Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-Disances du 30 septembre 2015

Mée-Disances du 30 septembre 2015

Ecrit le 30 septembre 2015

 Bourreaucratie

 
Le Monde.fr du 23/09 : Lundi 21 septembre, l’Arabie saoudite est nommée à la tête d’un groupe consultatif proposant des experts pour le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies ; jeudi 24, elle devrait décapiter, puis crucifier Ali Mohammed Al-Nimr, un opposant chiite de 21 ans, dont le corps, monté sur une croix, sera exposé jusqu’au pourrissement de ses chairs.
 
La nomination du royaume wahhabite au sein de ce groupe – qui n’est pas la présidence du Conseil des droits de l’homme – n’a pas manqué de placer les Nations Unies sous le feu des critiques tant l’Arabie saoudite ne brille pas par son exemplarité en matière de droits de l’homme. Depuis le début de l’année, le royaume a déjà exécuté 134 condamnés, soit 44 de plus que l’an dernier. [...]
 
Riyad affirme appliquer la peine capitale pour les crimes graves, sur la base de la charia, la loi islamique : meurtre, viol, trafic de drogue, vol à main armée, enlèvement, mais aussi apostasie (refus de la religion), adultère et « sorcellerie ».
 
Dix ans de prison, dix ans d’interdiction de sortie du territoire et mille coups de fouet pour « insulte à l’islam » : le blogueur Raïf Badaoui a payé cher ses appels à réformer le royaume. Farouche défenseur de la liberté d’expression, il avait demandé sur son site Internet la fin de l’influence religieuse dans les décisions du gouvernement. Mais en Arabie saoudite, toute critique contre la famille royale, les institutions religieuses et l’islam est passible de poursuites. […]
 
Le royaume a ratifié en septembre 2000 la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, sans être tenue de respecter toute disposition contraire à la loi islamique. [...] Si les femmes ont acquis en 2015 le droit de voter et d’être éligibles aux élections municipales, elles restent traitées en mineures : obligation de l’autorisation d’un tuteur masculin pour voyager, se marier, accéder à des études supérieures, etc... Et elles ne peuvent toujours pas conduire une voiture.
 
En moins d’un an, l’Arabie Saoudite a expulsé 36 000 Somaliens, 163 000 Ethiopiens et 613 000 Yéménites, selon l’Organisation internationale des migrations. Ceux qui sont en « règle » le sont en vertu de la Kafala, un système qui oblige les migrants à travailler sous l’égide d’un parrain, en général leur employeur. Ce système empêche les employés de changer librement de patron, même quand les conditions de travail sont devenues inacceptables pour eux, mais aussi de quitter le pays – leur passeport leur étant souvent « confisqué » à leur arrivée pour n’être rendu qu’au terme de leur période de travail. En 2014, 90 organisations non gouvernementales avaient appelé les pays du Golfe à réformer ce système.

 Sondages de l’Élysée

 
L’Obs du24/09 : On peine à croire que certaines études d’opinion, payées par l’Élysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, aient été commandées pour l’aider à gouverner le pays.

« Carla Bruni-Sarkozy va-t-elle contribuer à l’amélioration de l’opinion que vous avez de Nicolas Sarkozy ? » ou encore « La candidature de Jean Sarkozy à la tête de l’Epad vous semble-t-elle légitime ? » Tout au long du quinquennat, l’Élysée a commandé et payé des sondages concernant la vie privée du président ou encore ses adversaires politiques. Les juges pourraient considérer qu’il s’agit là de détournement de fonds publics. [...]
 
Ces sondages, que les enquêteurs ont dénichés lors de leurs perquisitions, font partie des dizaines d’études d’opinion dont on peine à croire qu’elles ont aidé Nicolas Sarkozy à gouverner le pays...

 Volkswagen

 
Le JDD du 24/09 : Un scandale dans le scandale. Le patron démissionnaire de Volkswagen pourrait partir avec un chèque de près de 30 millions d’euros. Il s’agit du montant de la pension accumulée par l’ex-PDG de Volkswagen, selon le dernier rapport annuel du constructeur qui ne précise pas les conditions dans lesquelles cette somme pourrait être retenue par l’entreprise. En fonction de la décision du Conseil de surveillance, il pourrait aussi toucher jusqu’à « deux ans de rémunération ». L’année dernière, Martin Winterkotn avait touché près de 17 millions d’euros
 
Il a démissionné le 23/09, emporté par le scandale des moteurs truqués qui a pris une ampleur mondiale et a déjà fait perdre au groupe des milliards d’euros en Bourse. Depuis 2007 à la tête de Volkswagen, il a assuré dans une déclaration n’être coupable « d’aucun manquement », mais dit « prendre la responsabilité » du scandale et remet sa démission « dans l’intérêt de l’entreprise », pour permettre à Volkswagen « un nouveau départ ». […]
 
L’affaire des moteurs, (fraude aux tests antipollution aux États-Unis), s’est muée en scandale mondial. Volkswagen a admis avoir mis en place un logiciel sur les moteurs diesel d’environ 11 millions de ses voitures, afin de fausser les résultats des tests.

 La rusée vers l’or

 
Réélue en juin dès le premier tour à la mairie de Puteaux (Hauts-de-Seine), Joëlle Ceccaldi-Raynaud (LR) n’en a pas fini avec les affaires. Mediapart vient de révéler comment l’ancienne suppléante de Nicolas Sarkozy dans le département avait fait discrètement vider un compte luxembourgeois ouvert au nom de sa fille. Entre octobre 2008 et avril 2009, 865 000 euros en liquide et 102 lingots d’or ont été retirés de ce compte ouvert à la banque privée Edmond de Rothschild du Grand Duché. Des lingots exfiltrés par paquets, en une dizaine de fois. Estimé à 2 millions d’euros à l’époque, le lot vaut aujourd’hui 3,2 millions d’euros.
 
D’où vient donc tout cet or en barre ? D’un héritage de sa grand-mère, institutrice en Corse, comme l’a toujours clamé la maire de Puteaux ? Ou bien des tours de La Défense, ce joyau grâce auquel la commune est depuis les années 60 l’une des plus riches de France. Profitant des retombées fiscales du quartier d’affaires, situé à 60 % sur son territoire, Puteaux affichait l’an dernier un budget de 260 millions d’euros, trois fois plus que la moyenne pour une ville de cette taille.
 
Depuis près de quinze ans, la justice enquête ainsi sur le gigantesque marché du chauffage de La Défense, sur fond d’appel d’offres présumé truqué. Une affaire qui remonte à 2001, quand la commune était encore dirigée par Charles Ceccaldi-Raynaud, le père de Joëlle, élu pour la première fois en 1969. A l’époque, la procédure pour l’attribution du marché avait été grossièrement falsifiée sous la houlette du syndicat intercommunal, alors présidé par le maire lui-même. L’année suivante, une enquête était ouverte par le parquet de Nanterre pour ’’corruption’’ et ’’abus de biens sociaux’’. Soupçonné d’avoir touché une commission de 750 000 euros, Charles Ceccaldi-Raynaud est mis en examen en 2007 pour ’’favoritisme’’, ’’recel d’abus de biens sociaux’’ et ’’corruption passive’’. […]
 
Depuis 15 ans, cinq juges d’instruction se sont succédé dans ce dossier. La plus active, Isabelle Prévost-Desprez, a lancé en 2004 une série de perquisitions à la mairie de Puteaux, au Sénat et à l’Assemblée nationale. Mais elle s’est heurtée à certaines résistances, voyant même sa protection policière levée du jour au lendemain par le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy. Joëlle Ceccaldi-Raynaud a pu compter sur la bienveillance de sa famille politique. En 2011, au moment de la révélation du compte luxembourgeois, Eric Woerth, le ministre du Budget, n’a pas jugé bon d’engager des poursuites pour fraude fiscale. Quant à l’information judiciaire ouverte pour ’’corruption’’, elle a été clôturée en décembre 2014, sans aucun élément tangible.

L’affaire n’est pas finie pour autant. En juin 2015, la chambre de l’instruction a demandé des investigations complémentaires.