Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > Lettre ouverte de Jacques Bankir

Notre Dame des Landes

Lettre ouverte de Jacques Bankir

Ecrit le 11 février 2015

Au Président de la République : « La lettre qui suit a été postée quelques heures avant les événements dramatiques du 7 janvier à Paris. Par respect pour les victimes (…) mes amis et moi-même ne diffusons qu’aujourd’hui cette lettre ouverte ». (1)

Signé : Jacques Bankir


 Monsieur le Président,

Dans moins d’un an, Paris recevra le monde entier pour tenter, en grande pompe, de prendre des décisions mémorables sur la lutte contre le réchauffement planétaire. Vous avez-vous-même pris position énergiquement sur ce sujet et vous vous êtes déclaré fermement décidé à contribuer à ce combat.

Ce serait le comble que cette même année 2015 soit celle du lancement des travaux de Notre Dame des Landes. Un aéroport inutile de la taille de Londres-Heathrow, soit 1200 hectares et deux pistes. Tout ce ciment pour traiter, peut-être, 7 millions de passagers alors que Heathrow en traite 70. Un éléphant blanc à l’image de Ciudad Real en Espagne ou de Mirabel au Québec, deux pays amis qui pourront vous dire comment l’administration peut se fourvoyer pour faire plaisir aux politiques en défendant un projet contre les évidences de marché les plus criantes.

Certes, comme le dit le premier ministre « Ce qui a été acté, c’est qu’il fallait attendre l’épuisement d’une série de recours et des décisions de la justice administrative. Ce sera le cas au premier semestre 2015. Après la décision du tribunal administratif, il faudra alors s’engager dans la construction de Notre-Dame-des-Landes » (Ouest France). Certes, tous les acteurs politiques locaux ont défendu le projet. Certes, les services spécialisés, ceux de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) en tête, ont trouvé les arguments qui allaient bien pour faire plaisir aux politiques. Ce qui est terrible dans notre magnifique pays, est que, justement parce que l’on y est si bien, il reste féodal et conservateur. Les élites sont solidaires et il y a une consanguinité entre politiques, administrations et grandes sociétés qui empêchent la critique telle qu’elle se pratique aux Pays Bas, en Suède ou en Grande Bretagne.

Je ne reviens pas sur les raisons que l’on aurait d’abandonner ce projet. Je les ai longuement expliquées dans deux lettres ouvertes à la DGAC, une tribune dans les Echos et quelques interviews.

En revanche j’ai été très étonné des réactions suscitées par tout cela. Des dizaines de personnes que je n’avais pas vues depuis des années, m’ont assuré de leur complet accord et m’ont convaincu que dans la profession, personne n’est dupe quant à l’absurdité du projet. Des élus qui auraient dû condamner Notre-Dame des Landes, m’ont gentiment fait dire qu’avec les prochaines élections, les nouvelles Régions, on ne savait pas de quels alliés on pourrait avoir besoin… Une auguste association de patrons d’industrie a renoncé à m’inviter à un débat car le sujet est trop sensible. Personne ne veut faire de peine à personne. Comme on est loin du débat acharné et sans conces-sions sur l’avenir de Heathrow et autres aéroports londoniens. L’entêtement politi co- administratif, la peur de perdre la face, semblent l’emporter sur l’intérêt le plus évident des électeurs et contribuables comme des passagers aériens.

Des déclarations importantes ont été faites et sont passées à peu près inaperçues. Le président de Vinci a dit, en gros : « nous ferons ce que veut l’Etat », autrement dit, nous avons assez de pain sur la planche et n’en sommes pas à un projet près. Le président d’Air France, très diplomatiquement, a répondu à une ques-tion de la presse en indiquant : « nous ne croyons pas trop au marché ». La directrice générale de Régional, seule compagnie aérienne basée à Nantes, a tenu à préciser par écrit que le nouvel aéroport ne susciterait pas d’emplois nouveaux, contrairement à ce que d’autres affirmaient aveuglément. Car un éléphant blanc ne crée pas le marché.

Il y a eu des énormités de dites. Monsieur Bussereau, fort respectable par ailleurs, a qualifié l’aéroport actuel de Nantes de dangereux parce qu’un avion mal contrôlé par la tour et mal piloté s’est égaré, il y a une dizaine d’années, comme cela peut arriver partout. Mais qu’a-t-il fait, alors qu’il était ministre des transports, pour améliorer l’équipement et les procédures d’approche de la plateforme ? Rien, car on ne fait rien à Nantes Atlantique, sacré meilleur aéroport d’Europe récemment par une association de compagnies aérien-nes, pour bien montrer qu’il faut absolument quitter cette plateforme. Monsieur Bussereau a également parlé du lac de Grandlieu et de la protection de la nature. Mais tout biologiste (voir remarquable lettre de Loïc Marion de l’Université de Rennes) sait que les avions ne dérangent pas, alors qu’au contraire, les appétits immobiliers qui attendent la fermeture de Nantes-Atlantique, sont une menace beaucoup plus grave. L’habitat avec ses déchets, viendra polluer les environs de cette zone protégée. Il y aura des tentations de la rogner. Et Monsieur Bussereau d’ajouter que ce n’est pas quelques Mohicans qui doivent torpiller le projet. Amusant de dire cela quelques jours après la commémoration des 70 ans du débarquement en Normandie alors que l’on venait de nous rappeler le rôle des Indiens d’Amérique dans cette opération.

Car qui défend Notre Dame des Landes ? Depuis que je suis intervenu dans ce dossier, je remarque qu’il y a essen-tiellement ceux qui sont gênés par le bruit des avions. Cela est normal. Comme tout le monde, ils disent, suivant l’expression américaine : « Not In My Backyard ». Mais il n’y a pas de désert en France et d’autres subiront ces nuisances qu’il ne faut pas exagérer. Nantes n’est ni Lisbonne, ni San Diego avec leurs aéroports infiniment plus critiques. Son trafic est celui d’un aéroport européen de quatrième catégorie pouvant espérer se hisser dans le troisième groupe de l’ACI, ce qui est encore bien modeste. De surcroît, le bruit des avions diminue considérablement. N’en déplaise à la DGAC, les Anglais ont montré qu’à Heathrow, premier aéroport d’Europe, bien mal placé plein ouest de la métropole, la population touchée par un niveau de bruit donné a été divisée par 8 en 30 ans. Et une nouvelle génération de moteurs arrive avec Airbus NEO et autres : le bruit sera encore divisé par deux. Il y a aussi, bien sûr, les appétits immobiliers déjà men-tionnés. Il y a surtout la démagogie qui compte beaucoup, j’en suis persuadé.

Les gens de l’Ouest disent : « Pourquoi n’aurions pas notre grand aéroport ? ». Les élus flattent cette prétention. Témoin ces élus de droite qui ont raté la mairie de Nantes et qui vilipendent la gauche, incapable de prendre une décision en indiquant qu’eux, iraient de l’avant. Pur calcul électoral. On aimerait tant, cependant, avoir des politiciens dont l’honneur et la probité intellectuelle passeraient avant de tels calculs.

Juste un dernier point. Malheureusement, on fait à présent un amalgame de tous les grands projets en profitant de l’opposition un peu aveugle de zadistes et autres à toute nouveauté qui touche un arbre ou un mulot. Je n’ai pas d’opinion sur ce qui se passe dans le Tarn ou dans l’Isère. Mais pour avoir œuvré pendant cinquante ans dans compagnies aériennes et aéroports, j’ai la conviction intime que Notre Dame des Landes n’a aucun sens et que Nantes et l’Ouest seront bien mieux desservis par l’aéroport actuel, proche, pratique, économique et facile à moderniser. Et que sur le plan budgétaire, il y a bien mieux à faire. Je ne citerai que deux exemples de projets dont on reparle enfin : le ferroutage que l’on a été incapable de développer et la liaison avec Charles-de-Gaulle. J’ai honte chaque fois que je prends le RER B avec des passagers venant du monde entier et qui seront bientôt nos hôtes, venant assister à la conférence sur le climat.

J’espère donc que notre pays évitera le ridicule de lancer Notre Dame des Landes l’année où elle reçoit le Monde à Paris pour discuter climat et environnement et que l’on saura prendre enfin une bonne décision, nette et claire.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mon plus grand respect
Jacques Bankir

Ancien d’Air France, entre autre chef du projet Roissy, directeur du transport (affaires aéroportuaires, service en vol, service au sol). Dirigeant de compagnies dont PDG de Régional, Nantes 2001-2005.

Contact : 06 72 22 12 61


Ecrit le 01 juillet 2015

 FNSEA44

Tiens, à propos … Alain Mustière, président des « Ailes pour l’Ouest » a tenu une réunion le 22 juin à St Aignan de GrandLieu, sur le projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique vers Notre Dame des Landes, annonçant qu’il avait invité le président de la FDSEA du Tarn pour parler du projet agricole de barrage sur SIVENS.

Mais, dans un communiqué, Alain Bernier président de la FNSEA44, précise :
« Nous sommes opposés au projet de transfert d’aéroport car ce projet, non agricole contrairement à SIVENS, est fortement consommateur de
foncier agricole (…)

Alain Mustière vous ment. le président de la FDSEA du Tarn ne se déplacera ce jour en Loire Atlantique »


NOTES:

(1) attentat contre Charlie Hebdo