Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Cantonales > Cantonales 2015 > Réflexions après les élections

Réflexions après les élections

Ecrit le 8 avril 2015

 Merci à vous

Message de Gilles Philippot, Viviane Lopez et leurs remplaçants (Stéphanie Lemonier et Frédéric Thobie)

« Bonjour à vous, Ce petit mot pour vous remercier de nous avoir accompagnés chacun de votre place et selon vos possibilités mais tous avec cœur, sincérité, enthousiasme et espoir. Espoir de voir ce grand canton du « nord » rassemblé et du bon côté de la barrière : c’est à dire construisant ensemble, habitants et élus, sans division, un vivre ensemble. C’est à dire aussi, à travers les politiques du Conseil Départemental, promouvoir les égalités humaines et les égalités des territoires.

Nous y avons cru tout au long de cette belle campagne et pendant quelques minutes dimanche dernier. Puis ce fut la douche froide, l’incompréhension. Ont suivi une profonde tristesse, la colère et le sentiment d’injustice. 11 voix, c’est vrai-ment rageant. Mais, maigre consolation peut-être, nous nous disons que les voix que nous avons eues, ce sont des voix d’adhésion, de « vraies voix », les voix de ceux qui comme nous, croient à la justice et aux projets collectifs. Ces suffrages, nous ne les avons pas volés, nous les avons réellement gagnés, honnêtement. Nous n’avons pas à rougir de ce résultat . Au contraire, nous avons démontré, tous ensemble, qu’il y a un possible. « Regardons le verre à moitié plein » comme dit un grand homme que nous connaissons tous, très bien. Comme le dit Gilles : « de nouvelles graines sont semées, elles donneront de belles récoltes ». Et les mauvaises graines ...... Chacun de nous va reprendre ses activités ou occupations. Mais nous avons tous grandi grâce à cette campagne et ce moment partagé qui nous a permis de rire et de pleurer ensemble : c’est ça la Fraternité ».
(fin de communiqué)

 J’ai voté blanc

Laurent David, électeur Front de Gauche, du canton de Guémené-Penfao, explique (extraits) pourquoi il a voté blanc le 29 mars 2015 :

A Guémené, comme ailleurs sans doute, quand le PS perd les élections c’est toujours de la faute des autres : les électeurs de gauche qui ne votent pas socialiste au premier tour. Quand ils gagnent, les adhérents et sympathisants du Parti Socialiste pensent que c’est seulement normal. Ils ne disent d’ailleurs jamais merci. La dernière fois que j’ai voté pour un candidat PS, c’était pour Yves Daniel, candidat étiqueté « socialiste ». Cette fois là, non seulement ils ne nous ont pas remerciés, mais quelques mois plus tard, ils ont eu la bonne idée de nous envoyer les gardes mobiles à Notre-Dame-des-Landes. Pour Manuel Valls, nous étions un kyste qu’il fallait opérer.

Lorsque j’ai su que le PS local nous attribuait leur défaite de dimanche dernier, ça ne m’a pas trop étonné mais pour une fois, je crois qu’il avaient raison. D’ailleurs, sur tous les cantons ruraux du nord 44, les candidats socialistes qui défendaient bec et ongle le projet d’aéroport, se sont brûlé les ailes alors que d’autres ont été élus… Pour les sympathisants et adhérents socialistes nous n’avions pas le droit de faire ça ! Eux, peuvent nous envoyer les gardes mobiles pour nous taper dessus, défendre une politique ultralibérale, renier leurs promesses de campagne, soutenir un gouvernement responsable de la mort d’un jeune manifestant, acculer le peuple grec à la misère… mais ils nous interdisent de ne pas voter comme eux !

Pour moi qui vote rouge ou vert au premier tour et souvent rose au second, ce coup-ci ça été le blanc. Et je connais au moins onze personnes qui ont fait comme moi. Onze personnes avec qui je suis responsable, d’un point de vue strictement comptable, de la défaite de la gauche ce jour-là. (...)

Au niveau départemental : Les socialistes locaux ont vainement tenté de nous faire croire qu’au Conseil Général de Loire-Atlantique les choses étaient différentes. Il y un domaine que je connais bien, c’est celui des conditions de travail des conductrices et conducteurs de cars scolaires qui travaillent indirectement pour le département. A plusieurs reprises, les syndicats de salariés ont cherché à rencontrer les élus du département pour discuter de leur situation. Jamais, ils n’ont accepté de seulement nous écouter. Leurs interlocuteurs ce sont nos patrons, pas les misérables chauffeurs de cars. Alors basta

Au cours du mandat précédent, Viviane Lopez et Gilles Philippot auraient pu de temps en temps montrer qu’ils n’étaient pas que des pions dans le jeu politique départemental. Le pire pour eux, c’est qu’ils ont perdu pour rien. Le projet d’aéroport va avoir bien du mal à sortir de la glaise et s’il venait à être construit, alors ça en serait fini des chances électorales des candidats PS sur tout l’ouest de la France pour quelques décennies.

Les déclarations de Gilles Philippot dans la presse au lendemain de son échec, m’ont conforté dans mon choix. Il dit n’avoir pas démérité, comme si les élections étaient une question de mérité. Il s’apitoie sur son sort, alors que la seule chose qui devrait compter pour un élu de gauche c’est le sort du peuple, des gens, et surtout des plus précarisés d’entre eux.

Tout ça pour dire qu’il y d’autres élections en fin d’année et que la sentence pourrait bien être la même. A moins que d’ici là, ils se rendent compte qu’ils se sont totalement égarés, mais c’est très rare la remise en question chez un socialiste.

Je laisse la conclusion à Eric Coquerel secrétaire national du Parti de Gauche dans un courrier au secrétaire Général du PS, Cambadélis : « Toutefois, si le Parti socialiste venait, à l’avenir, à proposer une alternative au pays contestant l’actuelle politique gouvernementale faite d’austérité, de politique de l’offre, de productivisme, de soumission à Mme Merkel et à M. Juncker et de maintien de la 5e République, nous serions évidemment prêts à vous rencontrer. Ce serait une très bonne nouvelle pour notre pays qui souffre à cause de vous ».

Note de la Rédaction : c’est peut-être le moment de relire ce qu’écrivait Péguy dans Heureux les systématiques : « ils ont les mains pures, parce qu’ils n’ont pas de mains »

 Territoires d’Avenir

Les candidats Territoires d’Avenir*, ratta-chés à la Majorité départementale, remercient les 3969 électeurs qui leur ont accordé leur confiance.
« Le suffrage universel s’est exprimé à l’occasion du second tour des élections et nous félicitons Catherine Ciron et Bernard Douaud pour leur élection au Conseil départemental.
Nous remercions toutes les électrices et tous les électeurs qui nous ont accordé leur confiance. Nous mesurons leur déception et sommes à leurs côtés pour la suite afin de défendre nos valeurs sur le canton de Châteaubriant et dans le Département.

Les convictions qui nous rassemblent demeurent et sont solides pour nous permettre d’envisager une poursuite du travail débuté avec cette campagne. La bonne dynamique du Département de Loire-Atlantique, qui reste à gauche, nous réjouit et nous rassure quant au maintien des politiques de solidarité. Les électeurs du Département ont décidé de préserver un arbitre vigilant pour garantir à tous les mêmes chances, c’est une victoire !

Nous continuerons notre action de soutien à la Majorité départementale et participerons à la construction de l’avenir de notre canton. Le travail de proximité continuera, avec vous ! »

*Quiterie de Coniac, Jean-Michel Duclos. Remplaçants : Céline Barnola, Jordan Esnault

 Parti Socialiste

« Nous sommes fiers du travail accompli par la gauche : par ses candidats, ses militants et ses sympathisants sur le canton de Châteaubriant. Les candidats de l’équipe Territoires d’Avenir ont réalisé un score correct qui démontre une résistance de la gauche, déjouant tous les pronostics. C’est une première victoire.

Sur la ville de Châteaubriant, nous constatons une amélioration du résultat de la gauche ; d’abord au premier tour, puis au second. Cela traduit une volonté de préserver les politiques menées par le Département de la Loire-Atlantique, des politiques de solidarité et d’accompagnement de tous les moments de la vie. L’attachement des Castel-briantais à leur Département est notre deuxième victoire.

La Majorité départementale est reconduite à la tête de la Loire-Atlantique !
C’est notre troisième victoire ! Nous sommes fiers que le Département reste à gauche, rassurés que le rôle important assuré par celui-ci soit encore exercé par des élus volontaires et résolument ancrés dans la réalité des territoires.

Nous appelons à la mobilisation ; Continuons ensemble ce que nous avons commencé ! »
Jordan ESNAULT, pour la section du Parti Socialiste de Châteaubriant

 Signez !

Note de la Rédaction : Nous avons demandé aux personnes parlant au nom d’une association ou d’un parti, de signer de leur nom personnel. Pour que, peu à peu, les électeurs mettent un nom, un visage, derrière un sigle.

 Yves Daniel

Ecoute et au rassemblement

Après les résultats des élections départementales et faisant suite à la désignation de Philippe GROSVALET comme président du Conseil départe-mental de Loire-Atlantique, je tiens à exprimer mon profond respect et ma reconnaissance pour tous les candidats socialistes et divers gauche qui ont fait campagne sans démériter dans notre département, allant à la rencontre des citoyens pour expliquer, échanger, partager, en vue de construire un programme cohérent et rassembleur.

Cela n’a pas suffi. La fracture était sans doute trop importante avec des électeurs qui veulent être entendus – pas simple-ment écoutés - dans la politique quotidienne, et pas uniquement au moment des élections. Les chiffres de l’abstention et des votes blancs parlent d’eux-mêmes.

Le constat posé, il faut avancer. La politique de gauche engagée depuis plus de dix ans dans notre département va se poursuivre et je m’en réjouis car nombreux sont les habitants du territoire à en bénéficier. Enfance, jeunesse, personnes âgées, insertion, mobilités… : les priorités départementales continueront d’être mises en œuvre dans le souci de la solidarité entre les personnes et les territoires.

Ma conviction personnelle quant à elle ne change pas : mon mandat de député trou-ve tout son sens dans une collaboration étroite avec le Conseil départemental et, au-delà, avec tous les élus locaux de la 6e circonscription.

Plus que jamais, le rassemblement autour d’un projet au service de nos territoires et de nos concitoyens est indispensable à tous les échelons d’action et de pouvoir.
Yves Daniel, Député

 Gilles Philippot - Viviane Lopez : Ne pas ajouter une injustice à une erreur

Dans le canton de Guémené-Penfao, le binôme Gilles Philipot - Viviane Lopez a perdu les élections, à 11 voix près. Mais un doute est entré dans leur esprit en constatant que le résultat de Derval, connu depuis 19h50, n’a été donné officiellement qu’à 21h15. « Nous sommes allés voir les registres à la Sous-Pré-fecture, comme nous en avions le droit. Nous avons constaté un procès-verbal raturé à Treffieux : deux voix ’’nulles’’ ajoutées au score de notre adversaire (voir note en bas de page) , trois autres voix errantes dans trois communes et surtout un problème à Derval : 642 enveloppes et 629 signa-tures. C’était indiqué, noir sur blanc. Au total cela faisait 18 voix litigieuses. Nous avons cherché une explication. Erreur humaine ou soupçon de fraude ? ». Finalement, le maire Jean Louër a refait lui-même les additions et constaté que la méthode précédente, réitérée trois fois, avait causé l’erreur. « Ici, nous constatons donc une erreur humaine, donc nous ne demandons pas l’annulation des élections car nous ne voulons pas ajouter une injustice à une erreur humaine »

« Nous avons mené le combat électoral en nous référant à une morale, à une éthique » On peut constater, à l’inverse, que son adversaire, maire de Guémené Penfao, a publié, 15 jours avant les élections, le numéro 1 du ’’Magazine Municipal’’

Un bon moyen de se rappeler au bon souvenir des électeurs. De même le maire de Treffieux, dans une ’’tribune libre’’ a fait savoir clairement qu’il ne se situait pas du côté de la ’’famille Philippot’’. Enfin le tandem Yannick Bigaud (remplaçant Michel Hunault1) a adressé une lettre aux agriculteurs de ce canton rural disant que ’’le secteur agricole a été complètement délaissé par la majorité socialiste du Conseil Général’’2 et insistant sur ’’le poids des normes et des contraintes administratives’’ qu’il se propose de simplifier. « Tout cela peut influencer les gens crédules et décrédibiliser la politique. Mais bon, tournons la page ».

" Nous fermons la parenthèse de notre statut de candidats » disent Gilles et Viviane qui, dans cette affaire, n’avaient rien à perdre personnellement. « J’ai toujours ma famille, mon métier, mes activités » dit Gilles qui n’aura aucun mal à rebondir. « Je suis en retraite et de nombreuses associations me sollicitent » dit Viviane. « Nous n’étions pas candidats par intérêt personnel, c’est une ambition pour le canton et ses habitants qui nous a animés. Nous continuerons sous une autre forme. Nous souhaitons que notre façon d’agir, notre éthique, notre droiture, amènent des gens, et notamment des jeunes, à s’intéresser à la politique ». On peut espérer que ce sera le cas pour leurs deux remplaçants, Stéphanie Lemonier et Frédéric Thobie. ’’Ils sont en train de construire leur engagement, avec ce qu’ils ont découvert lors de cette campagne’’

Deux phrases résument leur engagement : Gilles : « si tu ne t’occupes du champ politique, quelqu’un viendra faire sa politique dans ton champ » - Viviane : ’’Je ne fais pas de la politique. Je me sers de la politique pour ce que je veux faire’’.

Gilles et Viviane ont perdu les élections. « Mais vous savez, nous ne sommes ni morts, ni même malades. Nous allons mettre notre expertise au service des gens et des associations qui nous sollicitent »

Ndlr :
1 - tiens, revoilà le clan Hunault !
2 - à la lecture des délibérations de la commission permanente, on peut consta-ter les nombreuses aides à l’installation des jeunes agriculteurs et aux actions de la Chambre d’Agriculture et des diverses structures agricoles.

 Oubli !

La semaine dernière, dans la précipitation du bouclage après les résultats du second tour, La Mée a fait une erreur qu’un lecteur ’’anonyme’’ (mais qui donne son nom), signale de la façon suivante : ’’Auriez-vous désormais un penchant pour la droite au point de retirer aux candidats de gauche sur le canton de Châteaubriant une de leurs victoires ? Auriez-vous chaussé des lunettes déformantes ? ou mis le verre de gauche à droite ou vice-versa ?’’. Ce lecteur (de droite), ’’attentif, objectif et respectueux de la démocratie’’ a relevé en effet que deux communes du canton ont mis la gauche en tête ! et non une seule comme indiqué en page 12 du précédent numéro de la Mée.
Rectifions donc : Fercé et Soulvache ont mis la gauche en tête au deuxième tour dans le canton de Châteaubriant.

 Recadré

A l’issue du 1er tour, Maxime Lelièvre, UDI, a publié un communiqué critique pour la majorité municipale. Il a été désavoué par voie de presse : ’’l’UDI 44 apporte son soutien clair et sans faille aux candidats soutenus par Démocratie 44 : Catherine Ciron et Bernard Douaud’’. Gloup !


NOTES:

Note du 15 avril 20105 :

Elections - précisions

Le maire de Treffieux communique : « Dans un article du dernier numéro de la Mée (8 avril 2015 - page 7, 2e colonne), je note une erreur qui n’est pas sans conséquence politique. Gilles Philippot et Viviane Lopez disent, à propos du résultat très serré du scrutin, « ... Nous avons constaté un procès-verbal raturé à Treffieux : deux voix »nulles« ajoutées au score de notre adversaire… »
Les choses se sont passées autrement. Le bureau de vote était sous la présidence du premier adjoint, Philippe Renaud, et la table de dépouillement comportait des représentants de plusieurs sensibilités présentes sur la commune. A l’issue du dépouillement, il a été effecti-vement constaté un écart de deux voix en plus que le nombre d’enveloppes.

Afin de ne pénaliser aucun des binômes en lice, et après concertation et contact avec le tribunal de St Nazaire, le président du bureau de vote a décidé de retirer deux voix au score des « blancs et nuls » de manière à régulariser la situa-tion ».
René Bourrigaud, maire