Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Pour l’autonomie des jeunes

Conseil Régional et Conseil Général

Pour l’autonomie des jeunes

Ecrit le 11 mars 2015

 Bilan du Pack 15-30

Le Conseil Economique et Social Régional (CESR) a dressé un bilan du Pack 15-30 lancé par la Région Pays de Loire. Celui-ci, adopté en 2012, comporte deux volets complémentaires :
– l’amélioration des conditions de vie (Pass culture sport, Pass logement, Pass
complémentaire santé, Pass transport, Pass 1re installation et Pass prévention-contraception)
– et l’amélioration des conditions d’accès à la formation (Pass apprenti, Pass lycéen pro et Ordipass)

Pour le CESR, la composition du Pack 15-30 est complexe parce que le Conseil régional a souhaité faire bénéficier tous les jeunes de cette politique publique et a, en même temps, voulu développer des soutiens plus ciblés pour certains jeunes, d’où la mise en place de conditions (âge, statut, ressources, etc.).

L’information sur les Pass et leurs critères d’éligibilité
est principalement faite sur le
site dédié : http://www.pack15-30.fr mais la diversité et la richesse des Pass proposés complexifient la mise en œuvre et la lisibilité. [Ndlr : d’autant plus qu’un certain nombre de jeunes n’ont ni ordinateur ni smartphone ou gadget de ce genre et, par ailleurs, on peut constater avec étonnement que beaucoup d’entre eux ne savent pas lire une page internet et ne savent pas aller à la pêche des informations utiles].

Les procédures d’aides financières sont diverses et variées : remboursement des partenaires, avance de frais et remboursement au jeune, aide directe aux prestataires, aide directe au jeune … ce qui induit un suivi lourd en tâches de gestion et un délai trop long dans l’attribution des aides.

Le Pack 15-30 contribue-t-il à l’autonomie des jeunes ? Le CESR constate qu’il n’existe pas une jeunesse mais des jeunesses. « Il ne s’agit pas de cliver les jeunes mais de comprendre les différences de situation, de faire des propositions adaptées aux besoins, aux capacités, aux parcours et aux attentes des jeunes ».

Selon l’INSEE, un jeune est « autonome » s’il remplit trois critères essentiels : avoir terminé ses études (donc ne pas être scolarisé) en ayant un diplôme au moins équivalent au CAP ; avoir quitté le domicile familial et ne pas être parent isolé ; et disposer d’un emploi stable (en CDI ou travailleur indépendant). Un autre rapport élargit la notion : dans le Livre vert, intitulé « Reconnaître la valeur de la jeunesse ». rendu public le 7 juillet 2009 par Martin Hirsch, il est dit : « les jeunes doivent être capables de pouvoir assumer intellec-tuellement et financièrement leur propre existence tout en contribuant à la dynamique de la société » ou « de faire des choix et de gérer leur vie sur le plan personnel et sur le plan social » ou de développer « l’indépendance financière et résidentielle, en même temps que leur capacité à prendre individuellement et collectivement les décisions qui les concernent ». Selon le décret n°2006-830 du 11 juillet 2006 « l’autonomie de la personne humaine est le complément indispensable des droits de l’Homme : le socle commun établit la possibilité d’échanger, d’agir, et de choisir en connaissance de cause, en développant la capacité de juger par soi-même. L’autonomie est aussi une condition de la réussite scolaire, d’une bonne orientation et de l’adaptation aux évolutions de sa vie personnelle, professionnelle et sociale »

Ainsi, pour le CESR, ’’le jeune, dans sa démarche vers l’autonomie, doit apprendre à prendre du recul par rapport aux choses, à son environnement, prendre conscience de ses potentialités, prendre conscience de sa place dans la société et de ses responsabilités. En découle une nécessité d’ouverture et de découverte d’un environnement plus large, un besoin d’accompagnement également dans la prise en compte de sa santé, un besoin de soutien dans un engagement citoyen’’. L’accès à la culture, par exemple, ne peut se réduire à un simple outil de consommation (une aide financière) : ’’un accompagnement édu-catif est indispensable, doté des moyens nécessaires. L’appétence culturelle de tous les jeunes ne se décrète pas, mais s’acquiert grâce à la médiation et à la pratique’’.

Dans son rapport, consultable ici (http://urlz.fr/1H5C), le CESR fait des propositions, par exemple : le besoin de mobilité ne peut être résumé à l’aide aux transports ferroviaires régionaux, etc..., l’équipement informatique doit intégrer la connexion Internet..., les besoins de santé sont à envisager comme une aide à la prise en charge des risques spécifiques des jeunes pouvant compromettre leur autonomie (addictions, troubles alimen-taires, vue et audition,..).

Le CESR insiste aussi sur l’accessibilité du Pack 15-30, aux jeunes ruraux par exemple : ’’les jeunes les plus éloignés des lieux d’utilisation des Pass (lieux culturels, sportifs ; médicaux mais aussi structures d’accompagnement, etc.) et non insérés dans un établissement de formation (ni lycéen, ni apprenti, ...) ne peuvent y accéder et se retrouvent en situation de non- recours, à la périphérie du dispositif’’.

Conclusion du CESR : le Pack 15-30 est un bon outil d’aide à l’autonomie des jeunes mais il y a des améliorations à y apporter.


Ecrit le 11 mars 2015

 CSAJ

Depuis 10 ans, la gauche aux manettes du Conseil Général de Loire-Atlantique, a mené une politique de solidarité. Un exemple : le CSAJ : Contrat de Soutien à l’Autonomie des Jeunes. Les jeunes de 16 à 24 ans privés de la solidarité de leur famille peuvent bénéficier d’un accompa-gnement personnalisé et d’une aide financière pour réaliser leur projet.

Le CSAJ est accessible aux jeunes en difficulté sociale, éducative et d’insertion professionnelle. C’est un contrat de six mois renouvelable, signé entre le jeune et le Département, qui définit des objectifs et des engagements. L’accompagnement personnalisé peut être complété par une aide financière mensuelle. Cette aide financière est plafonnée au montant du RSA   (Revenu de Solidarité Active).

Qui peut en bénéficier ?

Les jeunes de 18 à 24 ans, et exceptionnellement de 16 à 18 ans, résidant depuis au moins un an en Loire-Atlantique, dont les ressources person-nelles sont inférieures à 800€ par mois, et dont le quotient familial est inférieur à 800€. Les jeunes majeurs pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance peuvent aussi bénéficier de ce dispositif.

Comment faire ?

S’adresser à un professionnel d’une mission locale ou un(e) assistant(e) social(e). Par exemple Châteaubriant : tél. : 02 40 79 17 99. Courriel : delegation-chateaubriant@loire-atlantique.fr

Chaque année, 1000 jeunes de moins de 25 ans, confrontés à des difficultés, bénéficient d’une aide dans le cadre d’un projet d’insertion (Contrat de Soutien à l’Autonomie des Jeunes) et 2500 jeunes d’une aide dans le cadre d’une action qu’ils portent (Fond d’Action Jeunes). 620 jeunes bénéficient chaque année d’une aide à l’obtention de leur permis de conduire.


Ecrit le 11 mars 2015

 Jeunes agriculteurs

Le Conseil Général apporte une aide à l’installation de jeunes agriculteurs et, en ce moment, lance trois appels à projets sur les thèmes suivants :

1) Maintenir ou restituer des terres agricoles pour installer/renforcer des exploitations nouvelles ou existantes. Ou assurer la gestion durable d’ilôts forestiers

2) Accompagner les maraîchers dans une démarche environnementale. Et envisager le développement de modèles économi-ques alternatifs instaurant plus de résistance économique et de capacité d’adaptation face aux aléas environne-mentaux

3) Inventer et développer des partenariats commerciaux entre producteurs agricoles locaux et les commerces de proximité et/ou la restauration collective privée.

Ces appels à projets sont ouverts jusqu’au 1er juin 2015


Ecrit le 13 juillet 2016

 Pass Permis de 400 €

Dans le cadre du Pack 15-30 pour l’autonomie des jeunes et suite au Grenelle de l’apprentissage, le Conseil régional des Pays de Loire lance le Pass permis : cette nouvelle aide forfaitaire de 400 € permettra de financer une partie du permis de conduire voiture pour les jeunes aux ressources modestes inscrits en CFA (Centre de Formation des Apprentis). Les jeunes pourront déposer leur demande sur le site www.pack15-30.fr à partir du 1er octobre.