Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Brèves de Borgone > Borgone a l’oeil - 2015

Borgone a l’oeil - 2015

Ecrit le 16 septembre 2015

Notre ami Alain Borgone se promène en ville et il a l’oeil !

 Stationnement :

« Piéton contrarié (je marche difficilement avec une canne anglaise) j’apprécie vivement les efforts faits par des commerçants et des services publics pour rendre plus aisé leur accès aux personnes
handicapées. J’apprécie aussi les incita-tions de la Mairie de Châteaubriant à mettre aux normes prévues par la loi les établissements recevant du public.

Un office notarial bien connu semble pourtant ne pas avoir compris le message : on n’y entrerait pas en fauteuil roulant ... »

 Correction

(photo : A.Borgone)

A la fin du mois de juin, rue Alphonse Daudet, le stationnement a été interdit face aux n°11,13 et 15. Pour ce faire le trottoir a été peint de pointillés jaune vif. Une peinture de belle qualité en quantité suffisante, semble-t-il ... Quelques temps plus tard le côté de la bordure a été peint en noir ! Les coulures sont donc masquées. On ne manque pas de peinture à Châteaubriant.

 Bovidés

NIMBY est un acronyme : Not In My Back Yard (pas dans mon arrière cour). On parle de nimbysme quand on se dit pour une réalisation mais ... pas chez soi !

Une rave-party a été organisée fin juin à Rougé. Une voisine s’est déclarée ’pour ’ mais elle a craint de stresser les veaux qu’elle élève. Pauvres jeunes bovidés, s’ils savaient ce qu’ils mangent et pourquoi on leur fait manger, ils stresseraient bien davantage.

 Péché ?

(Photo A.Borgone)

Pêche interdite ...

Ecrit le 30 septembre 2015

 Un Borgone à l’oeil

VW - A propos de l’affaire Volkswagen, il serait bon de parler de ce citoyen de Virginie, qui, découvrant le pot aux roses, a pris le risque de le révéler. Nombreuses sont les entreprises présentant des dangers pour l’homme ou pour son environnement et où se pratique l’OMERTA complice. Bien peu nombreux sont les lanceurs d’alerte.

Simple citoyen ou scientifique travaillant dans le domaine public ou privé, le lanceur d’alerte se trouve à un moment donné, confronté à un fait pouvant constituer un danger pour l’homme ou son environnement, et décide dès lors de porter ce fait au regard de la société civile et des pouvoirs publics. Malheureusement, le temps que le risque soit publiquement reconnu et s’il est effectivement pris en compte, il est souvent trop tard. Les conséquences pour le lanceur d’alerte, qui agit à titre individuel parce qu’il n’existe pas à l’heure actuelle en France de dispositif de traitement des alertes, peuvent être graves : du licenciement jusqu’à la « mise au placard », il se retrouve directement exposé aux représailles dans un système hiérarchique qui ne le soutient pas car souvent subordonné à des intérêts financiers ou politiques. 

Papon - Chez « Volkswagen das gruge », les licenciements, avec ou sans indemnités scandaleuses, ne feront que masquer la réalité du problème. En effet, sans la complicité de centaines et même, compte tenu de la taille du groupe, de milliers de travailleurs, parfois pas très bien payés,une telle arnaque n’aurait pu se mettre en place.Ils nous diront :« on avait des ordres ». C’est ce que disait Papon.

Signé : A.Borgone

Ecrit le 20 janvier 2016

 Trop ...isme

Quand il y a des médailles, il y a toujours des élus municipaux dans le coin et, devinez !, on les retrouve toujours sur les photos. Ils sont en effet affectés, les pauvres, d’un tropisme particuler les incitant, sûrement à l’insu de leur plein gré, à se déplacer et à s’orienter vers tout ce qui peut montrer au grand public que ’’ils’’ sont là ! Une façon de profiter, à moindre coût, de ceux qui sont mis en honneur !

Signé : BP