Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Voeux des maires pour 2015 (2)

Voeux des maires pour 2015 (2)

« « 

Article précédent - Article suivant

Ecrit le 28 janvier 2015

 Des bilans plus souvent ?

Des vœux, oui, si on veut, mais surtout une réunion publique annuelle de bilan de l’année écoulée, d’information sur les projets en cours, de rencontre informelle entre les élus et les habitants. Toujours intéressant. Dans les communes (sauf à Châteaubriant), les familles y viennent, avec les enfants, acte d’éducation civique. Dommage finalement qu’il n’y ait pas une deuxième rencontre de ce type en cours d’année, au moment de la rentrée scolaire par exemple.

 Abbaretz

Beaucoup de monde et une joyeuse ambiance, le bruit cesse quand le maire Jean-Pierre Possoz appelle à une minute de silence pour les victimes des attentats de Paris les 7-9 janvier.

Le maire explique ensuite que le tissu commercial abbarois est une préoccu-pation majeure ’’Soyez assurés de notre détermination à soutenir les commerçants prêts à s’investir’’. La commune a demandé une étude à la Chambre de Commerce et d’Industrie pour le maintien de l’offre commerciale de proximité.

Un commerce de proximité

« Nous disposons d’un tissu commercial plutôt jeune, une accessibilité aux Personnes à Mobilité Réduite acceptable en l’état, une zone de chalandise qui s’étend sur les communes limitrophes, un environnement commercial plutôt favo-rable ainsi qu’une volonté partagée entre les différents acteurs de maintenir une activité et une offre commerciale diversifiée sur la commune. La simulation financière confirme également la viabilité d’un commerce alimentaire de proximité sur la commune au regard des charges inhérentes à l’activité et au local actuel disponible. Les points de vigilance, y compris lors de l’enquête auprès des commerçants, sont d’ordre local avec la complexité du stationnement, un manque de signalétique du pôle commercial, l’évasion vers les pôles commerciaux environnants, la nécessité d’intégrer les besoins de nouveaux habitants actifs. Le plus essentiel est de trouver un porteur de projet avec un peu d’expérience, qui veuille s’impliquer dans cette activité. ’Bien entendu, la réussite nécessitera l’engagement de la population à fréquenter les commerces et services’’. »

Les travaux d’aménagement du bourg, dont le projet a été initié en 2012, vont connaître leur troisième et dernière tranche avant l’été ’’en conservant l’esprit d’apaisement de la circulation, de sérénité des riverains et d’amélioration de la sécurité des piétons sur les chemi-nements entre la mairie, les commerces et la gare tram-train’’.

Le Terril

Table d’orientation au Terril

Le terril d’Abbaretz est le point culminant du Département. Pour accéder au cent vingt et unième mètre du terril, une grande opération avait été organisée en l’an 2000. Toutes les bonnes volontés s’étaient unies pour créer le cheminement et les marches d’accès au sommet.

Cette réalisation mérite aujourd’hui un rafraîchissement, quelques-unes des volontés ’’historiques’’ sont prêtes à participer à ce travail de remise en état qui nécessitera d’unir les forces de tous ceux-celles qui souhaitent mettre la main à l’ouvrage collectif. La date retenue pour cet élan solidaire est le samedi 18 avril 2015. C’est le moment pour les plus jeunes filles et garçons, de reprendre le flambeau du bien commun. « Ne soyez pas l’unique absent.e » dit le maire !

Claire Theveniau, pour la Com’Com’  , a présenté ensuite les évolutions prévisibles (lire plus loin)

Gilles Philippot, conseiller général a retenu deux ’’photos’’ d’Abbaretz, image d’une démocratie humaniste : les manifestations de jeunes et moins jeunes lors de la commémoration de l’attaque du Maquis de Saffré, il y a 70 ans – et la rencontre joyeuse sur le terrain de football d’Abbaretz entre les professionnels de ce sport et les jeunes de la commune. Puis il a rappelé les actions du Conseil Général pour développer les solidarités : collèges, actions sociales, protection de l’enfance, mobilités, soutien aux communes, etc. Comme disait Martin Luther King : « nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots »

Le Député Yves Daniel a fait part de son émotion quand, le 13 janvier 2015, l’Assemblée Nationale a entonné La Marseillaise lors de la séance d’hommage aux 17 victimes des attentats de Paris. « J’ai vu des larmes couler ». Il a parlé de ce qui va bien :

  • - La réduction du déficit budgétaire est engagée. La prévision de déficit pour 2015 est révisée à 4,1%, contre 4,3% initialement. Et cette révision permettra d’être en dessous de 3% en 2017
  • - . Le pacte de responsabilité et de solidarité est acté, il produit déjà des premiers résultats en matière de baisse du coût du travail, plus faible désormais dans l’industrie française que dans l’industrie allemande.
  • - la réforme de l’école est engagée : recru- tement et formation des enseignants, aménagement des rythmes scolaires.
  • - la réforme territoriale est en cours : elle permettra de définir les compétences des Régions, des Départements, des inter-communalités, des communes.
  • - la nécessité de la transition énergétique est fermement annoncée …

Yves Daniel a souhaité une bonne année 2015 ’’qui nous donne l’envie de ne pas avoir peur des autres’’.

 Saffré

A Saffré aussi, la vitalité des commerces est considérée comme essentielle pour faire vivre le bourg, mais ’’elle dépend aussi de nos habitudes de consom-mation : à nous tous d’être acteurs de cette vitalité’’. Appel est fait aux habitants pour qu’ils s’expriment : ’’Vous êtes toujours les bienvenus à la Mairie, et vous avez le droit à la parole, pour demander des explications, proposer une bonne idée, une solution à un problème - ou vos services dans certains cas, - et bien sûr vous plaindre si nécessaire, mais pour cela pas besoin de rappel !...’’

En fin décembre 2013, Saffré était sous les eaux, des réflexions ont été menées depuis. « Certaines idées ont la vie dure. Il nous faut avoir une vision globale et non limitée à tel ou tel endroit, ralentir l’eau au lieu de l’accélérer, être en mesure d’inonder des terres agricoles plutôt qu’urbanisées pendant quelques heures. Tout cela prendra du temps, coûtera de l’argent, et sans aucune garantie que nous ne soyons pas de nouveau touchés par des phénomènes qui tendent à devenir plus fréquents, plus intenses et de ce fait difficilement maîtrisables ». Le syndicat de l’Isac peut mettre ses compétences au service des habitants pour proposer un diagnostic et des solutions aux maisons exposées au risque inondation.

Réserve communale

La commune de Saffré s’est engagée dans la constitution d’un Plan Communal de Sauvegarde. Il permettra ’’de coordonner l’intervention des services de la mairie et de ceux des pompiers, en améliorant les dispositifs d’alerte et en anticipant sur les scénarios d’évacuation, de prise en charge des personnes, etc.
 « Un appel a été lancé à la solidarité entre habitants pour la création d’une Réserve Communale. 10 femmes et 12 hommes se sont manifestés par exemple pour assurer le relais de l’information dans un village, le recensement des personnes en difficulté, aider à surélever les meubles, à nettoyer. C’est une belle illustration de ce que peut signifier concrètement le mot citoyenneté’’,

Travaux au château de Saffré

Depuis juillet 2014, le château de Saffré a entamé une nouvelle métamorphose. ’’on redécouvre le bâtiment au fur et à mesure des retouches plus ou moins visibles, surtout au niveau des ouvertures et des enduits.
Un certain nombre des éléments de l’existant seront conservés pour préserver l’histoire du château. Nous avons fait une belle découverte, sur un mur de la partie la plus ancienne, puisque des inscriptions peintes en caractères gothiques, datant de la fin du quinzième siècle, étaient cachées sous des enduits. Ces écritures seront restaurées au printemps’’

Une belle porte au château de Saffré

Un point rapide sur les autres travaux de 2014 : la salle municipale est dotée d’un ascenseur tout neuf et de nouveaux aménagements améliorent l’accessibilité et le confort de cette salle très utilisée par les particuliers. Une nouvelle chaudière a été installée à l’école J Prévert. La commune possède 25 logements, systé-matiquement remis en état après chaque départ et chaque fois que cela est nécessaire. Un nouveau local est en cours de réhabilitation pour reloger Saffré Joli, qui a dû quitter le château depuis cet été. Enfin, les tabourets d’assainissement collectif d’Augrain, Filée, les Ormes ont été repris pour améliorer leur étanchéité suite aux déconvenues de l’hiver dernier.

’’La commune a mis en place la réforme des rythmes scolaires à la rentrée scolaire 2014. Les deux écoles fonctionnent de concert. Les TAP (Temps d’Activités Péri-éducatives) se déroulent sur le créneau 16h10 / 17h et concernent environ 200 enfants. Cela a suscité beaucoup d’inquiétudes avant leur mise en place, avec changement des horaires de l’école et du ramassage scolaire, et un nouveau fonctionnement à intégrer. Tout s’est plutôt bien passé’’.

La commune a félicité Justine Berthelot qui assure la coordination du dispositif ’’rythmes scolaires’’ et la jeune Cassandra Laurent, apprentie à la boulangerie-pâtisserie Frangeul, à Nozay, qui est major de sa promotion au Cifam   de Sainte-Luce avec la mention très bien.

Enfants de Saffré, au Sénat

Travaux à la Salle St Pierre, rénovation de bâtiments communaux, nouveau lotisse-ment, etc. Les projets ne manquent pas. ’’Enfin, pour répondre à des attentes exprimées durant la campagne des municipales, nous allons organiser des réunions dans les villages en mobilisant tous les élus du Conseil Municipal, car il n’y a pas que le bourg qui compte ; c’est le lien avec tous les habitants qui nous préoccupe’’. ’’Nous avons donc découpé la commune en sept zones regroupant plusieurs villages, et je prends l’engage-ment de faire le tour de Saffré durant le mandat’’ a conclu Jocelyne Poulin, maire.

Le Conseil Municipal d’enfants, de Saffré, a été reçu au Sénat.