Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Tant qu’on a la santé … et les médecins

Tant qu’on a la santé … et les médecins

Ecrit le 6 mai 2015

 Tant qu’on a la santé … et les médecins

Le Conseil de Développement du Pays de Châteaubriant   s’intéresse depuis des années au thème de la santé sur notre territoire. Les organisations syndicales Confédération Paysanne, CFDT, CGT ont mené en 2010 une enquête : « Quel accès aux soins dans l’avenir ? ». C’est donc tout naturellement que s’est mis en place un groupe de travail Santé au sein du Conseil de Développement. Il a organisé en 2013 une conférence sur le thème de l’offre de soins pour demain, avec la participation de Mme Neyrolles, déléguée de l’ARS   44 (Agence Régionale de Santé). Puis, en 2014, le groupe de travail a publié une plaquette sur le même thème. De leur côté les SSIAD (Services de Soins Infirmiers à Domicile) constatent la difficulté des patients pour obtenir une consultation médicale.

C’est donc maintenant une ’’Enquête Territoire et Santé’’ qui est lancée sur le Pays de Châteaubriant   (Trois com’com’  ) , dans l’objectif de confronter trois points de vue : les besoins des habitants, les pratiques des professionnels de santé et les actions et projets des élus du territoire.

Une analyse de ces données sera disponible dès l’été 2015 et servira de cadre de réflexion, d’échanges et de propositions avec l’ensemble des personnes intéressées par le développe-ment et la valorisation de notre territoire, pour la santé et le bien-être de chacun et de tous.

Le premier questionnaire concerne les habitants. Il est anonyme et ouvert à toute personne âgée d’au moins 15 ans. Il est souhaitable que les réponses soient apportées directement sur le site internet, mais des exemplaires-papier sont dispo-nibles au Conseil de Développement.

Un deuxième questionnaire est destiné aux professionnels de santé et un troisième aux élus du territoire. Il a été transmis à toutes les mairies du territoire.

 Attention : date limite pour répondre : 18 mai 2015.

Le suivi est assuré par Françoise Chartier, étudiante à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique à Rennes, en Master 2 ’’Pilotage des politiques et actions en santé publique’’. Les membres du groupe de travail sont : André Tessier, Amand Chatellier, Gérard Haulbert, Jean-Luc Fourny, Joseph Plantard et Yves le Gall. Ce groupe a vocation à s’agrandir et accueillera volontiers les personnes intéressées.

Aux habitants, il est demandé un avis sur la qualité de leur environnement de vie, et de travail, sur leur éventuelle renonciation aux soins, sur la connaissance de leurs droits, sur les atouts et faiblesses du territoire et sur les éventuels projets de santé. Il leur est demandé s’ils souhaitent être informés et y être associés.

Les professionnels de santé sont interrogés sur les thématiques qui les intéressent le plus (prévention, promotion de la santé, santé au travail, etc), sur les atouts et faiblesses du territoire, sur les informations dont disposent les habitants. Ils sont invités à donner leur point de vue sur les projets, en lien avec la santé, qui seraient pertinents sur le territoire et sur les leviers ou obstacles qu’ils entrevoient.

Des questions analogues sont posées aux élus, en les incitant à préciser les projets liés à la santé et l’échelle territoriale qui serait pertinente.


Photo : Gérard, Nolwenn, Françoise, Yves, André, Amand

L’enquête s’élargit à toutes les structures en lien avec la santé, par exemple les Pompiers, la Croix Rouge  . L’objectif est d’aboutir à une mobilisation populaire sur cette question, pour qu’on n’en arrive pas à une situation de désert médical. « En effet, dit Amand Chatellier, la situation se dégrade. Les médecins généralistes vieillissent et ne sont pas toujours remplacés quand ils partent en retraite. Le territoire manque de spécialistes, par exemple en pédiatrie et gynécologie. Et il faut 6 mois pour un rendez-vous chez l’ophtalmo. ». Et ne parlons pas d’avoir un médecin la nuit ! « Les médecins généralistes qui sont encore en activité, sont débordés de travail » dit Gérard Haulbert. « A Châteaubriant, ça va encore, mais il manque des cabinets médicaux décentralisés » dit André Tessier. « Nous souhaitons arriver à un projet commun en matière de santé » dit Yves Le Gall. « Cela ne signifie pas un bâtiment commun. Cela signifie une réflexion commune à tous les acteurs du territoire, les élus ont un rôle à jouer pour la susciter ».

Ce groupe de travail ’’Santé’’ veut être un lanceur d’alerte. « Car, au-delà des médecins, il y a un vrai problème de santé publique. Si un médecin disparaît, le pharmacien quitte lui aussi la commune. Actuellement les infirmières libérales sont débordées, les SSIAD ne peuvent suffire à la demande ».

Démographie (chiffres décembre 2013)

En Loire-Atlantique :1 médecin pour 710 habitants
En France  : 1 médecin pour 970 habitants
Pays de Châteaubriant   : 1 médecin pour 1621 habitants
....................36 médecins généralistes en 2015
....................7 partiront en retraite d’ici 5 ans
....................10 partiront en retraite d’ici 10 ans

Il y a des solutions, explique Nolwenn Diler, en citant des expériences comme celle de l’interpôle de santé Centre Bretagne. [voir par exemple pages 26-27 :. Dans le secteur de Loudéac les professionnels de santé libéraux ont constitué une association dans le but d’élaborer un projet de santé commun afin de faciliter la communication et d’améliorer la qualité du travail. Un projet de télémédecine est lancé dans le secteur d’Uzel. Dans les cabinets médicaux, le médecin peut faire appel à la télé-expertise, etc.

« Il faut du temps, de l’anticipation, une analyse des besoins, de la réflexion, de la confiance réciproque, et la mise en place d’accords partenariaux. Il n’y a pas de solution-type généralisable, mais des pro-jets collectifs à adapter à des situations, à un territoire » dit Nolwenn.

Alors, répondez-vite à l’enquête. Avant le 18 mai !

Références :
Conseil de Développement :
02 40 55 68 00

Livret : l’offre de soins demain 

Et aussi : Questionnaire habitants 

 Prévention jeunesse …

Un « ado’bus » a été mis en place depuis Mars 2014, sur la Com’Com’   de Loudéac pour proposer des activités aux jeunes. Parfois, des discussions autour de thématiques santé peuvent être abordées (l’alimentation, la violence, etc.).

Dans la Com’Com’   de Derval, Les Potes des Sept lieux ont mis en place, aussi, une caravane sillonnant le territoire.
A Nantes, aussi, Le Triangle va ainsi à la rencontre des jeunes.

 Et vieillesse

Toujours à Loudéac, les professionnels de santé souhaitent que les personnes âgées puissent retrouver du lien social : passage de visiteurs à domicile, mise en place de cafés-partage, d’ateliers (cuisine, cinéma) où des aides à domicile les amèneraient. (C’est ce qui se fait dans certains clubs de Géné-rations Mouvement et avec l’association ASFA  . [C’est ce que faisait l’association Un jour Part’Agé, association morte faute de subventions]. Des activités de ce genre, dans les petites communes, aideraient à réduire le risque suicidaire.

… Et parallèlement songer à soulager les aidants par la mise en place d’aides à domicile, développement des services tels qu’une plateforme Alzheimer  .