Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Culture, expositions, livres, loisirs, spectacles, sports > Patinoire, bowling, golf, sports > Le dojo, six perplexités

Le dojo, six perplexités

Ecrit le 13 mai 2015

Dojo : la salle où on fait du judo. Dō, en japonais, signifie : la voie. Le dōjō est le lieu où l’on étudie/cherche la voie, le lieu où l’on progresse, sous le contrôle d’un maître. C’est le lieu où on étudie les arts martiaux.

Un art martial est un style ou une école dont l’enseignement porte principalement sur des techniques de combat, à mains nues ou avec arme. Historiquement, cet apprentissage intègre une dimension spiri-tuelle et morale visant à la maîtrise de soi et s’enrichissant de multiples connais-sances (culturelles, philosophiques et médicales, notamment). Ainsi, les arts martiaux visent au développement global de l’individu : externe (force, souplesse), interne (énergie, santé), intellectuel et moral.

L’art martial est une façon d’être, la capacité à « arrêter la lance », avec un double sens : arrêter la lance de l’adversaire, et arrêter sa propre lance. Loin d’être un fauteur de guerre, celui qui pratique un art martial est d’abord « celui qui maintient la paix », étant bien entendu que celui qui veut assurer la paix doit être « capable de se battre pour que cette valeur survive ». Ainsi se trace un portrait du combattant plus proche de la notion du « chevaleresque » (avec ce que cela implique de bravoure, d’aspiration à la justice et de rectitude morale) que de l’image du guerrier assoiffé de conflit.
(source : Wikipedia)

 René Rallu en 1949

Cela fait longtemps que le judo a été créé à Châteaubriant (en 1949), on le doit à René Rallu qui, autrefois, n’hésitait pas à aller à Nantes par le car, pour apprendre les techniques qu’il transmettait à ses camarades de Châteaubriant. Le dojo se trouve actuellement au bout du la rue de Carfort, il a été rénové de nombreuses fois et avait bien besoin d’une réfection (d’autant plus qu’on dit que le bâtiment actuel aurait de l’amiante).

 Futur Dojo : Coût coût

Le dojo, encore en construction

Un projet de dojo a été élaboré par la municipalité d’Alain Hunault. Les responsables du judo ont été consultés et ont soumis en 2010/2011 un plan d’une salle simple et fonctionnelle … qui ne pouvait convenir à une municipalité soucieuse d’abord de clinquant. La nouvelle salle, en cours de construction, est affichée pour 1 552 000 € HT   (30 % de trop !). En fait le prix
indiqué sur le site internet des architectes est 1 800 000 € HT  , pour une livraison prévue en février 2015. Nous sommes en mai et l’équipement n’est pas fini.

Quant au prix, il a fait des bonds ! L’Eclaireur du 11 juillet 2014 (non démenti) parlait de 3 150 000 €. Dans le rapport d’activités du Syndicat Mixte pour 2014, il est noté : 2 165 000 € HT   (en page 16) et ce n’est sans doute pas fini. Saurons-nous un jour le prix exact ? Pas sûr ! En tout cas, à ce prix-là, on aurait pu faire deux belles salles de sports.

 Perplexités

Nous sommes allés voir les plans du futur Dojo, conseillés par ’’Monsieur Jaïr’’, un ancien du club, qui nous a fait part de ses perplexités ….

Première remarque : pourquoi avoir choisi de construire la salle sur un terrain en très forte pente, obligeant à une mise à niveau colossale ? Pour la petite histoire, le terrain retenu a nécessité une modification du plan d’urbanisme, ce qui a retardé les choses. On peut lire en effet dans le dossier que ’’la délibération de modification sera seulement opposable le 3 août 2013’’. Pourquoi ? Le même document dit : ’’en l’absence de Scot  ’’. Ainsi donc le maire de Châteaubriant, qui ne voulait pas d’un SCOT   (schéma de Cohérence Territoriale), a été bien ennuyé de n’en avoir point. C’est rigolo.

La tribune décalée

Deuxième remarque : les gradins ne sont pas centrés dans la salle. De ce fait il y aura une mauvaise vision d’une partie des aires de combat, surtout si les tableaux d’affichage sont mal placés.

Troisième remarque : les vestiaires sont d’une bonne dimension, plus importante que ce que prévoit la Fédération Fran-çaise de Judo :
– 32 m2 pour 25 hommes, avec 4 douches (au lieu de 20 m2)
– 27 m2 pour 15 femmes, avec 4 douches (au lieu de 12 m2)
on peut regretter que ces vestiaires n’aient pas, au moins, un WC. Les sanitaires hommes
(8 m2, un lavabo, un WC) et les sanitaires femmes (8 m2, un lavabo, un WC) sont situés à l’extérieur des vestiaires. Notons que les vestiaires et douches sont dans le noir complet, avec accès par un couloir, sans lumière directe, de type coupe-gorge.

Les deux vestiaires pour encadrants, faisant 7 et 8 m2 comportent une douche, mais pas de WC.

Il aurait été intéressant aussi de prévoir un local-séchoir ventilé pour le stockage et le séchage des kimonos.

Vestiaires et sanitaires

Quatrième remarque : l’infirmerie, 9 m2, avec un lit et un lavabo, est dans le noir aussi : pas de fenêtre. Elle ne comporte pas de WC et, s’il y a un blessé sérieux, il faut monter ou descendre 5 marches avec un brancard pour y accéder.

Cinquième remarque  : cette nouvelle salle, malgré son coût, n’est même pas prévue pour accueillir une manifestation départementale (et a fortiori régionale) puisqu’il n’y a pas assez de gradins. S’il y a 200-300 compétiteurs, il y aura donc obligation de prévoir la fourniture, le montage et le démontage de gradins amovibles au niveau des tapis (et des bungalows de chantier comme ves-tiaires ?) . D’où un coût supplémentaire.

Sixième remarque : le nombre de parkings est réduit : 24 places.

Dojo, Dessin de Moon - 06 87 32 77 47

Bon. Eh bien nous aurons une belle salle.
On en verra les inconvénients plus tard. Mais tranquillisez-vous : en façade sud, il y a un jardin ’’zen’’ prévu !

Le judo a bien changé par rapport à ses débuts. ses valeurs traditionnelles se perdent au profit de ’’valeurs’’ plus ’’modernes’’ : la course aux podiums et aux médailles.


Ecrit le 01 juillet 2015

 Dojo et respect

Le Dojo de Châteaubriant a été inauguré le 27 juin 2015 à 11h, avec des petites choses ’’rigolotes’’.

  • Le fondateur du Club, M. René Rallu, fondateur en 1949, et toujours vivant et disposant d’un numéro de téléphone figurant sur l’annuaire, n’a pas été invité, ni par la mairie, ni par le club. Quand j’en ai fait la remarque à un des plus anciens du club, j’ai eu la réponse : « oui, mais il est handicapé ». C’est vrai, juste un fauteuil roulant ! Il n’y a plus de respect pour les ’’anciens’’ ?
  • les maires avaient été avisés de cette inauguration il y a une quinzaine de jours. Les Conseillers Municipaux minoritaires n’ont été invités que la veille vers 18h. Le groupe Châteaubriant au cœur écrit : « nous sommes tous élus de la même commune, au service des mêmes habitants. Quelles que soient nos divergences, il importe de travailler dans un bon esprit pour le bien de Châteaubriant ». 
  • les parents de judokas étaient invités dès 9h30 pour, leur avait-on dit, « une remise de ceintures ». Ils ne savaient pas qu’il y avait inauguration à 11 h. La matinée a été longue.
  • enfin le moment solennel est arrivé : tous les judokas alignés sur deux colonnes le long de l’allée menant à l’entrée du dojo. Et puis, à 11h, les autorités, Commune et Com’Com’  , sont descendues dans cette haie d’honneur, avec applaudissements in fine. Une vraie descente des Champs Elysées ! 

A part ça, à part les critiques que nous avons déjà formulées, (voir ci-dessus) c’est un beau bâtiment, les abords ont été bien cimentés et goudronnés, on n’attend plus que la pousse de la pelouse.

signé : BP