Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Législatives > Le député en immersion

Le député en immersion

Ecrit le 15 juillet 2015

  Le député en immersion

Les 22 et 23 juillet prochains, Yves Daniel, député de Loire Atlantique, effectuera, via le Réseau Entreprendre®, un stage d’immersion en entreprise. Il partagera le quotidien d’entrepreneur d’Olivier Bou-chaud, dirigeant de l’entreprise Broyage Plastiques de l’Ouest et membre du Réseau Entreprendre® Atlantique qui met en place cette démarche afin de favoriser la rencontre entre les parlementaires et les entrepreneurs engagés dans la création d’emplois sur leurs territoires.

Yves DANIEL, déjà très investi dans le monde économique agricole, aussi bien au sein des réseau MFR (Maisons Familiales Rurales) que dans son GAEC à Mouais, a voulu aller au-devant des entrepreneurs qui font l’économie locale pour les écouter et partager les points de vue. Au cours de ces deux jours, le Député visitera la société puceuloise et rencontrera plus spécifiquement les salariés pour échanger sur le quotidien de l’entreprise, l’accueil des clients ou encore comprendre les problématiques comptables liées à l’entreprise.

Le fruit de ces rencontres   constituera une base solide aux futurs travaux parlementaires sur des sujets aussi variés que l’emploi, la croissance, l’activité économique ou encore la santé, notamment en milieu rural. De même, il servira à alimenter les réflexions de la Commission des Affaires Economiques dont Yves DANIEL est membre.


Ecrit le 15 juillet 2015

 Défense de l’élevage

Une trentaine de tracteurs se sont rendus tôt le 10 juillet devant l’hypermarché Leclerc à Châteaubriant pour protester contre les tarifs de la grande distribution. Yves Daniel déclare : « La période actuelle est particulièrement critique pour les éleveurs français. Un constat que je ne peux que confirmer, étant moi-même éleveur de porcs bio. Réforme de la PAC, effets de l’embargo russe, fin des quotas laitiers… les difficultés s’accumulent avec, pour conséquences, des pertes de revenus importantes et constatées pour toutes les productions. Il serait faux de dire que le gouvernement n’agit pas. Ces dernières semaines, le ministre de l’Agriculture a mis tous les acteurs de la filière viande autour de la table et les discussions ont permis une remontée des prix payés aux producteurs de viande bovine et porcine. De même, la filière laitière a été entendue pour tenter de trouver, ensemble, des solutions pour l’après-quotas. Enfin, la P.A.C. fait toujours l’objet d’ajustements techniques pour ne pas trop pénaliser les agriculteurs à l’occasion de l’application des nouvelles règles. Pour autant, les inquiétudes demeurent et c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité interpeller le Ministre, mercredi 1er juillet lors de la séance de questions au gouvernement, lui demandant que les décisions prises collectivement s’appliquent sans délai, afin que les éleveurs puissent retrouver des conditions de production dignes et un prix de vente leur permettant de vivre de leur métier ».