Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Commerce-artisanat > Le projet Rubis Rétail Park

Le projet Rubis Rétail Park

Ecrit le 2 septembre 2015

Le projet « Rubis », porté par la Sarl Rubis d’Aizenay (Vendée), concerne un terrain de 45 835 m2 situé à proximité du Carrefour de la Ville en Bois à Châteaubriant entre la rue du Général Patton (Route de St Nazaire) et la Rue du Président Kennedy (Route d’Issé).

Répartition des surfaces
Catégories Actuel Futur
Espaces verts 10 460 m2 7 921 m2
Bâtiments 4 963 m2 20 892 m2
Voiries, chemins 30 412 m2 17 022 m2

Pour la beauté des mots, signalons que le projet se situe sur un terrain sédimentaire d’origine détritique composé de grès et datant du paléozoïque ! Ce terrain dépend en partie du bassin versant de La Chère (affluent de la Vilaine) et en partie du bassin versant de l’Etang du Chêne au Borgne, donc du Cône qui se jette dans Le Don, lui aussi affluent de la Vilaine. Le débit d’eau après réalisation du projet sera supérieur au débit actuel du fait de l’imperméabilisation des surfaces. Il y aura donc un ouvrage permettant de traiter les eaux pluviales avant rejet dans le réseau eaux-pluviales communal : un ouvrage de rétention comportera une cloison syphoïde. Les produits qu’elle collectera seront éliminés par une société de vidange agréée.

Dans l’immédiat, un centre commercial de 13 631 m2 sera aménagé. Le reste du terrain sera en attente. Et pour être moderne, ce centre commercial est désigné par l’expression anglaise « Retail Park » (ça fait plus mieux !). Il y aura

  • un magasin de bricolage (Espace Emeraude) de 5372 m2,
  • une jardinerie VillaVerde de 4109 m2,
  • une cellule « Equipement de la maison » (1500 m2)
  • et 4 cellules « Equipement de la personne » (de 250, 400, 1000 et 1000 m2).

Le notaire Alain Hunault, chargé d’établir un contrat de vente par la Sarl Financière Patton (Richard Tachet), a écrit au maire Hunault Alain pour lui demander s’il veut exercer son droit de préemption urbain. Non non, il ne veut pas.

Un recours contre ce projet Rubis a été déposé, notamment par le propriétaire de l’ancien magasin Weldom, il a été rejeté le 16 juillet dernier par la CDAC (commission départementale d’aménagement commercial) qui, après avoir entendu Arnaud Laverne, adjoint au maire, a déclaré que : « le projet améliorera le confort d’achat des consommateurs en leur proposant des locaux plus modernes, le regroupement sous un même toit d’activités complémentaires, l’offre de nouveaux services, d’enseignes nouvelles sur le bassin de vie dont les besoins en surface de vente ne permettent pas une implantation en centre-ville. Le pétitionnaire justifie par ailleurs d’échanges, en vue d’un rapprochement, avec l’association de commerçants Cœur de Ville ».

Notons que l’entrée principale se situera juste sur le rond-point conduisant au Centre Leclerc. La zone commerciale, dans sa globalité, sera sûrement attractive.

Signé : BP