Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Promenades littéraires

Promenades littéraires

Page 501
(écrit en juillet 2001)
Voir Office de Tourisme

Vous prendrez bien un vers ?

Soudain, dans la rue, une femme se mit à crier : « Sortez les étendards et décorez vos balcons. Le prince est dans la ville ! »

« Les entrées royales ou princières donnaient lieu à une véritable mise en scène, au point d’être un spectacle pittoresque et une solennité grandiose, de s’apparenter à des rites d’action de grâce, à des gestes de soumission, de bonne entente et de fidélité au roi ou au prince. C’était l’occasion de faire la toilette de la rue, de convaincre les plus récalcitrants de débarrasser le devant de leur porte, de balayer ou même d’étayer quelques façades ».

Cet été 2001 la vieille ville de Châteaubriant connut aussi une véritable mise en scène. De la petite rue des remparts sortirent des laveuses, avec leur carrosse et leur bât-drap pour s’en aller laver leur linge dans la Torche. A l’ancien café Laumaillé, les temps se mélangèrent sans souci de la chronologie des ans, pour faire se rencontrer le sénéchal de Châteaubriant, M. Maujouan du Gasset (1779), et le maire Béchu du Moulin Roul qui fit percer la « rue Municipale » près d’un siècle plus tard. Dans la foule passait, indifférent et nonchalant, un allumeur de réverbère et dans les yeux des spectateurs s’allumaient le plaisir et l’humour.

D’une porte, d’une fenêtre, d’un balcon, apparurent Sophie Trébuchet et l’abbé Langevin, François Villon et Madame de Sévigné. Vous regardiez à droite : un personnage sortait à gauche, ou dans votre dos ! Quatre sans culottes vous offrirent une bolée de cidre à la taverne, un Jacobin enflamma la foule des révolutionnaires pour que Châteaubriant s’appelle désormais « Montagne sur Chère ».

« Comment ne pas perdre la tête, serré dans ces bras audacieux, car on croit toujours, aux serments d’amour, quand ils sont dits avec les yeux (...) Je reste brisée, sans volonté, sous ses baisers » : la foule reprit en chœur le refrain de la marchande de goualante tandis que les maquignons évoquèrent le marché aux bestiaux, le marché aux chevaux, et celui des gorets (des p’tits monsieurs, sauf le respect que je vous dois).

Belle rose, joli cœur
Amour en cage et martingale ...

Sur des textes d’Yves Cosson, Geneviève Dormann, Clément Marot, François René de Chateaubriant, René Guy Cadou, avec l’aide des historiens Joseph Chapron, Charles Goudé, Jean-Pierre Leguay et Jean-Claude Meuret, l’Office de Tourisme   de Châteaubriant et le Théâtre Messidor (Alexis Chevalier) ont animé ces promenades littéraires avec une quarantaine de comédiens et figurants costumés.


Ecrit le 23 juin 2004 :

La Renaissance

Pour la cinquième année, Châteaubriant organise ses « promenades littéraires ». Ce qui n’était naguère qu’une visite guidée animée est devenu, au fil des années, un véritable spectacle. La foule des spectateurs a obligé les organisateurs à aménager scènes et lieux pour offrir un meilleur confort. « Ce sera fastueux » dit-on.

Cette année donc, il y aura trois lieux, trois scènes, avec des « histoires » indépendantes autour du même thème : la Renaissance.

Première scène : en face de la façade renaissance du Château de Françoise de Foix. François 1er, lors de la Guerre d’Italie, a découvert un style nouveau, une grande avancée des arts. Ceux qui l’accompagnent bénéficient de cet enrichissement. Jean de Laval lance la construction du château neuf. Quelques années plus tard, la Cour de France se déplace à Châteaubriant ....

Deuxième scène : place Barbotin. Evocation du peuple et de tous les bouleversements liés à la découverte de l’imprimerie, au Protestantisme et à la diffusion de l’écrit.

Troisième scène : au Bout du Monde. Evocation de la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, et d’une nouvelle façon de penser le monde après la découverte de Copernic (double révolution de la Terre sur elle-même et autour du Soleil).

Avec l’Office de Tourisme   et le Théâtre Messidor, le fou et Dame Renaissance sont convoqués, ainsi que la Réforme. Il y aura les grands personnages de l’histoire de Châteaubriant, mais aussi les clients d’une taverne, les Conquistadores, un tournoi, les poètes François Villon et Clément Marot. Cent-cinquante-deux acteurs et figurants, avec des costumes de qualité et de bonnes conditions pour le public (chaises, éclairage) (et même un résumé en anglais pour les touristes étrangers).

1er et 2 juillet 20h30-5-6, et 26-27 août à 20 h ; Prix des places : 8 €. (macarons de contrôle). Les réservations peuvent se faire dès maintenant à l’Office de Tourisme   - 02 40 28 20 90


Ecrit le 11 août 2004 :

Dame renaissance et messire le fou

Il ne reste que deux séances, les 26 et 27 août 2004 pour participer aux Promenades littéraires de Châteaubriant. Cent cinquante quatre acteurs vous invitent à un circuit, du Château au Bout du Monde, à la période de la Renaissance. Dame Renaissance et Messire le Fou ont invité des personnages de l’histoire de Châteaubriant (Françoise de Dinan, Jean de Laval, François 1er, Françoise de Foix), des poètes (François Villon et Clément Marot), des seigneurs et des gueux. On chante, on danse, on s’esbaudit au spectacle de quelque fabliau, avant de rejoindre, sous les grands arbres du Bout du Monde, les Incas, les Mayas, les Aztèques et tous les peuples massacrés par les Conquistadores qui s’en allèrent découvrir et ramasser l’or du Pérou et convertir « au vrai Dieu », souvent par la mort, les peuples de ce qui s’appellera l’Amérique. La scène est poignante, on se prend à déplorer la disparition de riches civilisations et ce ne sont pas les dénonciations courageuses d’un Bartholomé de Las Casas qui peuvent racheter les exactions des soudards. L’histoire se termine avec Copernic, mort la même année que Jean de Laval, 1543, découvreur du mouvement des planètes tournant sur elles-mêmes et autour du soleil.

Une vaste fresque fort agréable à regarder, jouée avec conviction dans le cadre enchanteur du château . Renseignements : 02 40 28 20 90

Autres articles : utiliser le moteur de recherche en tapant les mots : Théâtre Messidor, Office de Tourisme  


Ecrit le 6 avril 2005 :

 Promenades au fil de l’eau

Elles devaient s’appeler « Promenades crépusculaires » mais le maire a eu peur d’un mot pouvant faire penser à un possible échec aux municipales de 2007. Nous aurons donc des « Promenades au fil de l’eau ». Un char-vasque, avec nymphes et naïades, quittera le château, amenant les spectateurs au bord de la Chère, non loin du lavoir des racontars. Il rappellera que l’eau se fait rare, que l’eau sera l’or de demain.

A la Prairie des Lilas, le spectacle évoquera les premiers habitants de Châteaubriant, au bord de la rivière, du gué qui permettait de traverser la Chère. Puis les spectateurs seront conduits au bord de l’étang de la Torche. Histoire d’eaux, et de métiers liés à l’eau : forgeron, tanneur, laveuse, porteur d’eau. Le char sera en quelque sorte un « chariot de Thespis »

Thespis est le premier homme de théâtre
qui est resté dans l’histoire.
Il se produisait à Athènes sur son chariot en 560 avant J.-C.
Auteur de ses spectacles, il a été le premier à introduire un masque humain,
au lieu des masques religieux désignant un dieu.
C’est dans ce passage des dieux aux hommes, du religieux au séculaire,
qu’il faut voir la vraie naissance du théâtre (note encyclopédie)

Puis le spectacle se poursuivra derrière la mairie, autour des thèmes environnementaux, avec l’histoire du jongleur de Dario Fo. Alexis Chevalier et le théâtre Messidor ont souhaité libérer la parole, donner vie aux pêcheurs d’histoires, associer tous ceux qui souhaitent jouer ensemble. Réunion de distribution des rôles : 12 avril. Tél 02 40 81 02 81


Ecrit le 29 juin 2005 :

 Promenade estivale 2005

Après « Trois Dames et un château », après cinq ans de « Promenades littéraires », les écrits des poètes et romanciers qui concernent Châteaubriant sont épuisés. Mais il reste une centaine de personnes qui ont envie de conjuguer le plaisir du théâtre et l’animation de la ville.

Voici donc « les promenades estivales au fil de l’eau », Au pied du château, Thespis, le premier comédien grec inventeur du théâtre ambulant, accompagné de Gaïa, la déesse de la Terre, va mener les spectateurs à la découverte de l’eau.

Le char traîné par deux juments, conduira Thespis, Gaïa, les Nymphes, les Naïades et les Ondines jusqu’à la Prairie des Lilas, auprès du Lavoir des Racontars, pour le rendez-vous mythologique de l’eau et de la terre.

Après l’apparition lointaine et nue d’Adam et Eve, arriveront les Celtes de la Tribu de Dana, puis les Druides et le chaudron magique, le roi Arthur et la Dame du Lac. La vouivre elle-même s’invitera au spectacle.

Du côté du « Pont de Choaicheux », les spectateurs rencontreront « le Jongleur » de Dario Fo, rappel d’un temps où les hommes étaient divisés en seigneurs et pauvres gens. Les seigneurs avaient les prêtres et les notaires dans leurs poches, et puis surtout ils avaient des gens d’armes. Les pauvres gens, eux, avaient leurs mains pour travailler et leur front pour transpirer. Et puis un de ces vilains, à force

de sueur et d’eau, transforme une terre aride en un petit paradis ... que le seigneur lui envie, que le seigneur lui détruit. C’est alors qu’un magicien passe et lui délie la lanque « pour aller sur les places et partout, raconter son histoire et dénoncer les seigneurs et tous ceux qui volent la terre et la liberté des autres »

Au long de la Torche commenceront alors, comme un film-souvenir, 1000 ans d’histoire de Châteaubriant, les laveuses et Françoise de Foix, Brient 1er et Jean de Laval, les poissonniers condamnés à sauter dans l’étang, les Peigneurs de laine et les « petites dames » venant le matin pour une opération hygiénique.

Pêcheurs de grenouille, pompiers., tailleurs de pierres et familles en congés payés, s’y rencontreront.

L’eau, l’eau ... l’eau des tanneries, l’eau de la fonderie, l’eau des moulins à grain, l’eau des moulins à foulons ....

Fin de balade sur la place Ernest Bréant, entre les deux bras de la Chère, pour un rendez-vous avec le Seigneur des Sources, celui qui est responsable de toute l’eau de la terre, des sources, des puits, des fontaines, des cascades, des ruisseaux, des torrents...

Promenade

Produit et coordonné par l’Office de Tourisme  , écrit et mis en scène par le Théâtre Messidor, ce spectacle aura lieu les 7 et 21 juillet, 4 et 25 août, avec 120 comédiens, 9 chevaux et cavaliers, Le centre International de l’eau a participé à l’écriture en donnant deux idées-force :
– l’eau, dans l’univers, est plus rare que l’or
– l’eau a toujours la même densité qu’à l’origine. Aucune goutte ne se perd, l’eau se transforme, se salit, s’épure, s’évapore et retombe en pluie. Il faut être très respectueux face à cette eau dont le cycle est perturbé et qui, peut-être, va manquer pour nos enfants.

Prix des places : 5 €. Billetterie déjà ouverte à l’Office de Tourisme  . Pas plus de 500 visiteurs par soirée. 02 40 28 20 90


Ecrit le 13 juillet 2005 :

Clins d’œil d’amateurs

Du 4 au 30 juillet, puis du 1er au 30 septembre, l’Office de Tourisme   de Châteaubriant présente une collection de photos d’amateurs qui montrent Châteaubriant sous ses aspects insolites et magnifiques. A la Maison de l’Ange  . Entrée gratuite.

Promenade_estivale
Promenade estivale dans la Prairie des Lilas à Châteaubriant

Le jeudi 21 juillet 2005, puis les jeudis 4 et 25 août, promenades estivales « au fil de l’eau ». Départ 20 h du château. Prix 5 €.

En suivant le char de Thespis (le premier comédien) et de Gaïa (divinité de la Terre), vous écouterez les contes et légendes de nos ancêtres, et les secrets de la rivière, joués pour vous avec entrain par plus de 120 comédiens-jongleurs, porteurs du message le plus nécessaire à la vie, celui d’une eau rare et « Chère » à préserver comme patrimoine de l’humanité

Office de Tourisme   de Châteaubriant : 02 40 28 20 90