Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > SNC : changeons de regard

SNC : changeons de regard

Ecrit le 13 mai 2015

 SNC : changeons de regard

Changeons de regard sur le chômage

« Au cours de ces trente dernières années, le chômage s’est banalisé. Il touche aujourd’hui l’ouvrier comme le cadre mais il est toujours source de culpabilité voire de honte et de dévalorisation. La personne qui perd son travail perd aussi un statut social et une source forte d’identité » dit le Président de SNC.

SNC, Solidarités Nouvelles face au Chômage, a été fondée il y a 30 ans à l’initiative   de J-Baptiste de Foucault. C’est une association loi 1901 proposant aux chercheurs d’emploi un soutien humain personnalisé, grâce à un réseau national d’accompagnateurs bénévoles. Elle crée et finance aussi des emplois solidaires dans des associations partenaires.

L’association est indépendante, ne reçoit pas de subvention ; elle vit des cotisations de ses membres, de dons privés (particuliers, entreprises ou fondations) et d’épargne solidaire. Ce sont les sommes collectées qui permettent de financer des emplois solidaires, de former les bénévoles, de développer le réseau…

Depuis sa création, les groupes SNC ont ainsi accompagné de nombreux chercheurs d’emploi qui, pour près de 2/3 d’entre eux, ont trouvé une solution positive en fin d’accompagnement : retour à l’emploi ou formation. En Loire-Atlantique, après la création d’un 1er groupe de solidarité à Nantes en 1992, cinq autres ont vu le jour. Pour l’année écoulée, 104 personnes ont été accompagnées dans le département et 2 emplois solidaires ont été créés.

 Un groupe SNC à Châteaubriant

Le groupe du pays de Châteaubriant   existe depuis 2 ans avec une dizaine d’accompagnateurs, et aura bientôt suivi près d’une trentaine de personnes.

Cette année, l’association SNC fête ses 30 années d’existence, et pour contribuer à changer le regard sur le chômage, plusieurs événements sont organisés :
– une exposition de photos réalisées par le
photographe Laurent Zylberman montrant le quotidien des personnes accompagnées. Cette exposition photos qui circule dans toute la France, sera à la bibliothèque de Nozay du 2 au 13 juin en partenariat avec la Communauté de Communes de la Région de Nozay et les acteurs de l’emploi et de l’insertion du secteur.
Photo de L.Zylberman

J’ai été marqué par la dignité et la détermination des chercheurs d’emploi, leur volonté de ne jamais sombrer dans le misérabilisme, de ne jamais s’avouer vaincus et de remettre en cause jusqu’à leurs plus profondes certitudes. Ils ont souvent exprimé simplement et avec beaucoup d’émotion leur reconnaissance envers leurs accompa-gnateurs. J’ai vécu des belles rencontres  . Chez les bénévoles SNC, c’est la modestie qui m’a frappé, des gens impliqués partageant beaucoup tout en maintenant la distance nécessaire non sans empathie. (L. Zylberman)

 Les règles du jeu

– Un film, « Les règles du jeu » sera également diffusé au cinéma de Nozay le jeudi 11 juin à 20h, suivi d’un échange avec les partenaires emploi-insertion du secteur. Entrée gratuite.
– une pièce de théâtre : « Un emploi nommé désir » écrite pour SNC par Christian Poissonneau, sera jouée le jeudi 1er octobre à la salle Campagnard à St-Vincent des Landes.
– une expression libre sur le thème : « Rêves de travail » propose au grand public la réalisation d’un texte, d’un dessin, d’une photo ou-bien d’une vidéo avant fin août, en suivant le règlement disponible sur le site :

Contact :
groupe.chateaubriant@sns.asso.fr
Pour en savoir plus :


Ecrit le 23 septembre 2015

 Un emploi nommé Désir, 1er octobre

Marie, jeune quinquagénaire, travaille depuis 15 ans dans la même boîte. Suite à une fusion, elle est licenciée du jour au lendemain alors qu’elle n’avait jamais imaginé se retrouver au chômage. S’ensuivent toutes les étapes que traverse une personne privée d’emploi, depuis l’annonce de son licenciement à ses proches jusqu’à la perte de l’estime de soi et au besoin de trouver une aide extérieure.

La pièce de théâtre, qui sera jouée le 1er octobre à St Vincent des Landes, révèle avec finesse la rapidité avec laquelle les liens sociaux se distendent quand on n’a plus de travail. Le regard des anciens collègues, des amis, des recruteurs et de la société tout entière est différent. Les dialogues entre Marie et sa famille traduisent le sentiment d’impuissance des proches qui essaient d’être un soutien sans y parvenir.

Avec de l’humour et sans pathos, les spectateurs sont plongés dans le quotidien d’une femme qui met toute son énergie dans sa recherche d’emploi mais voit s’éloigner, au fil des mois, le rêve de travailler à nouveau. Les scènes d’interaction avec le public rythment le spectacle.

  • - les relations avec Pôle emploi sont évoquées de façon concise et en évitant toute stigmatisation.
  • - l’entreprise est présentée comme un monde difficile à pénétrer pour les chercheurs d’emploi, sous le prisme du regard que porte Marie sur sa situation.

(20h Espace Campagn’Arts  , le 1er octobre à St Vincent des Landes)