Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 10 juin 2015

Mée-disances du 10 juin 2015

Écrit le 10 juin 2015

 Gossip

 
Libération.fr du 03/06 : Lancée en mai et provisoirement suspendue face à la polémique dont elle fait l’objet, Gossip (« potins », en anglais) permet de poster des ragots de manière anonyme, sur le téléphone de l’utilisateur, voire sur son compte Facebook, en identifiant les personnes concernées parmi ses contacts. Pis, des « preuves » peuvent être postées, sous forme de photo ou de vidéo.
 
Le concept, imaginé par Cindy Mouly, une Française de 25 ans, est clairement inspiré de la série américaine Gossip Girl, dans laquelle un mystérieux corbeau se répand via un blog sur les coucheries, disputes, secrets et autres vicissitudes de la jeunesse friquée new-yorkaise. Sauf que l’application française, qui a comptabilisé 10 000 téléchargements journaliers depuis son lancement selon sa créatrice, a majoritairement séduit les ados, donnant lieu à une ambiance délétère dans certains établissements scolaires. […]
 
Deux syndicats lycéens sont montés au créneau en demandant l’interdiction de Gossip. « L’objectif de cette plateforme n’est pas de jouer mais bien de nuire aux autres », estime dans un communiqué la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL). Même son de cloche au Syndicat général des lycéens.
 
La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, appelle à la plus grande ’’vigilance’’ quant à la teneur des messages mis en ligne. […] Selon le ministère, deux collégiens sur dix ont déjà été victimes de cyberviolence. Ces faits pourraient relever du délit de harcèlement moral, introduit dans la loi en août 2014. Les contrevenants s’exposent à deux ans de prison et 30 000 € d’amende si les faits ont été commis au détriment d’un(e) mineur(e) de quinze ans, voire de trois ans de prison et 45 000 € d’amende si commis par l’utilisation d’un service de communication au public en ligne.

 Sandwich non casher

 
leMonde.fr du 03/06 : L’armée israélienne ne mettra plus son nez dans les sandwichs de ses troupes. Elle a décidé d’annuler la punition d’un soldat qui avait mangé un sandwich non casher pendant la formation. Le porte-parole de Tsahal a admis que l’armée avait commis une erreur en punissant ce soldat. Il a ajouté que l’armée continuerait de main-tenir des bases casher mais cesserait de fouiller dans les ingrédients des sandwichs apportés par les soldats.
 
Né à Boston et ayant immigré récemment en Israël pour servir bénévolement dans l’armée, le jeune combattant a, dans un premier temps, été expulsé du cours et condamné à onze jours de prison militaire pour avoir enfreint les règles sur la nourriture de l’armée israélienne. Ensuite, l’armée a allégé sa peine à un retrait de sa permission du week-end.
Le jeune homme avait proposé à ses camarades de goûter les sandwichs préparés par sa grand-mère qui vit dans un kibboutz. La mère du soldat a réagi : « Il est incroyable en 2015 que mon fils, qui a choisi de retourner en Israël servir bénévolement au combat, aille en prison pour avoir mangé une saucisse non casher. »
 

 Sondages de l’Elysée sous Sarkozy

 
Six anciens responsables ou conseillers de la présidence de la République sous Nicolas Sarkozy, dont Claude Guéant, Xavier Musca et Emmanuelle Mignon, ont été placés en garde à vue dans l’enquête sur les sondages de l’Elysée. Tous ont été relâchés dans la soirée. L’avocat de Claude Guéant a précisé qu’il « n’y a pas de mise en examen » à ce stade des investigations. L’enquête porte sur la régularité des contrats conclus sous Sarkozy entre l’Élysée et neuf instituts de sondage, notamment la société Publifact de Patrick Buisson.
 
La polémique sur les sondages de l’Elysée avait commencé en 2009 après la publication d’un rapport de la Cour des comptes épinglant une convention passée en 2007 entre l’Élysée et le cabinet de Patrick Buisson pour un coût « avoisinant 1,5 million d’euros » et sans qu’« aucune des possibilités offertes par le code des marchés publics pour respecter les règles de la mise en concurrence (...) n’ait été appliquée ».
 
L’association de lutte contre la corruption Anticor avait porté plainte en février 2010. Depuis, les investigations ont été étendues à l’ensemble des contrats de conseil ou de sondages commandés durant le quinquennat Sarkozy. L’instruction a été ouverte pour favoritisme et détournement de fonds publics.

 Made in Bangladesh

 
Marianne.net du 03/06 : l’UMP avait à cœur de promouvoir le « made in France ». On découvre, avec une certaine stupeur, que les tee-shirts vendus dans la boutique officielle des Républicains ex-UMP sont « made in Bangladesh » !
 
« Les logos sont imprimés en France », se défend le « nouveau » parti. « Et les briquets et stylos sont made in Europe ». Mais les tee-shirts, qui figurent en bonne place dans la boutique sont bien fabriqués au Bangladesh. « Nous sommes très soucieux du “made in France” », assure-t-on au siège de l’ancienne UMP. Fort bien. Alors pourquoi ne pas avoir fait fabriquer ces vêtements sur notre territoire ? « Nous étions pressés par les délais, nous confesse-t-on, et nous avions des impératifs économiques. » Comprendre par là qu’il ne fallait pas que cela coûte trop cher... ?
 
En outre, ces vêtements sont fournis par la société Solo Invest. L’entreprise a été citée dans deux drames industriels majeurs au Bangladesh. Le 26 janvier 2013, un incendie tuait sept personnes dans le bâtiment Smart Fashion et, en 2005, soixante-quatre personnes perdaient la vie dans l’effondrement de l’usine Spectrum. Sur les deux sites, l’usine Smart Fashion comme celle de Spectrum, des étiquettes au sigle du groupe français Solo Invest ont été retrouvées. […]
 
Solo Invest, ce groupe créé il y a plus de vingt ans et dont le siège social se trouve à Paris, est membre de l’éminent ETC (Ethical Trade Charter), de la Fair Wear Foundation et du WRAP (Worldwide Responsible Accredited Production). Ce qui est censé garantir à l’ouvrier bangladais des droits tels que la liberté d’association et le droit à la négociation collective, un emploi librement choisi, pas de discrimination, pas de travail des enfants, le paiement d’un salaire suffisant, des heures de travail raisonnables, des conditions de travail sûres et saines et une relation de travail ayant force d’obligation…
 
Le militant de l’ancienne UMP peut donc être rassuré. Quant à ceux qui ont malgré tout des réticences à l’idée de s’acheter pareil tee-shirt, ils seront heureux d’apprendre que ces vêtements sont « 100% coton bio » ! Ouf, la planète est sauve...

 Selfie meurtrier

Libération.fr du 22/05 : une jeune Russe posant pour la postérité avec un pistolet s’est tiré par accident une balle dans la tête, a indiqué la police de Moscou. Cette employée de 21 ans, qui se trouve désormais dans un état grave à l’hôpital, a emprunté le 9 mm laissé par un agent de sécurité dans les locaux de sa société et a voulu poser avec l’arme.

Mais, ensuite, elle s’est emmêlé les pinceaux. Le pistolet dans une main, le smartphone dans l’autre, elle a appuyé par erreur sur la détente. La balle l’a frappée à bout portant dans la tempe. L’agent de sécurité avait laissé son arme à son travail il y a deux semaines, avant de partir en vacances.

En Russie, les selfies étaient déjà sur la sellette depuis l’automne, quand l’Agence de protection des consommateurs avait affirmé qu’ils étaient la cause principale de transmission des poux chez les ados...