Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Un casse-croûte et un grand sac de patience

Quartier de La Ville aux Roses, transports

Un casse-croûte et un grand sac de patience

Ecrit le 4 février 2015

 Dialogue social ?

L’enquête intitulée « dialogue social », menée par Clotilde Riesenberger, pour la Com’Com’   du Castelbriantais, a mobilisé de nombreuses personnes dans les communes, qu’il s’agisse d’élus, d’associations, de bibliothécaires, de personnes chargées du ramassage scolaire etc. A Châteaubriant le Centre Communal d’Action Sociale est allé sonner à la porte des HLM. Au Petit-Auverné, le RAP   a interrogé les participants à sa réunion des vœux.

Au Petit-Auverné, les personnes ont demandé davantage d’activités, de celles qui permettent de rencontrer d’autres personnes : café-parole, rencontres   inter-générations, conférences débat sur la santé, le vivre ensemble, les ados, l’euthanasie, santé, alcool, animations bricolage-informatique-photo-dessin-musique-jeux de société, occasions de rencontres   pour les personnes âgées pour vaincre la solitude, jeux de boules-cartes-tarot, ’’aider les familles en difficulté en leur donnant le moyen de s’exprimer’’.

A Châteaubriant, des personnes du CCAS   sont allées sonner à la porte des HLM. Pas facile de rencontrer quelqu’un : soit les gens travaillent (tant mieux), soit ils n’osent pas ouvrir leur porte. Heureusement, quelques rencontres   ont eu lieu et une réunion, le 20 janvier, dans le quartier de la Ville aux Roses a permis de recueillir quelques autres avis. Mais il n’y avait aucune personne des communautés d’origine turque, malgache, africaine. Cela marque sans doute une nette fracture dans ce quartier.

JPEG - 2.9 ko
dessin de Moom - 06 87 32 77 47

 Résultat :

- une certitude : il y a un monde entre les familles des pavillons et celles des HLM. Les HLM sont tenus propres par des agents de nettoyage, mais il resterait des efforts à faire pour maintenir la propreté dans les immeubles et dans les extérieurs (trop de papiers qui traînent). Les HLM sont à taille humaine (3-4 étages), pour autant la vie collective n’est pas facile quand il faut supporter le bruit ou les habitudes différentes des voisins. « En ce moment, je suis tranquille, dit une dame, il n’y a plus de locataires au dessus de moi, je peux étendre du linge sur le balcon, sans risquer de le voir taché ». On peut noter aussi que les immeubles HLM à La Ville aux Roses sont trop proches les uns des autres. Les nuisances sonores sont évidentes et Habitat 44 s’implique peu ! Le chauffage au bois a été installé mais les isolations thermiques ne sont pas réalisées : les habitants se plaignent de ne constater aucune baisse de leurs charges.

- une surprise : dans le même immeuble, six à huit logements, pas plus, les gens se croisent mais ne se rencontrent pas. C’est encore plus vrai d’un immeuble à l’autre, d’autant plus que des portes sécurisées ont été mises en place : n’entre pas qui veut ! « Un jour que j’étais sortie de l’immeuble en oubliant ma clef, je n’ai pas pu rentrer, j’ai sonné, des voisines étaient là, personne n’est venu m’ouvrir, j’ai pourtant de bonnes relations avec les gens de l’immeuble, du moins je crois ».

- entraide  : Il ne faut cependant pas généraliser : « une jeune voisine m’emmène faire des courses une fois par semaine. Et moi, je lui fais un peu de couture … ou un pot de confiture ». Ailleurs, une personne plus habile en informatique, va donner un coup de main à une autre locataire mal-voyante.

- tranquillité : l’organisme HLM a fait de la ’’résidentialisation’’. Beau programme ! Des allées bétonnées, des espaces verts plantés d’arbres…. Mais les enfants sont allés arracher les plants de fleurs. Sales gosses ! C’est oublier que tous les gamins, un jour, ont fait ce genre de bêtise, agaçante peut-être, mais pas dangereuse. Et il faut bien qu’enfance se passe : il n’y a plus de bac à sable, pour raison d’hygiène, plus de terrain assez grand pour faire un peu de foot. Au pied des immeubles, les enfants s’ennuient. Les jeunes aussi s’ennuient : ils n’ont que la rue pour se retrouver.

 Pas de salle

A Châteaubriant il y a des locaux pour le Conseil Municipal des Jeunes, pour le club de Billard et le Club de Bridge, pour Châteaubriant-Accueil … mais pas pour les jeunes. Alors, dans les quartiers HLM, quand on a bouclé les entrées d’immeubles, interdit le bruit et les rencontres  , alors on crée l’insécurité ! La mairie de Châteaubriant, à plusieurs reprises, avait été priée de mettre en place des éducateurs de quartier. Mais ça, non et non !

- réputation : le quartier de la Ville aux Roses connaît de réelles difficultés qui se cachent derrière les façades des immeubles. ’’La mauvaise réputation vient de l’extérieur, de la ville elle-même, des gens qui n’y habitent pas et font perdurer la mauvaise estime de ce quartier’’. ’’Je n’ose pas dire que j’y habite, mon fils n’ose pas non plus, car le quartier est synonyme de cas sociaux, familles mono-parentales, personnes sans travail’’ - ’’Le nombre important de chômeurs crée un malaise certain et on note trop de mouvements, souvent tard le soir, encore plus l’été. Donc se supporter jour et nuit devient difficile’’. Un lieu de rencontre, autre que le café, serait le bienvenu. ’’il nous faut une maison de quartier digne de ce nom, où l’on occupe la jeunesse, trop oisive surtout aux grandes vacances, où l’on puisse organiser des discussions, fêter des anniversaires’’. La fête des voisins, une fois par an, serait à faire plus souvent.

 Des quartiers HLM enclavés

Il est étonnant de voir à quel point le quartier Ville aux Roses (VaR) (mais les autres aussi) peut être enclavé. Dans ce territoire où les revenus sont très faibles, où les gens, souvent, n’ont pas de voiture, le transport en commun reste la seule voie de recours. Et là, c’est pas rigolo.

Voyons un peu les horaires du Castel-Bus.

Pour le quartier de La Ville aux Roses (Abréviation : VaR) :

1) VaR-Restau du Cœur : impossible

2) VaR-Hôpital - Un seul horaire possible :
Var .................... Hôpital ....................... Gare .......................... Var
D 11.55 ….. (A 12.20 - D 15.08)…..(A 15.15 - D 15.32) ......…..A 15.55
Il faut donc emporter son casse-croûte et, quand on a des enfants, c’est pas commode.
Je préfère y aller à pieds, dit une dame, mais pas à vélo car à Châteaubriant je ne me sens pas en sécurité.

3) VaR - La Poste - Médiathèque  
Le matin :
Var.................... La Poste ................ Var
D 9.55 ......... (A 10.13 - D 11.48) ….. (A 11.55)
C’est bien, cela laisse une heure et demi pour aller à la Poste, la mairie ou la médiathèque  , mais seulement quand celle-ci est ouverte le matin c’est-à-dire mercredis et samedis.

L’après-midi :
Var …………...La Poste .................... Var
D 14.03 …..(A 15.01 - D 15.48) ….. (A 15.55)
Là, c’est tous les jours mais faut y aller en quatrième vitesse.

Si vous avez un peu plus de temps :
Var ................. La Poste ……………..Var
D 9.55 ….. (A 10.13 - D 14.36) ….. (A 14.43)
Là cela permet de passer 4 heures à la médiathèque  
quand celle-ci est ouverte le matin c’est-à-dire mercredis et samedis, à condition de ne pas laisser un enfant à la maison et d’apporter son casse-croûte !

HLM route de Vitré
Essayez donc d’aller des HLM Vitré vers La Poste ou la médiathèque   ! Vous pouvez prendre le car pour y aller, mais rien ne permet d’en revenir.

HLM Anna de Noailles (abréviation AdN)
Essayez d’aller de la rue Anna de Noailles vers l’hôpital,

AdN............ hôpital ......................... Gare ……...…. AdN
D 9.40 ..... (10.20 - 12.20) ...... (12.27 - 14.20) ….. 14.28
Vous êtes de retour chez vous après avoir passé deux heures à l’hôpital (pas recommandé le matin pour les malades) et deux heures à glander à la gare.
Prévoyez votre casse-croûte et un grand sac de patience.

Ou AdN ………...hôpital ……………..Gare ….....…….. AdN
D 11.40 ......... (12.20 - 15.08) ....... (15.15 - 15.32) …..15.40
Quatre heures de déplacement et nécessité d’apporter son casse-croûte

HLM rue de Verdun - médiathèque  

Verdun .......... Gare ..................La Poste ...........Verdun
10.19 ….... 10.27-11.32 …......11.48 - 12.13 ......... 12.19
Vous avez perdu une heure à la gare et, à la Poste, il faut prendre une fusée supersonique pour faire un aller- retour à la médiathèque   et reprendre le car pour revenir à 12.19 rue de Verdun. Impossible !
ou
Verdun ............ Gare .................la Poste ...........Gare
12.19 ........12.27 - 14.20........ 14.36-15.13 ....... 15.15
et vous repartez de la gare à 15.44
pour arriver chez vous à 16.19
Quatre heures de déplacement. Espérons que vous avez emporté un casse-croûte et que vous ne laissez pas un enfant à la maison.

Le premier lecteur qui trouvera un horaire intéressant, gagnera un abonnement d’un an à La Mée. Une chose est évidente, les habitants des quartiers HLM de Châteaubriant ont de fortes difficultés à venir en centre-ville avec un transport en commun !

 Effarement

A lire ce que déclare Not’Maire, dans Ouest-France du 23 janvier 2015, il y a des craintes de désunion à la Com’Com’  . En effet, selon lui, s’il avait demandé à la Com’Com’   de gérer le Contrat-Ville, il aurait eu un vote hostile des 18 autres maires de la Com’Com’  . D’abord, on peut se demander en quoi cela aurait pu les gêner. Mais surtout c’est mal connaître le fonctionnement de notre Com’Com’  .

Alors lançons un deuxième jeu-concours : trouvez une délibération de la Com’Com’   qui aurait eu seulement 10 votes hostiles de maires, non, seulement 5 votes hostiles de maires, non, seulement UN vote hostile de maire ! Cherchez, cherchez, celui qui trouvera gagnera un abonnement d’un an à La Mée, avec un emballage-cadeau et même un ruban rose !

Notre maire nous dit qu’il n’a appris que le 16 octobre qu’il fallait signer ce contrat-ville pour la fin décembre 2014. Ah bon ? Mais tout le monde le savait, sauf lui ? Il est vrai qu’il n’est pas allé aux réunions et a interdit à ses collaborateurs d’y aller !

 Des murs

Il a la chance, not’maire, les Castelbriantais adorent le goudron et le béton. Et voilà qu’il dit qu’il y aura un centre-social à La Ville aux Roses en fin d’année 2015. Pas au courant, le mec ! Le temps de trouver un terrain, un financement, de faire des plans et une construction, ce ne sera pas avant juin 2016, si ça se fait !

Ce centre social devrait comporter des locaux (enfin !) pour l’association Rencontres  . C’est très bien ! Mais aussi, selon lui, des permanences diverses (CAF, Pôle-Emploi, etc). Pourquoi pas ? Le maire reprend ainsi une de ses propositions de 2001, qui n’a pas fonctionné. Mais il ne propose pas, surtout pas, des locaux ouverts aux jeunes et à la population, avec un animateur et des animations, à l’exemple de ce qui se fait, par exemple, à Nantes ou Rennes ou Nozay.

Le maire évoque ’’une antenne du Foyer de Jeunes Travailleurs’’, récupérant ainsi une idée qui n’est pas de lui. Il y a environ une quarantaine de logements vides à La Ville aux Roses et le FJT manque de chambres. Habitat 44 serait prêt à en louer … si le FJT obtient les financements pour cela. Et surtout, le FJT souhaite être associé aux discussions concernant le projet social du quartier. Mais quelles discussions ? Ya des discussions ?

Allons, ne désespérons pas : il reste quelques mois avant la fin de l’étude menée par Clotilde Riesenberger et l’association Rencontres  . Et des évolutions positives peuvent se produire.