Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 23 septembre 2015

Mée-disances du 23 septembre 2015

Ecrit le 23 septembre 2015

 Les poissons en chute

La Tribune.fr du 16/09 : l’ONG environnementale WWF évalue à 49% la régression des populations d’animaux marins entre 1970 et 2012, et jusqu’à 79% pour certaines espèces. La surpêche, les industries extractives et l’aménagement du littoral, ainsi que la pollution et les émissions de gaz à effet de serre produisent des effets dévastateurs sur la faune marine. Les populations d’animaux marins (mammifères, oiseaux, reptiles et pois-sons) ont chuté de moitié depuis 1970, d’après l’observation de 5.829 populations appartenant à 1.234 espèces.
 
L’ampleur de l’hécatombe dépend des régions. Le recul est notamment particulièrement poussé dans les milieux tropical et subtropical. Les récifs coralliens sont particulièrement menacés par les effets du réchauffement climatique, au point qu’ils pourraient complètement disparaître avant 2050. Une « extinction catastrophique, aux conséquences dramatiques sur les communautés »’ : les récifs coralliens hébergent plus de 25% des espèces marines et fournissent des services économiques, sociaux et culturels à 850 millions de personnes.
 
La Méditerranée est également largement surexploitée. Environ 1,5 million de tonnes de poissons sont prélevées chaque année et 89% des stocks sont épuisés dans celle qui constitue l’une des plus anciennes zones de pêche du monde. La famille du thon et du maquereau, poissons très prisés par les consommateurs, enregistre à elle toute seule un recul de 74% de ses effectifs.
 
L’effondrement des écosystèmes océaniques risque ainsi de déclencher « une grave crise économique », souligne le directeur général de WWF. Malheureuse-ment, « les engagements internationaux existants sont très loin de suffire à éviter des niveaux de réchauffement et d’acidification jugés désastreux pour les systèmes océaniques », souligne l’ONG. Elle attend toutefois la COP 21 : « Les décisions prises lors de la conférence mondiale pour le climat à Paris dans quelques semaines auront un impact décisif sur l’avenir des océans », estime WWF.

 Attentat contre le pape

 
Ouest-France du 15/09 : La police a annoncé l’arrestation d’un jeune, suspecté d’avoir planifié un attentat lors de la prochaine visite d’un haut dignitaire étranger, identifié comme le pape François. Ce mineur interpellé à Philadelphie « s’inspirait du groupe État islamique (EI) et cherchait à perpétrer une attaque élaborée sur le sol national », ont précisé de façon conjointe le FBI et le ministère américain de la Sécurité intérieure. 
 
Cet attentat projeté « impliquait plusieurs assaillants, des armes à feu, divers explosifs, et visait un dignitaire étranger, à l’occasion d’un événement de très haut niveau », a précisé ce communiqué. Le jeune de 15 ans s’est procuré des méthodes de fabrication d’explosifs et les a diffusées sur Internet. Cette affaire illustre la « vulnérabilité » d’une petite partie de la jeunesse américaine, perméable aux thèses du groupe État islamique. 
 
Des sources consultées par la chaîne de télévision ABC News ont cependant tempéré la dangerosité du mineur, en notant que sa santé mentale était source d’interrogations et que la menace qu’il posait n’était pas imminente, relevant plus de l’intention que de l’action. 
 
Le premier déplacement du pape François aux États-Unis, du 22 au 27 septembre, représente un défi sans précédent en matière de sécurité pour les autorités américaines. Il fera étape à Washington, New York et Philadelphie, et attirera des millions de fidèles lors de divers événements, dont plusieurs en plein air. 

 Bodyguard

 
Le Figaro.fr du 17/09 : Le garde du corps, un danger pour le couple de William et Kate ? Pour le prince Charles, la menace semble bien réelle. Il aurait en effet demandé à ce que la garde rapprochée de la duchesse de Cambridge soit exclusivement féminine. « Dès le début, quand Kate s’est fiancée, Charles a fait cette demande, précisant qu’il ne voulait pas risquer qu’elle se compromette d’une quelconque manière », précisait un ancien membre de Scotland Yard.
 
Depuis ses fiançailles avec William en 2010, deux femmes se succèdent à tour de rôle pour veiller à la protection de Kate Middleton. Ses enfants sont eux aussi étroitement surveillés par une femme armée qui les accompagne même lorsque l’on change leurs langes. 
 
Si le prince Charles est si prévoyant, c’est peut-être à cause du souvenir de la prétendue liaison entre la princesse Diana et l’homme chargé de sa protection. La relation entre Barry Makanee et feu la princesse de Galles a fait couler beaucoup d’encre. Dans une vidéo dévoilée en 2004, Diana avouait qu’elle était « profondément amoureuse » d’un homme qui travaillait au palais. En 1986, l’homme de l’ombre avait même été congédié à cause de cette proximité gênante. Un an plus tard, il décédait dans un accident de moto. La mère de William et Harry a toujours été convaincue qu’il s’agissait d’un assassinat. Le prince Charles aurait-il craint de voir l’histoire se répéter avec sa belle-fille ? […]

 Pèlerinage à la Mecque

 
Les Échos du 18/09 : C’est l’un des cinq piliers de l’Islam, mais surtout un événement hors-normes organisé chaque année par l’Arabie Saoudite. Le hajj a été marqué cette année, avant même qu’il ne commence, par la chute d’une grue gigantesque sur la Grande mosquée de la ville sainte, qui a fait au moins 107 morts et près de 400 blessés le 11 septembre. L’accident, provoqué par des vents violents et des négligences imputées à l’entreprise de construction BinLaden Group, n’aura pas d’incidence sur le déroulement du pèlerinage, assurent toutefois les autorités.

Il s’agit du premier pèlerinage du roi Salmane, intronisé en janvier après le décès de son demi-frère Abdallah. Le souverain saoudien, qui porte le titre de serviteur des deux mosquées saintes de l’Islam (La Mecque et Médine), a ordonné des sanctions contre BinLaden Group, en charge du projet d’extension à La Mecque, pour sa part de responsabilité dans l’accident .
 
Quelque 1.4 million de pèlerins sont attendus de l’étranger pour cet événement que tout fidèle est supposé, s’il en a les moyens, effectuer une fois dans sa vie. Ils seront rejoints par des centaines de milliers de Saoudiens et d’étrangers vivant dans le pays, portant le nombre de fidèles sur place à 2 millions de personnes. […]
 
Si le pèlerinage exige une attention de tous les instants pour l’Arabie saoudite, c’est parce qu’il s’agit pour elle d’une affaire de gros sous, en plus d’être un événement sacré. Chaque année, le haij rapporterait environ 17 milliards d’euros au royaume.
 
Le pays s’est lancé dans une politique de grands travaux au début des années 2000. Outre de nouvelles routes pour fluidifier la circulation, un complexe de gratte-ciel dominé par une tour de 601 mètres, abritant un hôtel et surmontée d’une horloge six fois plus grande que celle de Big Ben à Londres a vu le jour. Ainsi la Grande mosquée de la ville (Masjid al-Haram), où les fidèles affluent autour de la pierre noire (Kaaba), verra-t-elle sa superficie doubler d’ici 2020, passant de 200 000 à 400 000 mètres carrés.
 
Les autorités ont pour projet de bâtir le plus grand hôtel du monde. Coût estimé : environ 3 milliards d’euros. Il comptera 10 000 chambres, 70 restaurants, un dôme gigantesque, quatre héliports et cinq étages rien que pour la famille royale !
De quoi donner renforcer l’attractivité de la Mecque auprès des touristes, même si ces travaux pharaoniques risquent de donner à la ville des faux-airs de Las Vegas, déplorent les critiques.