Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > On presse le citron, on jette la peau

On presse le citron, on jette la peau

Ecrit le 21 janvier 2015

Vendredi 16 janvier 2015, cérémonie des vœux au Centre Hospitalier et préavis de grève du personnel, massivement suivi. Motifs : les nouvelles organisations de travail proposées sur les services accueillant des personnes âgées à Pouancé, et sur les services accueillant des personnes en ’’soins de suite’’ .

« Les moyens alloués aujourd’hui sont insuffisants, les réorganisations ne correspondent pas à nos attentes. Aujourd’hui on déshabille Pierre pour habiller Paul » disent les syndicats CFDT et FO. En secteur personnes âgées les résidents accueillis sont de plus en plus dépendants et demandent un accompa-gnement bien plus important, la mise en place de l’humanitude a, quoiqu’on en dise, généré une charge de travail plus importante : « C’est pour ces raisons que nous réclamons des effectifs en adé-quation avec une qualité de soins, de vie et d’hébergement pour nos résidents ».

A ce jour le déficit des EHPAD de Châteaubriant est de 290 000€, celui de Pouancé de 250 000€ La Direction n’est pas la seule responsable, I’ARS   c’est-à-dire l’Etat et les conseils généraux 44 et 49, ont une responsabilité importante dans le financement des EHPAD et USLD.

Les déléguées syndicales

« Nous avons aujourd’hui encore un personnel disponible avec le souci constant de la qualité des soins et d’hébergement des patients et résidents. Nous n’acceptons pas que cette qualité de soins se dégrade dans l’avenir. Que l’on ne s’y trompe pas Pouancé, Château-briant, Nozay ne sont pas une exception, beaucoup d’EHPAD et de Centres Hospitaliers connaissent aujourd’hui des difficultés importantes. Lorsque la Direction nous dit : 2014 a été difficile, 2015 sera probablement plus dure, nous ne pouvons rester passifs ».

« Nous souhaitons aussi alerter la population sur l’avenir de notre établissement car pour maintenir toutes ces activités des moyens budgétaires sont indispensables. Tous les budgets sont à ce jour déficitaires : budget général hospitalisation, longs séjours, personnes âgées. A l’EHPAD de Pouancé la direction voudrait appliquer des ratios de personnel imposés par nos tutelles par un redé-ploiement d’effectifs alors même qu’à ce jour pour nous professionnels l’organisation n’est pas considérée comme satisfaisante.

Ces dernières armées le profil des résidents accueillis en EHPAD a profondément évolué. La plupart du temps ils rejoignent l’institution à plus de 80 ans avec souvent un degré de dépendance important. Dans le même temps les effectifs en personnel n’ont pas évolué dans des proportions permettant de compenser cette dépendance.

En ce qui concerne nos revendications sur la réorganisation des trois services de soins de suite Pouancé, Nozay, Châteaubriant nous avons été par-tiellement entendus. La Direction rétablit le binôme infirmier sur Châteaubriant qui avait été suspendu et l’instaure sur Pouancé et Nozay. Les ratios en personnel sur les différents grades infirmiers, aide-soignants, agents de service hospitalier seront identiques sur les trois sites. Toutefois tout n’est pas réglé. La situation est différente d’un site à l’autre : Nozay 30 lits sur 2 étages. Pouancé 30 lits sur 2 étages plus 6 lits potentiels de médecine polyvalente en fonction de l’activité. Châteaubriant 56 lits sur étages, 26 lits et 30 lits. Tous accueillent des patients en soins palliatifs qui nécessitent une prise en charge importante. L’application sur le terrain est compliquée à mettre en œuvre car la configuration des bâtiments ne permet pas des organisations de travail identiques en particulier sur la sécurité des patients.

Les équipes soignantes sont actuellement en réflexion mais cela sera certainement insuffisant. Force est de constater que les troubles musculo-squelettiques du personnel sont de plus en plus fréquents avec des agents qui nécessiteront un reclassement professionnel.

On presse le citron puis on jette la peau i

Les déficits ne peuvent perdurer d’une année sur l’autre, nous le savons. Quelles solutions :

  • - réduire les moyens ? NON
  • - examiner la réalité de terrain et accorder plus de moyens ? OUI.

Il est urgent de donner les moyens humains pour le service public de santé à Châteaubriant, Pouancé, Nozay comme AILLEURS.

(fin de la prise de parole)

Le maire, Alain Hunault, présent, a apporté son soutien aux grévistes. C’est vrai que, lorsqu’il faut taper sur les autres collectivités, il est toujours partant. Là il a dit que le Centre Hospitalier allait déconstruire l’ancien bâtiment de la Clinique Sainte Marie, rappelant qu’il y avait eu un projet de réalisation d’une maison de retraite à cet endroit.

En effet on a appris en janvier 2010 que le groupe Odelia devait ouvrir une ’’Résidence de l’hippodrome’’ de 90 lits. Il devait acheter le bâtiment et avait trois ans pour élaborer un projet. Dans ses documents, le groupe parlait même d’une ouverture courant 2012. Mais fin 2012 rien n’était fait, même pas commencé. Le maire dit ’’le délai imparti était de trois ans, quand il a été dépassé, j’ai essayé de rattraper la chose mais l’ARS   n’a pas voulu, le Conseil Général non plus’’. C’est une façon fallacieuse de présenter les choses. En fait le groupe Odelia a fait traîner les choses pour ne pas réaliser un projet qu’il a sans doute jugé démesuré. Et en effet, on peut penser que l’offre de lits est suffisante : Pouancé par exemple ne remplit pas.

Le bâtiment de l’ancienne clinique, payé par l’hôpital à la Clinique Ste Marie, coûte actuellement 200 000 €/an avec les impôts, le gardiennage, les assurances. Pour le déconstruire, il faut 500 000 €. Le maire dit : « l’ARS   a versé 1 800 000 € à l’hôpital à ce sujet » mais les salariés rétorquent : « C’est de l’argent public versé pour compenser le paiement au privé. Il serait plus utile pour assurer à nos résidents : accueil, écoute, qualité, sécurité »


IVG Chirurgicale

À l’occasion des 40 ans de la loi Veil, la ministre de la Santé Marisol Touraine, accompagnée de la secrétaire d’État aux Droits de femmes Pascale Boistard, a présenté ce vendredi 16 janvier un programme national d’actions pour améliorer l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et en faire un acte médical et un droit fondamental « comme un autre ».

Ce programme, qui s’inspire des recommandations du Haut Conseil de l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) de novembre 2013, s’articule autour de 3 axes : mieux informer les femmes, simplifier leur parcours, et garantir une offre diversifiée sur l’ensemble du territoire. Tous renseignements sur le site internet 


NOTES:

Sigles :

EHPAD (Etablissement d’Hébergement de Personnes Agées Dépendantes)
ARS : Agence Régionale de Santé
USLD : Unité de Soins de Longue Durée