus autrement ... et ce n’est pas fini car, selon Sandrine Courcoul : « nous allons faire des malles pédagogiques qui tourneront dans les communes, de vraies malles au trésor pour lesquelles nous avons demandé l’aide de la Maison des Jeux : jeux de construction, jeux de société, figurines , boites Kapla, viendront compléter le matériel des écoles et du péri-scolaire ».

KAPLA est un jeu de construction, fait d’une ou plusieurs centaines de plaquettes de bois, toutes identiques. Il passionne les enfants, tout en stimulant la créativité, la concentration, le sens de l’équilibre, la maîtrise du geste, la maîtrise de soi. Girafe, éléphant, château, temple, pont, train, tour Eiffel .... les possibilités sont si importantes qu’il existe maintenant un festival de Kapla, auquel ont participé des enfants de Nozay. Avec le plaisir de construire ... et de détruire !