Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Familles > Conseils pour faire un bon délinquant

Conseils pour faire un bon délinquant

Écrit le 16 septembre 2015

Une mère de famille nous envoie les indications suivantes, concernant l’éducation d’un enfant :

1- Dès l’enfance, donnez-lui tout ce qu’il désire. Il grandira ainsi en pensant que le monde entier lui doit tout.
A la maison, qu’il n’ait qu’à se mettre les pieds sous la table : plus tard il pensera que la femme est à son service.

2- De grâce, n’exigez pas qu’il dise « Bonjour, S’il te plaît, Merci »
Ce sont des mots trop démodés.

3- Que tous ses désirs soient satisfaits : nourriture, boisson, confort, drogue éventuellement ; sinon il serait « frustré ».

4- Ramassez ce qu’il laisse traîner. Ainsi il sera sûr que ce sont toujours les autres qui sont responsables.

5- S’il dit des grossièretés, riez. Il se croira malin.
Il prendra confiance en lui

6- Ne lui dites jamais : « c’est mal ! » il pourrait faire un complexe d’infériorité. Et plus tard, quand il sera réprimandé pour quelque incivilité, il sera persuadé que c’est la société qui le persécute.

7- Laissez-lui lire n’importe quoi sans contrôler. Stérilisez sa vaisselle, mais laissez-le se nourrir d’ordures.

8- Donnez-lui tout l’argent qu’il réclame. Qu’il n’ait pas à le gagner. Il serait dommage qu’il ait les mêmes difficultés que vous.

9- Prenez toujours son parti. Les professeurs lui en veulent à ce pauvre petit ! Exigez que les punitions soient levées. Dans peu de temps, il sera convaincu de son impunité et de son pouvoir sur vous.

10- Dans la rue, il a agressé un jeune élève ? Dites-vous que la vraie responsable, c’est la société. Ainsi il ne sera pas traumatisé par un sentiment de culpabilité.

11- S’il veut sortir le soir jusque tard dans la nuit, laissez-le faire. Demain il dormira dans la journée.

12- Si dans le quartier vous voyez une bande de jeunes ressemblant à votre fils, soyez effrayé et changez de trottoir. Qu’ils sachent qu’on les craint, qu’ils ont tous les droits.

13- A la maison, si votre fils vous menace, surtout ne répondez pas ! Baissez les yeux, sinon il comprendrait qu’il n’est pas encore le plus fort et il pourrait devenir violent.

14- En dernier recours, appelez la police. D’avance elle sait pourquoi elle doit intervenir chez vous.

15- Préparez-vous à une vie de douleur : vous l’aurez !