Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 15 juillet 2015

Mée-disances du 15 juillet 2015

Ecrit le 15 juillet 2015

 Fausses fiches de paie

 
leMonde.fr du 07/07 : « Déçu de votre fiche de paie ? Créez-la vous-même ! » A peine mis en ligne, jeudi 25 juin, le succès du site Internet Karotpay. com a été immédiat : 4 000 demandes, en quelques jours, pour obtenir une fiche de paie fictive, au salaire souhaité. L’inter-naute n’a qu’à entrer ses coordonnées, celles de son employeur, opter pour un statut (cadre ou non cadre), préciser son ancienneté, indiquer la rémunération nette convoitée, puis, après s’être acquitté de 19,90 euros HT   (23,90 euros TTC), imprimer le document. Les concepteurs du site, dont un spécialiste du droit social, ont même prévu la prise en compte d’une quinzaine de conventions collectives, avec leurs taux de cotisations particuliers.
 
Pourquoi un tel service ? « C’est récréatif », assure le fondateur du site qui, à l’issue de ses études à HEC, a choisi l’entrepre-neuriat plutôt que de rejoindre un cabinet d’audit ou un grand groupe qui lui auraient procuré une fiche de paie digne de ce nom. Fatigué que chaque repas de famille se termine par la lancinante question « quand vas—tu faire un travail sérieux ? », il a eu l’idée d’y répondre avec malice.

Mais Karotpay réfute tout encouragement à frauder. « On a le droit de s’offrir un petit papier avec un salaire astronomique, ça fait plaisir. Il faut, bien sûr, en faire un usage strictement personnel », rappelle le site, dont la page d’accueil suggère pour-tant des utilisations moins récréatives. Ainsi la photo d’un jeune couple qui signe un document est titrée « Pour gagner du crédit », celle d’un appartement vaste et lumineux illustre le slogan « Pour se sentir indépendant » et une photo de deux retraités atteste que c’est commode « pour plaire aux beaux-parents ». L’invite est claire : ledit « bout de papier » peut vous aider à obtenir un prêt, un appartement, voire la bénédiction des parents (un peu naïfs) de la future mariée…
 
Les gérants d’immeubles constatent que les fausses fiches de paie et les feuilles d’impôts falsifiées prolifèrent désormais dans les dossiers des candidats locataires, qui ne peuvent pas toujours répondre aux demandes drastiques des bailleurs.

 Agents barbus et tatoués

 
lefigaro.fr du 09/07 : C’est une petite révolution pour les gardiens de la paix. Les agents de la police nationale peuvent désormais porter la barbe ou arborer des tatouages. Cet événement marque la fin d’un point de règlement datant de 1974 qui les en empêchait. Depuis cette date, le look des policiers était étroitement encadré. Après deux années d’âpres négociations, le syndicat Force ouvrière a annoncé avoir obtenu ce droit le 17 juin dernier. Jusqu’à présent le règlement général de la police nationale (RGPN) autorisait les ’’moustaches bien taillées’’ et dans certains cas la barbe si un certificat médical prouvait que la personne en avait « besoin ». Force ouvrière précise que ces négociations découlaient ’’d’une forte demande du terrain’’.

Les médecins chargés de recruter les futurs gardiens de la paix dénombrent chaque année de plus en plus de candidats portant une barbe, un piercing ou des tatouages. Il était donc important de suivre cette évolution. ’’Si on veut une police au plus près de la population, il faut s’adapter aux évolutions de la société et rénover le règlement qui date de 1974’’, explique Yves Lefebvre, secrétaire national du syndicat, chargé des conditions de travail.
 
Certaines conditions sont encore à respecter : ’’Les tatouages ne doivent pas avoir de caractère raciste, politique, religieux, xénophobe…. Quant à la barbe, elle doit être soignée et compatible avec le port d’équipements’’.

 Humour

le Canard enchaîné du 07/07 : c’est donc Sarkozy qui a obtenu cette année le prix de l’humour politique. Ni pour sa vanne (sic) sur les migrants et les fuites d’eau, ni sur les cravates de Macron, ni pour « Moi je », le surnom dont il affuble Hollande. Non, Sarko a fait encore plus drôle. Il a dit : « pour désespérer de François Bayrou, encore faudrait-il que j’aie un jour placé de l’espoir en lui. »

Marrant, non ?… Non, ont trouvé les spectateurs à la remise du prix : il n’y a pas eu un applaudissement dans la salle. Non, a jugé un expert internationalement reconnu, le député LR André Santini : « Si Sarkozy avait de l’humour, ça se saurait ! Il en est incapable ; il est complètement premier degré. »

 Un humanisme pénal

leFigaro.fr du 09/07 : La ministre de la Justice Christiane Taubira a réaffirmé, dans un entretien à paraître dans le bimensuel Society, son désir de ’’créer les conditions pour que le condamné revienne dans la société’’. Elle avait déjà confié, en avril dernier, son désir de voir la gauche proposer plus ’’d’idéal et d’utopie’’. […] « Nous devons d’urgence renouveler le discours de la gauche. (...) Il faut que les gens réapprennent à se parler parce que, dans ce pays, on ne se parle plus », déplore-t-elle. « J’assume et revendique un humanisme pénal, qui s’inscrit dans l’histoire du projet pénal républicain, parce qu’on ne réduit pas une personne à un acte ; si la peine n’est pas juste et adaptée, il faut l’adapter ».
 
C.Taubira ajoute : « On passe des tas de choses aux corrompus, aux voleurs d’argent public, aux évadés fiscaux, mais aux jeunes, rien ! Une incivilité, un regard, une parole déplacée, une faute, une erreur : on ne passe rien », regrette la ministre de la Justice, selon qui l’on est « aujourd’hui, dans ce pays, impitoyable avec la jeunesse », fustigeant la « politique sécuritaire de la droite pendant dix ans qui a fait des dégâts considérables ». Et la garde de Sceaux, cible préférée de l’opposition qui la taxe de laxisme aussi souvent que possible, de préciser qu’elle « ne plaide pas pour l’impunité ». « Un délit doit être sanctionné », souligne-t-elle, ajoutant cependant vouloir que les condamnations aient « un sens » et s’inscrivent dans « la logique des peines strictement nécessaires ».

Ndlr : Tout cela ne plaît pas à la Droite. Mais celle-ci, généralement très catholique, a-t-elle prêté attention au dernier voyage du Pape ?

 Le pape en prison

Lapresse.ca du 10/07 : Le Pape François a défendu la ’’réinsertion dans la société’’ en visitant la prison de Palmasola, la plus surpeuplée et violente de Bolivie, avant-dernière étape de son voyage en Amérique latine. Le souverain pontife de 78 ans, premier pape jésuite et latino-américain de l’Histoire, avait demandé spécifiquement à visiter ce centre pénitentiaire, tristement célèbre en Amérique du Sud par sa dangerosité.

Ce pénitencier de 4000 prisonniers fut le théâtre en août 2013 d’une mutinerie interne se soldant par 31 victimes, dont des enfants. Des enfants parce que certains quartiers de ce centre - dont la zone PS 4 visitée par François - ont la particularité d’accueillir des familles de détenus. Ils peuvent même y vivre. A condition de payer, toutefois... Autrement le lot commun est de dormir, selon un témoin, à « quarante par pièce ».

« Il y a beaucoup d’éléments qui jouent contre vous dans cet endroit, je le sais bien : la surpopulation, les lenteurs de la justice, l’absence d’occupation et de réadaptation professionnelle, la vio-lence ... », a-t-il reconnu devant les prisonniers ajoutant que la ’’réclusion’’ ne signifie pas’’exclusion’’.et encourageant les prisonniers à « lutter pour aller de l’avant ».