Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Bonheur et solidarité

Bonheur et solidarité

Ecrit le 28 novembre 2010

Philippe Labbé est ethnologue et sociologue. Il travaille au sein de la SCOP Pennec (Rennes-St Grégoire) et est chercheur à l ’université de Haute-Bretagne, autour des problématiques de jeunesse et d’ inserti on. A la demande du Conseil Général, il a donné son point de vue sur les actions « une idée pour plus de solidarité ». Intervention très remarquée qu’on peut trouver sur son blog

Trois « projets témoins » furent présentés qui ont inspiré cette contribution.

« Les toutous câlins »
Les personnes âgées en milieu médicalisé ne peuvent plus s’occuper d’animaux de compagnie. Pour leur permettre de retrouver un contact avec ces animaux, un réseau de visiteurs, accompagnés de chiens se met en place à l’EHPAD des Trois Rivières de Fégréac, à Hôpital la Roche Foucaud de Plessé ou à la Perrière à Héric. Ces visites permettent de nouer des contacts et d’échanger plus facilement, pour lutter contre la solitude des personnes âgées.

« Lien ElémenTerre »
La ville de Saint-Nazaire est un territoire à cultiver. Ou, en tout cas, un espace où les jardins citadins sont sous-exploités. Mal entretenus, pas assez mis en valeur, ou complètement cachés, ils ne s’intègrent pas assez dans la vie urbaine. Pour y remédier, l’association Lien ElémenTerre s’est fixé un objectif simple : mettre en relation des gens qui possèdent un jardin dont elles ne s’occupent pas avec d’autres personnes, souhaitant elles pratiquer le jardinage. En constituant ces binômes, l’association nazairienne redonne vie à des lieux abandonnés, au goût du jardinage et à la notion de produits du jardin.

« L’outil en main »

Menuisier, ébéniste, électricien, pâtissier, paysagiste… Tous ces gens de métier ont décidé de transmettre leur savoir-faire et leur expérience à des enfants de 9 à 14 ans, pour leur montrer les gestes et la richesse des métiers manuels. Dans un local de la commune de Riaillé qui permet d’accueillir toutes ces activités, les adolescents viendront chaque mercredi pour pratiquer un vaste éventail d’exercices et éventuellement choisir une filière et une profession à leur convenance.

« Ce que vous représentez va à contre-courant de ce grand mouvement de repli individualiste, du chacun pour soi. Ici, vous êtes des modèles. Pour ma part, je suis beaucoup plus simplement un « reformulateur », un colporteur, une éponge qui absorbe ce que vous produisez et qui le restitue en essayant de mettre un peu de lien entre des actions dispersées sur les territoires »

Voir la suite du texte